Préparation et riposte aux situations d'urgence

Chikungunya – Sénégal

Bulletin d’information sur les flambées épidémiques
14 septembre 2015

Le 9 septembre 2015, le Ministère de la santé et de l’action sociale du Sénégal a notifié à l’OMS la circulation active du virus du chikungunya, qui a commencé le 27 août 2015, dans la région de Kédougou. Des échantillons ont été prélevés sur 14 cas suspects pour obtenir la confirmation du laboratoire à l’Institut Pasteur de Dakar.

Dix d’entre eux ont donné un résultat positif pour le virus du chikungunya. Au 8 septembre 2015, 10 cas confirmés avaient été notifiés. C’est entre 2009 et 2010 qu’on a signalé pour la dernière fois une circulation active dans cette région.

Action de la santé publique

Le 7 septembre 2015, le Ministère a discuté de la situation au cours de la réunion hebdomadaire de routine. Les participants ont donné des directives techniques aux différentes équipes et départements participant à la riposte. La coordination générale de celle-ci sera assurée par le Département de la prévention du Ministère, avec l’appui de l’OMS et des partenaires.

La déclaration officielle de cet événement de santé publique a été faite par le Ministère dans un communiqué de presse. Les actions de lutte mises en œuvre comportent la prise en charge des cas, la distribution de documents techniques sur la maladie à tous les centres de santé du pays et le renforcement de la surveillance épidémiologique.

La mobilisation sociale est en cours dans la région affectée, ainsi que dans toutes les autres régions. Le déploiement d’une équipe pluridisciplinaire d’experts est en préparation. Celle-ci mènera une enquête sérologique, entomologique et épidémiologique et apportera un appui technique aux activités de surveillance et de lutte antivectorielle.

Recommandations générales

L’OMS recommande des mesures de protection contre les piqûres de moustiques, des activités de lutte antivectorielle ciblant les principaux gîtes larvaires, une surveillance communautaire et la mobilisation sociale pour éviter les idées erronées et les fausses rumeurs.

Sur la base des informations disponibles sur la circulation active actuelle du virus chikungunya, l’OMS ne recommande pas de restrictions aux voyages ou aux échanges commerciaux avec le Sénégal.

Informations générales

Le chikungunya est une maladie virale transmise à l’homme par des moustiques infectés. Il provoque de la fièvre et de sévères douleurs articulaires. Les autres symptômes observés sont les douleurs musculaires, les céphalées, les nausées, la fatigue et l’éruption cutanée. Les douleurs articulaires sont souvent invalidantes et de durée variable. Cette maladie partage certains signes cliniques avec la dengue, souvent diagnostiquée par erreur dans les régions où cette dernière est courante.

Il n’existe pas de médicament curatif pour le chikungunya et le traitement est axé sur le soulagement des symptômes. La proximité des gîtes larvaires avec les habitations humaines est un facteur de risque important. On observe le chikungunya en Afrique, en Asie, en Amérique latine et dans le sous-continent indien. Le Sénégal est touché depuis 2009.