Préparation et riposte aux situations d'urgence

Poliovirus circulant de type 2 dérivé d’une souche vaccinale – République arabe syrienne

Bulletin d’information sur les flambées épidémiques
13 juin 2017

Une flambée due à un poliovirus circulant de type 2 dérivé d’une souche vaccinale (PVDVc2) a été confirmée dans le gouvernorat de Deir Al Zour en République arabe syrienne. On constate un lien génétique entre les trois isolats de poliovirus circulant de type 2 dérivé d’une souche vaccinale (PVDVc2) provenant des échantillons de selles de deux cas de paralysie flasque aiguë (PFA) pour lesquels la paralysie est apparue le 5 mars et le 6 mai 2017, et l’échantillon d’un contact d’un cas de PFA prélevé le 17 avril 2017.

Al Mayadeen a aussi été l’épicentre de la flambée de poliovirus sauvage de type 1 (PVS1) en République arabe syrienne en 2013. Une riposte agressive à la flambée de poliomyélite ciblant plusieurs pays a permis de contrôler efficacement la flambée de PVS1 et aucun nouveau cas de PVS1 n’a été signalé en République arabe syrienne depuis le 21 janvier 2014.

Action de la santé publique

Depuis la confirmation du premier cas de PVDV2 au cours du mois de mai 2017, la surveillance de la PFA a été renforcée dans le gouvernorat, en particulier dans le district d’Al Mayadeen. Au 6 juin 2017, un total de 58 cas de PFA avaient été signalés dans le gouvernorat cette année. Outre les deux cas qui ont donné des résultats positifs pour le PVDV2, pour 11 autres cas les résultats ont été négatifs, les échantillons restants étant en cours d’analyse dans les laboratoires ou acheminés vers ceux-ci.

À la suite de la confirmation de la flambée de PVDV2, une planification de la riposte est en cours, notamment la planification d’activités de vaccination supplémentaire (AVS) au moyen du vaccin antipoliomyélitique oral monovalent de type 2 (VPOm2), conformément aux protocoles de riposte aux flambées convenus au niveau international.

Bien que l’accès à la vaccination soit compromis par l’insécurité qui prévaut dans le gouvernorat de Deir Al Zour, plusieurs campagnes de vaccination contre la poliomyélite et d’autres maladies à prévention vaccinale ont pu atteindre la région au début de 2016. Plus récemment, en mars et en avril 2017, deux campagnes ont été menées au moyen du vaccin antipoliomyélitique oral bivalent (VPOb). La dernière campagne complète au moyen du vaccin antipoliomyélitique oral trivalent (VPOt) avait eu lieu en octobre 2015, tandis que les campagnes de vaccination par le VPOt menées au cours des quatre premiers mois de 2016 n’ont atteint qu’une partie de la population cible du gouvernorat de Deir Al Zour.

Il est important de mentionner que la République arabe syrienne a introduit deux doses du vaccin antipoliomyélitique inactivé (VPI) dans le programme de vaccination systématique du nourrisson en 2008. La République arabe syrienne est passée du VPOt au VPOb pour la vaccination systématique le 1er mai 2016.

Une analyse détaillée des risques est actuellement en cours d’actualisation, y compris l’évaluation des niveaux d’immunité globale de la population et le renforcement de la recherche active de nouveaux cas de PFA. Les activités de surveillance et de vaccination ont aussi été intensifiées dans les pays voisins.

Évaluation du risque par l’OMS

La détection du poliovirus circulant de type 2 dérivé d’une souche vaccinale (PVDVc2) souligne l’importance du maintien à de hauts niveaux de la couverture par la vaccination systématique pour réduire le plus possible le risque et les conséquences de toute circulation d’un poliovirus. De tels événements mettent aussi en évidence le risque dans les zones ou régions où perdure une grave insécurité qui empêche le maintien d’une immunité élevée dans la population grâce à la vaccination systématique. Une riposte énergique à la flambée est nécessaire pour mettre fin rapidement à la transmission du VPDV2. L’OMS continuera à évaluer la situation épidémiologique et les mesures mises en œuvre pour riposter à la flambée.

Conseils de l’OMS

Il importe d’achever au plus vite l’évaluation des risques en cours qui sera utilisée pour la riposte vaccinale au moyen du VPOm2 et du VPI. La portée géographique de la riposte sera fonction des conclusions de l’évaluation des risques. Il sera essentiel de parvenir à la couverture la plus élevée possible au cours de la riposte vaccinale. Compte tenu de la difficulté et de la complexité de la situation en termes de sécurité dans la région, des stratégies adaptées seront recensées et utilisées pour mettre en œuvre la riposte. Une surveillance renforcée de la PFA doit se poursuivre.

Il est important que tous les pays, en particulier lorsqu’il y a des voyages ou des contacts fréquents avec les pays et territoires affectés par la poliomyélite, renforcent la surveillance des cas de paralysie flasque aiguë (PFA) afin de détecter rapidement toute nouvelle importation de virus et d’intervenir promptement. Les pays, territoires ou zones doivent également maintenir une couverture uniformément élevée de la vaccination systématique au niveau des districts pour réduire le plus possible les conséquences de toute nouvelle introduction du virus.

Dans sa publication Voyages internationaux et santé, l’OMS recommande que tous les voyageurs à destination de zones affectées par la poliomyélite soient complètement vaccinés contre cette maladie. Les résidents (et les visiteurs séjournant plus de 4 semaines) en provenance de zones infectées doivent recevoir une dose supplémentaire de vaccin antipoliomyélitique oral (VPO) ou de vaccin antipoliomyélitique inactivé (VPI) dans les 4 semaines à 12 mois précédant leur voyage

Suivant l’avis du Comité d’urgence réuni au titre du Règlement sanitaire international (2005), les efforts pour limiter la propagation internationale des poliovirus demeurent une urgence de santé publique de portée internationale (USPPI). Les pays affectés par la transmission de poliovirus sont soumis à l’application des recommandations temporaires. Pour respecter les recommandations temporaires données dans le cadre de l’USPPI, tout pays affecté par un poliovirus doit déclarer la flambée comme étant une urgence de santé publique de portée nationale et envisager la vaccination de tous les voyageurs internationaux.