Alerte et action au niveau mondial (GAR)

Foire aux questions sur le nouveau coronavirus – mise à jour


23 mai 2013

Qu’est-ce que le nouveau coronavirus?

Il s’agit d’une nouvelle souche de coronavirus (nCoV) qui n’avait encore jamais été observée chez l’homme auparavant.
Les coronavirus sont une vaste famille de virus qui provoquent des maladies chez l’homme et chez l’animal. Chez l’homme, les coronavirus peuvent causer des pathologies de gravité variable allant du rhume commun au syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS). Il a été récemment proposé de désigner la maladie causée par le virus nCoV par le nom plus spécifique de syndrome respiratoire du Moyen-Orient à nCoV.

Où les infections à nCoV surviennent-elles?

Plusieurs pays du Moyen-Orient ont notifié des cas d’infection humaine par le nCoV, y compris l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, la Jordanie et le Qatar. Des cas ont aussi été notifiés par trois pays d’Europe – l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni – et par la Tunisie. Tous les cas européens et tunisiens avaient un lien quelconque (direct ou indirect) avec le Moyen-Orient. Toutefois, en France, en Tunisie et au Royaume-Uni, une transmission locale limitée a eu lieu chez des personnes qui ne s’étaient pas rendues au Moyen Orient mais avaient été en contact étroit avec un voyageur malade récemment revenu de cette région.

Quelle est l’ampleur de la propagation du nCoV?

On ne connaît pas encore l’ampleur de la propagation de ce virus. L’OMS encourage les États Membres à continuer à suivre de près les infections respiratoires aiguës sévères (IRAS) et à étudier attentivement toutes présentations inhabituelles d’IRAS ou de pneumonie. L’OMS continuera à communiquer au fur et à mesure toutes les informations qui lui parviendront.

Quels sont les symptômes de l’infection à nCoV?

Des symptômes courants chez les patients présentant une infection à nCoV sont des troubles respiratoires aigus et sévères s’accompagnant de fièvre, de toux, d’essoufflement et de difficultés à respirer. La plupart de ces patients ont eu une pneumonie. Beaucoup d’entre eux ont également présenté des symptômes gastro-intestinaux, y compris une diarrhée. Certains patients ont eu une insuffisance rénale. La moitié environ des personnes infectées par le nCoV sont décédées. Chez les sujets immunodéficients, la maladie peut revêtir une forme atypique. Il est important de noter que la connaissance actuelle de la maladie causée par cette infection est uniquement basée sur quelques cas et pourrait évoluer lorsque l’on en saura davantage sur le virus.

Comment contracte-t-on ce virus?

Nous ne savons pas encore comme les gens contractent ce virus. Des études sont en cours pour déterminer la source du virus, les types d’exposition conduisant à une infection, le mode de transmission, et le profil clinique et l’évolution de la maladie.

Le virus peut-il se transmettre d’une personne à l’autre?

Oui. Nous avons vu maintenant plusieurs groupes de cas dans lesquels une transmission interhumaine était ou fortement suspectée ou confirmée. Tous ces cas sont survenus ou bien à l’intérieur d’un service de santé ou bien chez des membres de la famille proche du malade. Toutefois, le mécanisme par lequel la transmission s’est faite dans ces différents cas, qu’il s’agisse d’une transmission respiratoire (par exemple par le biais de la toux et des éternuements) ou par contact (contamination de l’environnement par le patient), n’est pas connu.

Existe-t-il un vaccin contre le nCoV?

Aucun vaccin n’est disponible actuellement.

Existe-t-il un traitement contre le nCoV?

Il n’existe aucun traitement spécifique de la maladie causée par le nCoV. Le traitement est uniquement symptomatique, c’est-à-dire qu’il repose sur les symptômes présentés par le patient. Un traitement de soutien peut aussi être très efficace.

Y a-t-il quelque chose à faire pour éviter d’être infecté?

