Flambée de maladie à virus Ebola en Afrique de l'Ouest

Le journal d’Ebola: écouter pour apprendre


19 mai 2014 -- Professeur en anthropologie sociale et médicale à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar au Sénégal Cheikh Ibrahima Niang, a mené des recherches sur les aspects anthropologiques d’une large gamme de questions sanitaires. En juillet 2014, l’OMS lui a demandé d’enquêter sur les comportements communautaires à l’égard de la maladie à virus Ebola. Il a dirigé une équipe d’anthropologues qui s’est rendue en Sierra Leone alors même que la flambée ravageait l’Est du pays. Il témoigne du résultat de ses recherches.

OMS/S. Gborie
Manipulation de prélèvement susceptibles d'être infectés par le virus Ebola

Le Journal d’Ebola: dépister la maladie à une échelle sans précédent


12 mai 2015 -- Jim Strong et Allen Grolla, spécialistes en analyses de laboratoire à l’Agence de la santé publique du Canada, ont été déployés en juin 2014 ,par le Réseau mondial d’alerte et d’action en cas d’épidémie (GOARN) pour collaborer avec l’OMS en Guinée et en Sierra Leone. Ils avaient déjà travaillé sur de précédentes flambées de fièvre hémorragique en Angola, en République du Congo, ou en République démocratique du Congo et au Kenya. En commençant à recevoir et à analyser les preniers échantillons, ils ont réalisé que, par son ampleur, l’événement dépassait de loin toutes les flambées qu’ils avaient connues auparavant.

OMS/C. Salvi
Des enfants au Libéria pendant la flambée de maladie à virus Ebola

Fin de la flambée de maladie à virus Ebola au Libéria


9 mai 2015 -- L’OMS a officiellement déclaré la fin de la transmission du virus Ebola au Libéria. Quarante-deux jours se sont écoulés depuis l’inhumation, le 28 mars 2015, du dernier cas confirmé en laboratoire. L’interruption de la transmission est un accomplissement monumental pour ce pays qui a payé le plus lourd tribut à la flambée actuelle d’Ebola. Aucun des 15 comtés du pays n’a été épargné et au plus fort de l'épidémie 300 à 400 nouveaux cas étaient enregistrés chaque semaine. Les autorités sanitaires maintiennent toutefois un haut niveau de vigilance pour détecter tout nouveau cas éventuel.

OMS/C. Banluta
Le Dr Komba Songu-Mbriwa au cours d’une formation avec des correspondants de la lutte contre l’infection et des hygiénistes de l’ouest du pays

Sierra Leone: aider les agents de santé à protéger les patients grâce à l’hygiène des mains


5 mai 2015 -- Dans les pays touchés par Ebola, comme la Sierra Leone, le manque d’eau courante peut poser un problème pour l’hygiène des mains. En Sierra Leone comme dans le reste du monde, la mesure la plus simple et la plus importante pour endiguer la propagation des maladies est de s’assurer que les agents de santé se lavent toujours les mains correctement. L’OMS encourage les administrateurs dans les établissements de santé à garantir l’accès à un approvisionnement en eau, aux installations nécessaires pour se laver les mains, ainsi qu’à un distributeur de solution hydroalcoolique sur le lieu des soins aux patients.

OMS/S. Gborie
Des habitants du Comté de Montserrado au Libéria regardent des prospectus sur la maladie à virus Ebola

Le Libéria réussit à combattre Ebola grâce à une riposte locale sectorisée


20 avril 2015 -- La façon dont le comté le plus peuplé du Libéria, Montserrado, a réussi à renverser la tendance face à une croissance exponentielle de la flambée d’Ebola est particulièrement intéressante.
Une équipe de l’OMS et des responsables nationaux, aidés par des vétérans du Groupe OMS d’éradication de la poliomyélite en Inde, ont décentralisé la riposte, faisant appel à des principes de gestion de la qualité confiant des responsabilités aux équipes locales.

OMS/A. Bhatiasevi
Mobilisation sociale à la Maison des jeunes de Guéckédou en Guinée dans le cadre de la riposte à Ebola

Le journal d’Ebola: regagner la confiance de la population


9 avril 2015 -- Cristiana Salvi, spécialiste de la communication du risque au Bureau régional OMS de l’Europe, a été envoyée en Guinée fin avril-début mai 2014 pour participer aux activités de mobilisation sociale dans le cadre de la riposte à Ebola. La mobilisation sociale implique de collaborer avec les communautés afin qu’elles reconnaissent le besoin d’identifier et de traiter les malades à un stade précoce. Cela recouvre aussi le travail d'identification et de suivi des personnes qui ont été en contact avec des cas confirmés de maladie à virus Ebola. Elle a été l’une des premières à apporter son assistance aux interventions sur le terrain. De nombreuses autres personnes de l’OMS l’ont suivie ensuite.

OMS/C. Salvi

Une année de risposte à la flambée de maladie à virus Ebola


31 mars 2015 -- Depuis un an que l’OMS s’efforce de maîtriser la flambée de maladie à virus Ebola en Afrique de l’Ouest, qui a débuté en Guinée forestière – région dans laquelle se rejoignent les frontières de la Guinée, du Libéria et de la Sierra Leone – et qui s’est ensuite étendue à 9 pays, l’Organisation a mis sur pied l’opération d’urgence la plus étendue qu’elle ait jamais organisée. L’OMS est désormais présente sur 77 sites de terrain, avec plus de 710 agents dans les trois pays les plus touchés, ainsi qu’au Mali. Voici un bref tour d'horizon de la riposte mise en place par l'OMS avec ses partenaires.


Professionnels de santé

Ressources essentielles

Partenaires de l'OMS

Endiguer la flambée d'Ebola

Une an de riposte à l'épidémie

Feuille de route

Pour le public

Connaître la maladie et se protéger


Vaccins et traitements

Bulletins épidémiques

Se préparer

Missions techniques dans les pays

Médias