Alerte et action au niveau mondial (GAR)

Grippe aviaire – situation en Indonésie – bulletin n° 32

29 septembre 2005

Le Ministère indonésien de la Santé a confirmé aujourd’hui un nouveau cas humain mortel de grippe aviaire à H5N1. La patiente, une femme de 27 ans de Djakarta, a présenté les symptômes le 17 septembre, a été hospitalisée le 19 et est décédée le 26 septembre. Des tests de confirmation ont été effectués au laboratoire OMS de référence à Hong Kong.

De premières investigations ont révélé que cette femme avait été en contact direct avec des poulets malades et mourants chez elle peu avant l’apparition de la maladie.

Il s’agit du quatrième cas confirmé en laboratoire d’infection à H5N1 en Indonésie. Trois de ces cas ont été mortels.

Du fait de l’intensification de la surveillance et d’une inquiétude accrue de l’opinion publique, un nombre croissant de personnes présentant des symptômes respiratoires ou ayant pu être exposées au virus sont hospitalisées pour observation et, le cas échéant, traitement. Tant qu’un diagnostic concluant n’a pas été posé, ces patients sont considérés par le Ministère de la Santé comme des cas présumés. Si beaucoup ne présentent pas de symptômes compatibles avec le diagnostic de l’infection à H5N1, les échantillons prélevés sur ces patients sont analysés dans les laboratoires nationaux dans le cadre des efforts déployés afin qu’aucun cas n’échappe à la vigilance des autorités.

Les tests de laboratoire destinés à confirmer l’infection humaine par le virus de la grippe aviaire H5N1 sont techniquement difficiles ; certains donnent des résultats non concluants ou peu fiables. Afin d’évaluer de manière fiable la situation en Indonésie, les autorités continuent, après les premières analyses pratiquées dans le pays, à envoyer les échantillons prélevés sur des personnes présumées atteintes d’une infection à H5N1 aux laboratoires de référence de l’OMS pour confirmation du diagnostic.

Selon la FAO, la grippe aviaire à H5N1 hautement pathogène est désormais endémique chez les volailles dans de nombreuses régions d’Indonésie. L’activité du virus grippal en Indonésie étant susceptible d’augmenter au cours de la saison humide, qui va de novembre à avril, l’exposition humaine au virus animal pourrait être plus importante au cours des prochains mois. On peut s’attendre à de nouveaux cas humains sporadiques.

Partager