On ne sait pas exactement comment l’on contracte ce virus. Étant donné que l’on ne connaît ni la source du virus, ni le mode de transmission, il n’est pas possible de donner des conseils précis sur la manière de prévenir l’infection. Toutefois, les mesures de prudence à observer pour prévenir les maladies respiratoires consistent à éviter autant que possible d’avoir des contacts étroits avec une personne présentant des symptômes de maladie (comme la toux et les éternuements) et à avoir toujours une bonne hygiène des mains.

On ne sait pas exactement comment l’on contracte ce virus. Étant donné que l’on ne connaît ni la source du virus, ni le mode de transmission, il n’est pas possible de donner des conseils précis sur la manière de prévenir l’infection. Toutefois, les mesures de prudence à observer pour prévenir les maladies respiratoires consistent à éviter autant que possible d’avoir des contacts étroits avec une personne présentant des symptômes de maladie (comme la toux et les éternuements) et à avoir toujours une bonne hygiène des mains.

Les risques de contracter le virus sont faibles. Toutefois, les personnes remplissant les critères suivants devraient consulter un médecin dès que possible : les personnes éprouvant des difficultés à respirer qui ne s’expliquent pas par une autre maladie ou un autre virus et qui se sont rendues récemment au Moyen-Orient; les personnes immunodéprimées malades qui se sont rendues récemment au Moyen-Orient devraient être examinées rapidement par leur médecin quel que soit le type de pathologie qu’elles présentent.

Combien de personnes ont été infectées par le nCoV?

Le nCoV présente-t-il un risque pour le personnel soignant?

Oui. Une transmission a été observée dans des services de soins de santé, y compris une propagation du patient vers les dispensateurs de soins. L’OMS recommande que les agents de santé appliquent systématiquement les mesures appropriées de prévention et de lutte contre l’infection.

Le nCoV est-il comparable au SRAS?

Le SRAS est un coronavirus qui a été identifié en 2003 et qui est apparenté de loin au nCoV. Toutefois, bien que ces deux virus soient capables de causer des pathologies graves, les données dont on dispose actuellement tendent à montrer qu’ils présentent de grandes différences. Le point le plus important est que le nCoV ne semble pas se transmettre facilement d’une personne à l’autre alors que le virus du SRAS était beaucoup plus transmissible.

Le nCoV vient-il des chauves-souris?

C’est effectivement une possibilité, mais l’origine du virus n’a pas encore été établie.

Les animaux peuvent-ils transmettre l’infection à nCoV aux humains?

Il n’existe actuellement aucune preuve que des personnes aient été infectées à la suite d’un contact avec des animaux.

Comment l’OMS réagit-elle à l’émergence du nCoV?

Depuis l’émergence de ce virus, l’OMS s’est employée, au titre du Règlement sanitaire international, à fournir des informations aux États Membres. L’OMS travaille aussi avec les pays touchés et les partenaires internationaux pour coordonner la riposte sanitaire à l’échelle mondiale, y compris la communication d’informations actualisées sur la situation et la fourniture de conseils aux autorités sanitaires et aux agences techniques de santé concernant les recommandations provisoires en matière de surveillance, la vérification des cas au laboratoire, la lutte contre l’infection et la prise en charge clinique sur la base de la connaissance actuelle du nCoV et de la maladie chez l’homme.

L’OMS continuera à travailler avec les États Membres et les partenaires sanitaires internationaux et à leur communiquer au fur et à mesure toutes les informations récentes à sa disposition.

Que recommande-t-elle aux pays de faire?

L’OMS encourage tous les États Membres à renforcer leur surveillance des infections respiratoires aiguës sévères (IRAS) et à examiner de près toutes les présentations inhabituelles d’IRAS ou de pneumonie. L’OMS invite instamment les États Membres à lui notifier ou à vérifier auprès d’elle tous les cas probables ou confirmés d’infection à nCoV.

L’OMS a-t-elle préconisé de quelconques restrictions aux voyages ou au commerce en rapport avec ce nouveau virus?

Non, l’OMS ne recommande pas d’appliquer des restrictions aux voyages ou au commerce en rapport avec le nCoV. Elle continuera à revoir toutes ces recommandations au fur et à mesure que de nouvelles informations lui parviendront.

Partager