Alerte et action au niveau mondial (GAR)

Qu'est-ce que la phase 6?

Mis à jour le 11 juin 2009

Qu'est-ce que la phase 6?

La phase 6 indique la présence d'une pandémie selon la définition de l'OMS.

Quelle est la gravité de la situation?

Actuellement, l'OMS considère la gravité globale de la pandémie grippale comme modérée. Cette évaluation repose sur des éléments scientifiques dont dispose l'OMS et sur des informations fournies par les États Membres sur l'impact de cette pandémie sur leur système de santé et leur fonctionnement économique.

Cette évaluation modérée résulte des observations suivantes:

  • La plupart des personnes touchées se sont remises de l'infection sans nécessiter d'hospitalisation ou de soins médicaux.

  • Globalement, les niveaux nationaux de morbidité grave due à la grippe A(H1N1) semblent similaires à ceux observés localement pendant les périodes de grippe saisonnière, même si des niveaux élevés de morbidité sont apparus dans certains établissements et zones localisées.

  • D'une manière générale, les hôpitaux et les systèmes de soins de santé de la plupart des pays ont été en mesure de faire face aux nombres de personnes à soigner, même si les établissements et les systèmes de santé de certaines localités ont été très sollicités.

L'OMS s'inquiète des caractéristiques générales des cas graves et des décès pouvant en résulter, observés actuellement principalement chez des individus jeunes, y compris les cas auparavant en bonne santé et ceux présentant une pathologie préexistante ou une grossesse.

Les pays ayant signalé des flambées épidémiques de grande ampleur ne sont pas nombreux et le spectre clinique complet de la maladie n'est pas encore connu.

L'OMS s'attend-elle à une évolution de la gravité de la pandémie au cours du temps?

La gravité de la pandémie peut évoluer avec le temps et varier selon le lieu ou la population.

Une surveillance étroite de la maladie et un partage régulier et en temps utile des informations entre l'OMS et ses États Membres au cours de la pandémie sont essentiels pour établir de futures évaluations de la gravité qui seront pratiquées si nécessaire.

Ces futures évaluations de la gravité reflèteront l'effet d'un ou plusieurs des facteurs suivants:

  • modifications du virus;
  • vulnérabilités sous-jacentes;
  • dépassement des capacités des systèmes de santé.

La pandémie est actuellement à un stade précoce de son évolution et de nombreux pays n'ont pas encore été substantiellement touchés.

Que fait l'OMS pour répondre à cette situation?

L'OMS continue d'apporter son appui à tous les pays pour répondre à cette situation. Le monde ne peut baisser la garde et l'OMS doit l'aider à reste prêt et à améliorer sa préparation.

Le soutien apporté aux pays par l'OMS prend trois formes: recommandations techniques, soutien matériel et formation du personnel des systèmes de santé.

Le principal souci de l'OMS est de renforcer et d'appuyer les systèmes de santé des pays les plus démunis. Ces systèmes de santé doivent être en mesure de prévenir, de détecter et de traiter les cas de maladie associée au virus A (H1N1) et d'atténuer les effets de ces maladies.

L'OMS travaille également à la constitution de stocks de médicaments (antiviraux et antibiotiques notamment) et d'un éventuel vaccin pandémique, pour rendre ces produits plus accessibles et plus abordables pour les pays en développement.

Les antiviraux, comme les vaccins, jouent un rôle important dans le traitement et la prévention. Cependant, il est peu probable que les stocks d'antiviraux existants puissent répondre à la demande. L'OMS travaille en étroite collaboration avec les industriels afin d'accélérer le développement d'un vaccin sûr et efficace. Des vaccins pourront être préparés, mais cela prendra quelques mois.

Il sera donc indispensable de faire un usage rationnel de ressources limitées et les médicaments ne sont qu'une composante de la réponse. L'OMS distribue également des kits diagnostiques, des médicaments, des masques et des gants pour les milieux de soins, les équipes d'experts scientifiques et les techniciens médicaux, de manière à ce que les pays démunis puissent répondre à des épidémies locales.

Une pandémie conduit les autorités nationales à se mobiliser pour metre en oeuvre les plans de préparation, identifier les cas aussi efficacement que possible et réduire au minimum le nombre de cas graves et de décès par un traitement approprié.

L'objectif est de réduire l'impact de la pandémie sur la société.

Que faire maintenant? Quelles mesures dois-je envisager à mon niveau?

Rester informé. Se renseigner auprès de sources fiables, dont le Ministère de la santé, pour savoir quoi faire pour se protéger et rester au courant des dernières évolutions de la pandémie. Des informations intéressant plus spécifiquement les communautés sont disponibles auprès des autorités sanitaires locales ou nationales.

Continuer également à consulter le site Internet de l'OMS qui diffuse des pratiques de prévention simples et des conseils généraux.

L'OMS ne recommande pas d'imposer des restrictions aux voyages et ne dispose pas de preuves de l'existence d'un risque lié à la consommation de porc cuit.

Flambées épidémiques

  • 23 juillet 2014
    Coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV) – mise à jour
  • 19 juillet 2014
    Maladie à virus Ebola en Afrique de l’Ouest – mise à jour
  • 17 juillet 2014
    Mise à jour sur la poliomyélite en Guinée équatoriale