Alerte et action au niveau mondial (GAR)

Grippe aviaire – situation au Viet Nam – bulletin n°6

26 janvier 2005

Le Ministère vietnamien de la Santé a signalé aujourd'hui deux autres cas, confirmés par le laboratoire, d'infection humaine par le virus H5N1 de la grippe aviaire au Viet Nam.

Le premier cas est une femme de 35 ans de la province de Dong Thap, dans le sud du pays. Elle a développé les symptômes le 14 janvier, a été hospitalisée le 20 et elle est morte le lendemain.

Le deuxième cas est un garçon de 17 ans de la province de Bac Lieu, dans le sud du pays. Il a été hospitalisé le 10 janvier et il est mort le 14.

Avec ces deux nouveaux cas, le total s'élève à 10 cas, dont 9 mortels, depuis la mi-décembre au Viet Nam.

Récent groupe familial de cas au nord du Viet Nam

Comme nous l'avons annoncé précédemment, un groupe familial de cas dans le nord du pays a fait l'objet d'une enquête approfondie. Il s'agit de trois frères et les autorités vietnamiennes ont identifié un virus grippal A H5 pour deux d'entre eux : ceux âgés de 46 et 42 ans. L'aîné a développé les symptômes le 26 décembre et il est décédé le 9 janvier. Le second a été hospitalisé pour une affection respiratoire le 12 janvier et il est maintenant totalement remis. On sait qu'il est resté au chevet de son frère aîné quand il était dans un état critique.

On ne connaît toujours pas la source de contamination de ces deux frères et les investigations se poursuivent. Le troisième frère, âgé de 36 ans, a été mis en observation à l'hôpital. Il n'a pas développé de symptômes et reste en bonne santé. Les résultats des tests effectués dans le cadre de l'enquête devraient être bientôt connus. Des échantillons cliniques des deux cas confirmés sont envoyés à un centre collaborateur de l'OMS pour compléter la caractérisation.

La surveillance des agents de santé, des autres membres de la famille et des habitants des deux communautés locales où vivaient les frères n'a pas permis jusqu'à maintenant de mettre en évidence d'autres cas. S'il y a eu une transmission interhumaine limitée, tout semble indiquer à ce stade que la chaîne s'est interrompue après la contagion d'une seule personne.

Prévention de la transmission dans les familles

Compte tenu de la propagation actuelle de la grippe aviaire H5N1 hautement pathogène dans les populations de volailles de certains pays asiatiques, on peut s'attendre à observer de nouveaux cas humains sporadiques et, à l'occasion, des groupes de cas familiaux. Jusqu'à présent, l'expérience montre que c'est avant tout le contact prolongé entre un proche et un patient dans un état critique qui est à l'origine des transmissions interhumaines que l'on a éventuellement pu observer. L'OMS a publié des principes sur les précautions à prendre par les établissements de soins pour éviter au maximum les possibilités de transmission des virus H5N1 entre les patients et les personnes à leur contact, personnel soignant ou familles.

Lorsque les cas d'infection par le virus H5N1 sont très proches dans le temps et le lieu où ils se produisent, ils forment des groupes qu'il faut détecter et sur lesquels il faut enquêter rapidement. Ce sont là des activités de surveillance cruciales pour pouvoir lancer une alerte précoce concernant d'éventuelles modifications de la transmissibilité des virus.

Partager