Préparation et riposte aux situations d'urgence

Infection humaine par le virus de la grippe aviaire A(H5N6) – Chine

Bulletin d’information sur les flambées épidémiques
10 mai 2016

Le 4 mai 2016, la Commission nationale chinoise de la santé et de la planification a notifié à l’OMS un cas supplémentaire, confirmé en laboratoire, d’infection humaine par le virus A(H5N6) de la grippe aviaire.

Informations détaillées sur le cas

  • Une femme de 65 ans habitant dans la ville de Xuancheng (province de l’Anhui) a présenté des symptômes le 24 avril. Le 27, son état s’est aggravé et elle a été admise dans un hôpital local; elle est actuellement dans un état critique. Le CDC chinois (Chinese Center for Disease Control and Prevention) a confirmé le 2 mai la positivité de l’échantillon clinique de la patiente à l’acide nucléique du virus A(H5N6). Elle a été exposée à des volailles vivantes avant l’apparition des symptômes. C’est le premier cas d’infection par le virus A(H5N6) signalé dans la province de l’Anhui (Chine).

Action de la santé publique

Les autorités chinoises ont pris les mesures de surveillance et de lutte suivantes:

  • intensification de la surveillance, des analyses et de la recherche;
  • renforcement des soins médicaux pour le cas;
  • communication sur le risque auprès du grand public et diffusion d’informations.

Évaluation du risque par l’OMS

Ce rapport ne modifie pas le risque général présenté par les virus A(H5N6) pour la santé publique. Bien qu’ils aient pu être à l’origine d’infections sévères chez l’homme, les infections humaines semblent jusqu’à présent sporadiques sans transmission interhumaine durable et les proches contacts demeurent en bonne santé.

Toutefois, la caractérisation de ce virus se poursuit et on ignore ses implications pour l’évolution et l’émergence d’une souche pandémique. On considère pour l’instant que le risque de propagation internationale de la maladie est faible. L’OMS continue d’évaluer la situation épidémiologique et de mener de nouvelles évaluations du risque sur la base des informations les plus récentes.

Conseils de l’OMS

L’OMS conseille aux voyageurs qui se rendent dans des pays où sévissent des flambées de grippe aviaire d’éviter de visiter des élevages de volailles, d’être en contact avec des animaux dans les marchés d’oiseaux vivants, de pénétrer dans des zones où peuvent s’effectuer des abattages de volailles ou de toucher des surfaces apparemment contaminées par des déjections de volailles ou d’autres animaux. Les voyageurs doivent également se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon et respecter les bonnes pratiques de sécurité sanitaire des aliments et d’hygiène alimentaire.

L’OMS ne recommande pas de dépistage particulier aux points d’entrée, ni de restrictions aux voyages ou au commerce en rapport avec cet événement. Comme toujours, on envisagera le diagnostic d’infection par un virus grippal aviaire chez les personnes présentant des symptômes respiratoires aigus sévères pendant un voyage ou juste après leur retour d’une zone où la grippe aviaire est source de préoccupation.

L’OMS encourage les pays à continuer d’intensifier la surveillance de la grippe, y compris des infections respiratoires aiguës sévères (IRAS), à examiner attentivement toute présentation inhabituelle pour veiller à la notification des infections humaines au titre du RSI (2005), et à poursuivre les mesures nationales de préparation sanitaire.