Alerte et action au niveau mondial (GAR)

Maladie à virus Ebola

Précisions sur les nouveaux cas de maladie à virus Ebola au Mali

 à Bamako au Mali un cerntre de traitement de la maladie à virus Ebola
OMS Mali/Yvette Bivigou
Le Directeur général de l'OMS, le Dr Margaret Chan, a visité à Bamako au Mali un cerntre de traitement de la maladie à virus Ebola

24 novembre 2014 -- À la date du 21 novembre, le Mali a notifié officiellement un total cumulé de 6 cas mortels de maladie à virus Ebola. Sur les six cas, cinq ont été confirmés en laboratoire et un demeure probable car aucun échantillon n’était disponible pour analyse. Le virus a presque certainement été réintroduit au Mali par un Imam guinéen de 70 ans, admis à la polyclinique Pasteur de Bamako le 25 octobre et décédé le 27 octobre. Un effort massif est en cours pour identifier toutes les chaînes de transmission potentielles, suivre les contacts et prévenir une propagation de la flambée. À l’heure actuelle, 327 contacts ont été identifiés et 310 (95%) ont été placés sous surveillance quotidienne. L’OMS a déployé 10 épidémiologistes dans le cadre de son Réseau mondial d’alerte et d’action en cas d’épidémie (GOARN).

Nouveau protocole pour réduire la la transmission du virus Ebola lors des inhumations

En Sierra Leone, une équipe transporte le corps d'un défunt victime de la maladie à virus Ebola
OMS/S. Gborie

7 novembre 2014 -- Un nouveau protocole de l’OMS, portant sur les inhumations sans risque et dans la dignité pour les personnes décédées de la maladie à virus Ebola, souligne que la participation des membres de la famille et les rites religieux soutenants sont des éléments essentiels pour que les inhumations ne présentent pas de risque. Les infections par le virus Ebola se produisent au cours des inhumations quand les membres des familles ou de la communauté accomplissent des rites religieux impliquant de toucher directement ou de laver le corps du défunt, qui garde encore une charge virale élevée, ou quand les membres de la famille distribuent les objets personnels du défunt, qui peuvent être contaminés.

Ebola: nouvelles directives sur les équipements de protection individuelle

Des agents de santé revêtent un équipement de protection personnel pour se protéger du virus Ebola
OMS/M. Seeger

31 octobre 2014 -- Dans le cadre de sa mission consistant à protéger les agents de santé et les patients contre la transmission de la maladie à virus Ebola, l’OMS a revu ses directives relatives aux équipements de protection individuelle (EPI) à destination des agents de santé. De l’avis des experts, le plus important est que l’EPI protège les muqueuses des gouttelettes et des fluides contaminés. Le port d’un masque, de chaussures de protection, de blouses ou combinaisons, et d’une protection couvrant la tête sont indispensables.

Les résultats des premiers essais cliniques menés sur les vaccins contre la maladie à virus Ebola attendus en décembre

Le premier lot de vaccins expérimentaux, VSV-EBOV, est arrivé en octobre 2014 à l’Hôpital universitaire de Genève.
OMS/M. Missioneiro

24 octobre 2014 -- Les résultats des premiers essais cliniques des vaccins contre la maladie à virus Ebola devraient être disponibles en décembre. Les essais d’efficacité commenceront dans les pays touchés à la même période. Les laboratoires pharmaceutiques qui mettent au point ces vaccins s’engagent à ce que des centaines de milliers de doses soient prêtes avant la fin du premier semestre 2015. Ces engagements sont le fruit de la réunion que l’OMS avait convoquée à Genève afin d’accélérer les essais et la production de vaccins en nombre suffisant pour faire reculer l’épidémie en cours.

Actualités


Documentation technique

Voyages

Traitements et vaccins

Règlement sanitaire international (RSI)