Alerte et action au niveau mondial (GAR)

Grippe aviaire A(H5N1) - bulletin n° 21

11 février 2004

Lignes directrices pour la surveillance mondiale

L’OMS a publié aujourd’hui sur son site Web des lignes directrices pour la surveillance mondiale afin de surveiller la propagation de l’infection par le virus H5N1 dans les populations humaines et animales. Elles comprennent une définition du cas confirmé en laboratoire d’infection à H5N1 chez l’homme et décrivent les procédures de notification auprès de l’OMS. Elles donnent également des recommandations sur les procédures à suivre pour surveiller l’évolution du mode de transmission et détecter une transmission interhumaine éventuelle.

Ces lignes directrices ont pour but de renforcer la vigilance mondiale pour détecter de nouvelles extensions de l’infection à H5N1 chez l’homme et l’animal et les premiers signes d’une transmission interhumaine. L’utilisation de procédures et de formulaires de notification standardisés améliorera la qualité des informations nécessaires à l’OMS pour recommander les mesures de lutte les plus appropriées.

Situation en Chine (pour les volailles)

Les autorités chinoises ont annoncé aujourd’hui une flambée présumée de grippe aviaire H5N1 dans un élevage de volailles à Tianjin. Elles ont aussi rapporté la propagation à de nouvelles fermes dans plusieurs provinces.

On soupçonne ou on a confirmé la présence du virus H5N1 dans 39 élevages au total, situés dans 14 des provinces, régions autonomes et municipalités du pays.

A ce jour, aucun cas humain n’a été signalé en Chine.

Enquête sur une éventuelle transmission interhumaine : données sur la seconde sœur du groupe familial de cas au Viet Nam

L’OMS a reçu aujourd’hui les résultats de l’étude du virus isolé à partir d’une femme de 23 ans (voir bulletins nos 19 et 20) faisant partie d’un groupe familial de cas au Viet Nam où, pour la première fois, il y avait une possibilité de transmission directe entre humains. Le matériel génétique du virus isolé chez cette femme est, comme pour l’autre cas de ce groupe, d’origine aviaire et ne renferme aucun gène dérivant d’un virus grippal humain.

Partager