Alerte et action au niveau mondial (GAR)

SRAS : notification d’un cas suspect en Chine

22 avril 2004

Le Ministère chinois de la Santé a informé aujourd’hui l’OMS d’un cas suspect de SRAS. Les investigations, comprenant des analyses de laboratoire poussées, ainsi que la recherche et la mise en observation des contacts, sont en cours.

Il s’agit d’une infirmière de 20 ans qui a développé des symptômes évocateurs du SRAS le 5 avril et a été hospitalisée le 7. Comme son état ne s’améliorait pas, elle a été transférée le 14 avril dans le service de soins intensifs d’un deuxième hôpital de Beijing. Les résultats des premiers tests sanguins, reçus aujourd’hui, évoquent une infection probable par le coronavirus du SRAS. Il faudra procéder cependant à d’autres tests pour pouvoir confirmer le diagnostic. La recherche des contacts a permis d’en trouver 171 qui ont été mis en observation. Une fièvre est apparue chez cinq d’entre eux.

En cas de confirmation, ce sera le premier cas de SRAS depuis janvier, lorsque les autorités de la province de Guangdong avaient confirmé l’infection chez un homme d’affaires de 35 ans et une serveuse de 20 ans. Depuis la fin de la flambée de SRAS, annoncée par l’OMS le 5 juillet 2003, cinq cas ont été confirmés. Deux se sont produits chez des personnes travaillant en laboratoire, à Singapour et à Taiwan, et trois dans la province de Guangdong. Le troisième cas de Guangdong, un journaliste de la télévision de 32 ans, a été annoncé en décembre 2003. Aucun de ces cas n’a transmis le virus.

La Chine, qui a recensé le plus grand nombre de cas de SRAS au cours de la flambée de 2003, a mis sur pied un système développé de dépistage et d’investigation des cas éventuels. Le personnel du bureau de l’OMS à Beijing a une grande expérience du SRAS et le Ministère de la Santé veille à le tenir informé.

Partager