Alerte et action au niveau mondial (GAR)

Grippe aviaire – situation au Viet Nam et au Cambodge – bulletin n°12

29 mars 2005

Viet Nam

Le Ministère de la Santé vietnamien a confirmé trois autres cas d'infection humaine par le virus H5N1 de la grippe aviaire. Il s'agit d'un garçon de 5 ans originaire de la province de Quang Binh, au centre du pays, d'une jeune fille de 17 ans de la province de Nam Dinh, au nord du pays, et d'une femme de 40 ans de la province de Quang Ninh, également dans le nord du pays. La jeune fille de 17 ans est décédée.

Un cas plus ancien a aussi été confirmé. Avec ces confirmations récentes, le total des cas au Viet Nam s'élève désormais à 28 depuis la mi-décembre.

L'OMS a connaissance d'informations évoquant une suspicion de grippe aviaire à virus H5 pour 5 membres d'une même famille, hospitalisés actuellement dans la ville portuaire de Haiphong, au nord du pays. Les parents et leurs trois filles font l'objet d'examens complémentaires après que les tests initiaux ont indiqué une infection par le sous-type H5 de la grippe aviaire. On a signalé des flambées de grippe aviaire dans les volailles du voisinage. Les investigations sur ce groupe familial se poursuivent sur le terrain.

La flambée actuelle de cas humains au Viet Nam comprend plusieurs groupes de cas, des membres d'une même famille la plupart du temps, ayant un lien temporel et géographique étroit. Il est essentiel d'enquêter avec minutie sur ces groupes pour établir si le comportement du virus a changé et ainsi contribuer à l'évaluation du risque de pandémie.

Pour l'instant, rien ne permet de penser que le virus H5N1 se transmet facilement d'une personne à l'autre. Il devient de plus en plus important de faire parvenir à l'OMS les virus isolés à partir des récents groupes de cas. Les analyses permettront de déterminer si des modifications importantes se sont produites et apporteront des contributions complémentaires à l'évaluation du risque.

Les médias ont fait récemment état d'une flambée importante de syndromes grippaux dans la province de Quang Binh. Les autorités sanitaires provinciales et centrales enquêtent actuellement sur cette flambée. Des échantillons ont été prélevés et l'OMS attend les résultats des analyses. Le nombre des cas de syndromes grippaux semble être légèrement inférieur à celui évoqué initialement par les médias.

Cambodge

Le Ministère de la Santé cambodgien vient aujourd'hui de confirmer le deuxième cas humain de grippe aviaire dans ce pays.

Les symptômes de l'infection sont apparus le 17 mars chez cet homme de 28 ans, de la province de Kampot, et il a été hospitalisé le 21 à Phnom Penh. Il est mort le 22. Ce jour-là, les analyses de laboratoire pratiquées par l'Institut Pasteur de Phnom Penh ont confirmé l'infection par un virus H5 de la grippe aviaire. Le gouvernement cambodgien a immédiatement lancé une enquête pour rechercher d'autres cas éventuels et déterminer les causes possibles de l'exposition au virus. L'équipe d'investigation, qui poursuit son travail dans la province de Kampot, comprend des membres des ministères cambodgiens de la santé et de l'agriculture, ainsi que du personnel du bureau de l'OMS dans le pays et de l'Institut Pasteur à Phnom Penh. La FAO contribue à l'étude de la maladie chez l'animal. On a signalé une mortalité importante des poulets dans la zone concernée et les échantillons prélevés sur les poulets malades ont donné un résultat positif pour la grippe aviaire. Les résultats de l'enquête montrent que le défunt a été en contact avec des volailles malades. Un garçon de 18 ans, au départ considéré comme un nouveau cas suspect, a donné des tests négatifs pour le virus de la grippe aviaire. De même, les résultats ont été négatifs pour les échantillons prélevés sur 27 autres personnes, dont des contacts familiaux du cas confirmé et le personnel médical l'ayant soigné à Phnom Penh. Les résultats ont été également négatifs pour six autres personnes de la province de Kampot.

Le cas précédent au Cambodge, une femme de 25 ans, décédée fin janvier, était également originaire de la province de Kampot mais vivait dans un autre district.

Au Cambodge, les volailles sont élevées en majorité dans de petites basses-cours des zones rurales, ce qui rend la surveillance des flambées particulièrement difficile. Les autorités ont, avec l'appui de l'OMS, entrepris une campagne d'information des populations rurales sur les dangers des contacts avec des volailles malades ou mortes.

Partager