Préparation et riposte aux situations d'urgence

Poliovirus circulant de type 2 dérivés d’une souche vaccinale – République démocratique du Congo

Bulletin d’information sur les flambées épidémiques
13 juin 2017

En République démocratique du Congo, 2 poliovirus circulant de type 2 dérivés d’une souche vaccinale (PVDVc2) distincts ont été confirmés. La première souche de PVDVc2 a été isolée à partir de deux cas de paralysie flasque aiguë (PFA) dans deux districts de la province du Haut-Lomami, pour lesquels la paralysie est apparue le 20 février et le 8 mars 2017.

La deuxième souche de PVDVc2 a été isolée dans la province de Maniema, à partir de deux cas de PFA (avec apparition de la paralysie les 18 avril et 8 mai 2017) et d’un contact sain dans la communauté.

Action de la santé publique

Le Ministère de la santé a, avec le soutien de l’OMS et de ses partenaires de l’Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite (IMEP), mené à bien une évaluation des risques, y compris en évaluant l’immunité de la population et le risque de propagation ultérieure.

Les plans de riposte à la flambée sont actuellement mis au point; ils consisteront en un renforcement de la surveillance, y compris une recherche active pour détecter d’autres cas de PFA, et en activités de vaccination supplémentaire (AVS) au moyen du vaccin antipoliomyélitique oral monovalent de type 2 (VPOm2), conformément aux protocoles de riposte aux flambées convenus au niveau international.

Les activités de surveillance et de vaccination sont renforcées dans les pays voisins.

Évaluation du risque par l’OMS

Selon l’évaluation de l’OMS, le risque de propagation ultérieure de ces souches au niveau national est élevé, et le risque de propagation internationale modéré.

La détection des PVDVc2 souligne l’importance du maintien d’une couverture élevée par la vaccination systématique partout, pour réduire le plus possible le risque et les conséquences de toute circulation d’un poliovirus. De tels événements mettent aussi en évidence le risque que représente toute transmission du virus de faible intensité.

Une riposte énergique à la flambée, telle qu’elle a été entreprise, est nécessaire pour mettre fin rapidement à la circulation des poliovirus et garantir une couverture vaccinale suffisante dans les zones affectées pour prévenir l’apparition de flambées similaires à l’avenir. L’OMS continuera à évaluer la situation épidémiologique et les mesures mises en œuvre pour riposter à la flambée.

Conseils de l’OMS

Il est important que tous les pays, en particulier lorsqu’il y a des voyages ou des contacts fréquents avec les pays et territoires affectés par la poliomyélite, renforcent la surveillance des cas de paralysie flasque aiguë (PFA) afin de détecter rapidement toute nouvelle importation de virus et d’intervenir promptement. Les pays, territoires ou zones doivent également maintenir une couverture uniformément élevée de la vaccination au niveau des districts pour réduire le plus possible les conséquences de toute nouvelle introduction du virus.

Dans sa publication Voyages internationaux et santé, l’OMS recommande que tous les voyageurs à destination de zones affectées par la poliomyélite soient complètement vaccinés contre cette maladie. Les résidents (et les visiteurs séjournant plus de 4 semaines) en provenance de zones infectées doivent recevoir une dose supplémentaire de vaccin antipoliomyélitique oral (VPO) ou de vaccin antipoliomyélitique inactivé (VPI) dans les 4 semaines à 12 mois précédant leur voyage.

Suivant l’avis du Comité d’urgence réuni au titre du Règlement sanitaire international (2005), les efforts pour limiter la propagation internationale des poliovirus demeurent une urgence de santé publique de portée internationale (USPPI). Les pays affectés par la transmission de poliovirus sont soumis à l’application des recommandations temporaires.

Pour respecter les recommandations temporaires données dans le cadre de l’USPPI, tout pays affecté par un poliovirus doit déclarer la flambée comme étant une urgence de santé publique de portée nationale et envisager la vaccination de tous les voyageurs internationaux. Tout pays à partir duquel des poliovirus s’exportent doit garantir la vaccination de tous les voyageurs internationaux avant leur départ.