Alerte et action au niveau mondial (GAR)

Fièvre de la vallée du Rift au Kenya et en Somalie – bulletin n°3

31 janvier 2007

Kenya

Au 30 janvier 2007, 411 cas suspects, dont 121 mortels (taux de létalité de 29 %), avaient été notifiés dans les provinces du Nord-Est, de la Côte, de l'Est et du Centre (voir la carte). Il y a eu 131 cas confirmés en laboratoire.

La province du Nord-Est a été la plus touchée et ce sont les districts de Garissa (175 cas suspects, 58 cas confirmés, 57 décès) et d'Ijara (125 cas suspects, 22 cas confirmés, 23 décès) qui ont notifié les plus grands nombres de cas et de décès. On a également relevé des cas sporadiques dans des districts de la province de l'Est (Isiolo : 8 cas suspects, 3 cas confirmés) et dans des districts de la province du Centre (Kirinyanga : 4 cas suspects, 4 cas confirmés, 1 décès ; Kajiado : 3 cas suspects, 1 cas confirmé, 3 décès ; Maragua : 1 cas suspect, 1 cas confirmé ; Thika : 2 cas suspects, 1 cas confirmé). Certains des cas de la province du Centre ont été diagnostiqués à Nairobi.

Alors que la flambée semble sur le déclin, le Ministère de la Santé continue de coordonner des activités pour l'endiguer, parmi lesquelles la surveillance active. L'équipe du Réseau mondial d'alerte et d'action en cas d'épidémie (voir le bulletin précédent) est revenue des zones touchées où elle a fourni un laboratoire mobile pour le diagnostic initial de la maladie, une formation à la prise en charge des cas et à la lutte contre l'infection pour les responsables de la santé dans les provinces et une assistance pour l'éducation sanitaire et l'information des communautés affectées. L'OMS, le Ministère de la Santé et le Ministère du Développement de l'Élevage et de la Pêche ont mis au point des messages clés de santé publique qu'ils ont diffusés dans les communautés locales et des réunions ont été organisées avec les chefs religieux locaux.

Somalie

Au 30 janvier 2007, l'OMS avait signalé 100 cas suspects, dont 48 mortels, en Somalie (voir la carte). Un cas a été confirmé par le Kenyan Institute of Medical Research (KEMRI) et les Centers for Disease Control and Prevention / International Emerging Infectious Program (CDC/EIP) au Kenya.

Médecins sans Frontières facilite le transport des échantillons et le bureau de l'OMS dans le pays a organisé des sessions de formation pour des médecins somaliens sur le dépistage et l'endiguement de la maladie. Toutefois, la dégradation de la situation au niveau de la sécurité empêche d'instaurer des mesures de lutte dans la zone affectée.

Partager