Préparation et riposte aux situations d'urgence

Maladie à virus Ebola – République démocratique du Congo

Bulletin d’information sur les flambées épidémiques
13 mai 2017

Le 9 mai 2017, l’OMS a été informée d’un groupe de cas d’une maladie inconnue avec des symptômes hémorragiques et des décès dans la zone de santé de Likati, dans la province du Bas-Uele au nord de la République démocratique du Congo (RDC), à la frontière de la République centrafricaine. Depuis le 22 avril, neuf cas suspects, avec trois décès, ont été signalés. Six sont actuellement hospitalisés.

Le 11 mai 2017, le Ministère de la santé de la RDC a informé l’OMS que, sur 5 échantillons analysés en laboratoire, 1 a donné un résultat positif à la RT-PCR pour le virus Ebola, sous-type Zaïre, à l’Institut national de recherche biomédicale (INRB) à Kinshasa. D’autres échantillons sont en cours d’analyse et on attend les résultats, y compris du séquençage, pour décrire la flambée.

Le 10 mai 2017, une équipe multidisciplinaire dirigée par le Ministère de la santé et appuyée par l’OMS et les partenaires s’est déployée sur le terrain et devait parvenir dans la zone affectée le 12 ou le 13 mai 2017 pour mener une enquête approfondie sur le terrain.

L’enquête est en cours et on ne dispose d’informations que pour trois des cas suspects seulement : le premier (qui est peut-être le cas indicateur) est un homme de 39 ans qui a présenté des symptômes le 22 avril 2017 et qui est décédé à son arrivée dans l’établissement de santé. Il avait une hématurie, une épistaxis, une diarrhée sanglante et une hématémèse. Les investigations sont en cours pour deux de ses contacts: une personne qui a pris soin de lui au cours du transport vers l’établissement de santé (et qui a présenté depuis lors les mêmes symptômes) et le chauffeur d’un taxi-moto (décédé) qui a transporté le patient jusqu’à l’établissement de santé.

Des équipements de protection individuelle (EPI) pour les agents de santé ont été envoyés le 12 mai 2017 à Kisangani. Des kits supplémentaires sont en cours de préparation et seront acheminés dès que possible.

Informations générales et situation épidémiologique

Le 20 novembre 2014, en application des recommandations de l’OMS, le Ministère de la santé de la RDC a déclaré la fin de la flambée de maladie à virus Ebola (MVE) qui avait commencé le 24 août 2014 et au cours de laquelle on avait enregistré 38 cas confirmés en laboratoire, 28 cas probables et 49 décès à Boende, dans la province de l’Équateur. C’était la septième flambée de MVE depuis la découverte du virus en 1976 en RDC.

  • 2014: 66 cas de MVE avec 49 décès, diagnostiqués initialement dans la province de l’Équateur (Watsi Kengo, Lokolia, Boende et Boende Muke).
  • 2012: 36 cas avec 13 décès dans la province Orientale – Isiro (virus Bundibugyo).
  • 2008-2009: 32 cas avec 15 décès dans le Kasaï-Occidental (virus Zaïre).
  • 2007: 264 cas avec 187 décès dans le Kasaï-Occidental (virus Zaïre).
  • 1995: 315 cas avec 250 décès à Kikwit et dans les environs.
  • 1977: 1 cas (virus Zaïre).
  • 1976: 318 cas avec 280 décès à Yambuku (virus Zaïre).

On connaît 5 sous-types de virus Ebola, nommés d’après le lieu où ils ont été détectés pour la première fois. Trois ont été associés à des flambées de grande ampleur de fièvre hémorragique à virus Ebola en Afrique: Ebola-Zaïre, Ebola-Soudan et Ebola-Bundibugyo. La fièvre hémorragique à virus Ebola est une maladie pouvant entraîner le décès de 25 à 90% des cas.

Action de la santé publique

La santé publique a mis en œuvre les mesures suivantes:

  • Le comité national contre les fièvres hémorragiques virales a été réactivé et continuera de se réunir tous les jours pour coordonner la riposte.
  • Le renforcement de la surveillance et les investigations, y compris la recherche des contacts, sont en cours.
  • L’OMS va fournir une assistance et un appui technique. Le déploiement en RDC d’une équipe multidisciplinaire supplémentaire de l’OMS est actuellement envisagé en soutien à l’action des autorités nationales.
  • Le Réseau mondial d’alerte et d’action en cas d’épidémie (GOARN) a été activé pour fournir un appui supplémentaire si nécessaire.
  • Le besoin et la faisabilité d’une vaccination potentielle en anneau contre le virus Ebola sont à l’étude.

Évaluation du risque par l’OMS

Jusqu’à présent, la flambée a été signalée dans une zone isolée, difficile d’accès et semble relativement limitée géographiquement. Toutefois, les investigations sont en cours pour évaluer la pleine ampleur de l’événement et il faut donc encore maintenir une vigilance élevée.

Sur la base des informations actuellement disponibles, l’OMS ne recommande pas de restrictions aux voyages ou aux échanges commerciaux avec la RDC.