Alerte et action au niveau mondial (GAR)

Grippe aviaire – situation en Azerbaïdjan – bulletin

14 mars 2006

Le Ministère de la Santé de l'Azerbaïdjan a notifié les trois premiers cas humains, tous mortels, d'infection par le sous-type H5 du virus de la grippe aviaire.

Les tests ont été effectués sur le terrain à l'aide d'un laboratoire de PCR portable fourni par la Naval Medical Research Unit 3 (NAMRU-3) des Etats-Unis, basée au Caire. Le personnel et le matériel de cette unité sont arrivés lundi en Azerbaïdjan pour renforcer l'équipe de l'OMS, présente dans le pays depuis la fin février. La NAMRU-3 joue le rôle de centre collaborateur de l'OMS pour les infections émergentes et donne des résultats considérés comme fiables.

Conformément à la politique de l'OMS, des dispositions ont été prises pour envoyer des échantillons à un centre collaborateur de l'Organisation au Royaume-Uni, afin de vérifier le diagnostic et de faire des analyses complémentaires. L'OMS actualisera les chiffres de son tableau cumulatif des cas confirmés en fonction des résultats de cette vérification externe, attendus à la fin de la semaine. Dans le sous-type H5, H5N1 est la seule souche connue à l'origine d'infections chez l'homme. Il est donc fort probable que les tests complémentaires la détectent.

Deux de ces cas étaient originaires du district de Salyan, au sud-est du pays, mais habitaient dans deux localités différentes. Il s'agissait d'une jeune fille de 17 ans, du village de Sarvan, décédée le 23 février, et d'une jeune femme de 20 ans, du village de Daikyand, décédée le 3 mars. On a observé des volailles mortes dans ces localités au cours des dernières semaines, mais on n'a pas pu encore en déterminer la cause.

Le troisième cas s'est produit chez une jeune femme de 21 ans de la province de Tarter, au centre ouest du pays. Elle est morte le 9 mars. La grippe aviaire à H5N1 hautement pathogène a été signalée pour la première fois en Azerbaïdjan le 9 février, chez des oiseaux sauvages. Des flambées affectant les volailles ont été signalées le 24 février, mais pas dans les districts de Salyan ou de Tarter.

L'équipe de l'OMS, qui a été renforcée lundi, enquête actuellement sur la situation, en étroite collaboration avec le Ministère de la Santé. Une surveillance renforcée dans tout le pays a permis de détecter quelques patients supplémentaires, souffrant de pneumonie sévère, et quelques décès récents. L'augmentation des capacités de diagnostic dans le pays devrait permettre d'accélérer la détection ou l'exclusion de cas supplémentaires.

Le Ministère de la Santé a déjà mis en place un bon système pour la notification, le transport et le traitement des patients en isolement, ainsi que pour la recherche et la prise en charge des contacts. La recherche quotidienne des cas porte à porte se poursuit.

Partager