Alerte et action au niveau mondial (GAR)

Dengue en Indonésie - bulletin n°3

Du 1er janvier au 4 avril 2004, le Ministère indonésien de la Santé a enregistré au total 52 013 cas de dengue, en majorité hospitalisés, et 603 décès. Le taux de létalité cette année est plus faible, notamment à Jakarta, que les années précédentes ( voir le précédent rapport ).

La dengue est présente tous les ans en Indonésie, mais le nombre de cas est inhabituellement élevé cette année dans 12 des 32 provinces du pays (voir la carte ci-dessous ). On observe un doublement du nombre des cas par rapport à la même période de l’année dernière. Certaines provinces de Java, Jawa Barat, Jawa Tengah et Jawa Timur, ont été particulièrement touchées avec plus de 35 % des cas notifiés à DKI-Jakarta. Plus de la moitié des 212 millions d’habitants du pays vivent à Java.

Bien que le nombre mensuel des cas notifiés ait continué d’augmenter en mars par rapport à janvier et février, la notification hebdomadaire dans les provinces montre que la flambée a atteint son pic à la mi-mars à DKI-Jakarta, Bali et Nusa Tenggarah Barat. Dans d’autres provinces signalant moins de cas, l’activité de la dengue semble aussi avoir atteint son pic dans certaines zones, comme les districts de Merauke et de Sorong dans la province Papua, mais elle continue d’augmenter dans d’autres zones, comme la municipalité de Kota Palembang à Sumatera Selatan et à Aceh.

DEN-3 semble être le principal virus en circulation mais on a confirmé les sérotypes Den- 4, Den-2 et Den-1 dans des échantillons prélevés chez des patients de DKI-Jakarta.

Le Ministère de la Santé a mis rapidement en place des équipes de riposte et de surveillance pour actualiser ses informations, les analyser et prendre les mesures nécessaires. Les autorités nationales assurent la gratuité du traitement hospitalier aux patients qui présentent les symptômes de la dengue et n’ont pas de ressources suffisantes.

Les autorités sanitaires locales mènent une lutte antivectorielle intensive et, avec l’aide d’inspecteurs sur le terrain, mobilisent les communautés pour éliminer les réceptacles d’eau inutiles dans lesquels Aedes aegypti, le vecteur de la dengue, se reproduit. L’OMS aide le Ministère de la Santé pour les diagnostics de laboratoire.

(cliquer sur l'image pour voir , 80k)

Les limites et appellations figurant sur cette carte ou les désignations employées n'impliquent de la part de l'Organisation mondiale de la Santé aucune prise de position quant au statut juridique des pays, territoires, villes ou zones, ou de leurs autorités, ni quant au tracé de leurs frontières ou limites.

Partager