Alerte et action au niveau mondial (GAR)

Fièvre de la vallée du Rift au Kenya – bulletin 2

15 janvier 2007

Au 12 janvier 2007, on avait notifié 220 cas suspects de fièvre de la vallée du Rift, dont 82 mortels, (taux de létalité de 37,2 %) dans la province du Nord-est et la Province de la Côte au Kenya. Cinquante six cas, dont 12 mortels, ont été confirmés en laboratoire par le Kenya Medical Research Institute.

Avec 132 cas suspects, dont 54 mortels, le district de Garissa, dans la province du Nord-est, continue d'être la zone la plus touchée. On a également signalé 58 cas, dont 10 mortels, dans le district d'Ijara, dans la même province. Dans la province voisine de la Côte, 15 cas, dont 12 mortels ont été signalés dans le district de Wajir et 15 cas, dont 6 mortels, dans celui de Tana River.

Le Ministère de la Santé kenyan coordonne une action multisectorielle en collaboration avec le Ministère du Développement de l'Élevage et de la Pêche, des partenaires des Nations Unies, FAO, UNICEF et PAM, et d'autres partenaires non gouvernementaux. La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et les sociétés nationales d'Allemagne, de Finlande et du Japon travaillent également avec la Croix-Rouge kenyane pour endiguer la maladie.

Le Ministère de la Santé kenyan s'occupe de la prise en charge clinique des cas et des services de traitement spécialisé de la fièvre de la vallée du Rift ont été mis en place dans l'hôpital provincial de Garissa ainsi que dans le district d'Ijara. Plus de 8 000 animaux ont été vaccinés sous le contrôle du Ministère du Développement de l'Élevage et de la Pêche et de la FAO. Les pulvérisations pour la lutte antivectorielle, les activités de surveillance chez l'homme et l'animal et la mobilisation sociale se poursuivent.

Une équipe internationale du Réseau mondial OMS d'alerte et d'action en cas d'épidémie (GOARN) fournit également une assistance technique. Cette équipe de 11 membres issus des institutions collaborant au GOARN et de l'OMS (bureau du pays, Bureau régional de l'Afrique et Siège) aide le Ministère de la Santé et les autorités sanitaires des districts à instaurer les mesures de santé publique pour endiguer la flambée. Les partenaires du GOARN sont les suivants : une équipe mobile de laboratoire et deux épidémiologistes de l'Agence de santé publique du Canada (Laboratoire national de microbiologie, Centre scientifique canadien de santé humaine, Centre de prévention et de contrôle des maladies infectieuses et animale et Programme canadien d'épidémiologie de terrain), un expert technique de la fièvre de la vallée du Rift et un expert de la lutte anti-infectieuse / prise en charge des cas du National Institute of Communicable Diseases (NICD) et du Department of Clinical Microbiology and Infectious Diseases, aux National Health Laboratory Services (NHLS) et à l'école de pathologie de l'Université de Witwatersrand à Johannesburg (Afrique du Sud) et une équipe de mobilisation sociale de 2 ou 3 membres venant des US Centers for Disease Prevention and Control (CDC) et du Centre méditerranéen de l’OMS pour la Réduction de la Vulnérabilité (WMC) (Tunisie). L'OMS a également reçu des propositions d'extension de l'aide technique de la part des institutions du GOARN.

CDC-Kenya coordonne l'assistance bilatérale provenant des ministères de l'Agriculture, de la Défense, ainsi que de la Santé et des Services sociaux (HHS) des Etats-Unis d'Amérique.

Partager