Préparation et riposte aux situations d'urgence

Fièvre jaune – Brésil

Bulletin d’information sur les flambées épidémiques
6 mars 2017

Recommandations actualisées sur la vaccination antiamarile des voyageurs internationaux en lien avec la situation actuelle au Brésil

Au 3 mars 2017, la transmission du virus de la fièvre jaune continuait de s’étendre vers la côte atlantique du Brésil dans des régions où l’on jugeait qu’il n’y avait pas de risque de transmission, avant la révision de l’évaluation du risque, avec le soutien du groupe consultatif scientifique et technique chargé de la cartographie du risque amaril (GRYF), publiée par l’OMS dans le bulletin du 27 janvier 2017 et sur le site OMS Voyages internationaux et santé le 31 janvier et le 14 février 2017.

Prenant en compte la vitesse de la propagation observée dans l’État d’Espírito Santo, la proximité d’épizooties avec la zone urbaine de Vitoria et les cas humains en cours d’investigation, ainsi que la mise en œuvre d’une campagne de vaccination antiamarile dans l’ensemble de l’État d’Espírito Santo, le Secrétariat de l’OMS a déterminé qu’on devait considérer que le risque de transmission de la fièvre jaune était présent dans l’ensemble de cet État.

C’est pourquoi, la vaccination antiamarile est recommandée à tous les voyageurs se rendant dans n’importe quelle région de l’État d’Espírito Santo.

Il n’y a aucune autre modification concernant d’autres zones du Brésil où l’on a déterminé en 2013 qu’il existait un risque de transmission de la fièvre jaune, ainsi que cela a été publié dans le bulletin de l’OMS du 27 janvier.

La définition de nouvelles zones considérées comme à risque de transmission de la fièvre jaune est une mesure préliminaire et des mises à jour seront publiées régulièrement.

Les conseils actuels du Secrétariat de l’OMS aux voyageurs internationaux se rendant dans les zones du Brésil réputées à risque, y compris l’ensemble de l’État d’Espírito Santo sont les suivants:

  • Vaccination antiamarile au moins 10 jours avant le voyage. On notera que, conformément à l’annexe 7 du Règlement sanitaire international (2005), une dose unique d’un vaccin antiamaril homologué par l’OMS suffit pour conférer une immunité durable et une protection à vie contre la fièvre jaune. Les voyageurs pour lesquels ce vaccin est contre indiqué (enfants de moins de 9 mois, femmes enceintes ou allaitantes, personnes ayant une forte sensibilité aux antigènes d’œuf, ayant une immunodéficience sévère ou ayant plus de 60 ans) doivent consulter un professionnel de santé pour avoir son avis;
  • Adoption de mesures pour éviter les piqûres de moustiques;
  • Connaissance des signes et des symptômes de la fièvre jaune;
  • Consultation d’un médecin au cas où l’on présente des signes et symptômes de fièvre jaune, pendant le voyage ou de retour de zones où existe le risque de transmission de cette maladie.

Pour 2017, les mises à jour des prescriptions pour le certificat international de vaccination ou de prophylaxie, avec preuve de la vaccination antiamarile, ainsi que les recommandations de l’OMS pour la vaccination des voyageurs internationaux, sont disponibles sur le site OMS Voyages internationaux et santé : annexe 1 et liste par pays. Des informations plus spécifiques concernant les prescriptions pour le certificat international de vaccination ou de prophylaxie, avec preuve de la vaccination antiamarile, exigées par les États Membres de la Région des Amériques sont disponibles sur le site de l’OPS consacré à la fièvre jaune.