Alerte et action au niveau mondial (GAR)

Qui risque le plus de souffrir d’une grippe aggravée ? Quels sont les autres risques ?

24 février 2010

Qui risque le plus d’être atteint d’une forme grave de la grippe pandémique A(H1N1) 2009 ?

Certains groupes de la population semblent plus exposés à un risque de complications ou de formes graves de la maladie :

  • les femmes enceintes ;
  • les nourrissons et les jeunes enfants, notamment avant l’âge de deux ans ;
  • à tout âge, les personnes présentant certaines affections chroniques (dont l’asthme ou une pneumopathie, une cardiopathie, le diabète, une affection rénale et certains troubles neurologiques) ;
  • les sujets présentant un déficit immunitaire sévère ;

Actuellement, les personnes âgées d’au moins 65 ans ont le risque le plus faible d’être infectées par la grippe pandémique, mais ceux qui la contractent néanmoins ont également un risque élevé de faire des complications graves, comme avec la grippe saisonnière.

Y a-t-il des recommandations spéciales pour les femmes enceintes et les autres groupes exposés à un risque élevé ?

L’OMS recommande aux femmes enceintes et aux autres personnes exposées à un risque élevé d’atteinte sévère, de même qu’à leurs aidants, de se faire vacciner contre la grippe pandémique et de prendre toutes les précautions nécessaires, y compris les mesures d’hygiène, pour éviter la propagation de la maladie.

La vaccination contre la grippe pandémique est une mesure de prudence pour quiconque veut réduire le risque d’infection.

Quel est le risque de contracter la grippe pandémique ?

Le virus de la grippe pandémique semble aussi transmissible et contagieux que les virus de la grippe saisonnière.

Les études pour estimer la contagiosité du virus dans les populations sont en cours. Selon des études récentes au Royaume-Uni, environ un tiers des élèves dans les écoles du pays ont été infectés jusqu’à présent.

Quel est le risque d’en mourir ?

Dans leur majorité, les sujets atteints par la grippe pandémique ont une maladie bénigne et, en moyenne, le risque d’en mourir est faible.

Jusqu’à présent, le nombre des décès dus à la grippe pandémique confirmée par les laboratoires est de 16 000, mais on pense que le bilan réel est sans doute beaucoup plus élevé.

Une estimation précise du nombre total des décès et des taux de mortalité dans certains groupes ne sera possible qu’un à deux ans après le pic de la pandémie. Elle sera calculée à l’aide de méthodes statistiques basées sur les données disponibles et les dossiers médicaux.

(Version actualisée du 1er mai 2009)

Lien

Que puis-je faire ?
Partager