Alerte et action au niveau mondial (GAR)

Il n'y a pas lieu de restreindre les voyages

L'OMS ne recommande pas de restreindre les voyages à cause de la flambée épidémique de grippe A(H1N1). Aujourd'hui, les voyages internationaux sont rapides et un grand nombre de personnes se rendent dans différentes parties du monde. Imposer des restrictions aux voyages ne contribuerait guère à empêcher le virus de se répandre mais perturberait énormément la communauté mondiale.

La grippe A(H1N1) a déjà été confirmée dans de nombreuses parties du monde. L'important maintenant est de limiter le plus possible l'impact de la maladie en repérant rapidement les cas et en offrant des soins médicaux adéquats aux malades plutôt que de chercher à l'empêcher de se propager au niveau international. De plus, la détection des signes et symptômes de la grippe chez les voyageurs peut être une technique de surveillance efficace, mais elle n'aide pas à limiter la propagation de la maladie car le virus peut se transmettre d'une personne à une autre avant l'apparition des symptômes.

Les recherches scientifiques basées sur les modèles mathématiques montrent que des restrictions aux voyages auront un effet limité voire nul sur la propagation de la maladie, ce que confirment les archives sur les pandémies de grippe qui se sont produites par le passé ainsi que l'épisode du SRAS.

Les voyageurs peuvent se protéger et protéger les autres en suivant des recommandations simples visant à prévenir la propagation de l'infection. Les personnes malades doivent différer leur voyage et celles qui tombent malades à leur retour de voyage doivent consulter un médecin. Ces précautions peuvent limiter la propagation de nombreuses maladies transmissibles, et pas seulement de la grippe A(H1N1).

Partager