Alerte et action au niveau mondial (GAR)

Fièvre de la Vallée du Rift en République-Unie de Tanzanie

23 février 2007

On a commencé à signaler des flambées épidémiques de fièvre de la Vallée du Rift chez les animaux le 18 janvier 2007 et le premier cas humain a été notifié au début du mois de février 2007 dans la région d'Arusha. Une équipe dépêchée par le Ministère de la Santé tanzanien, le bureau de l'OMS dans le pays, le Bureau régional OMS de l'Afrique et les Centers for Disease Control and Prevention, a fait une enquête initiale avec un dépistage actif des cas et le prélèvement d'échantillons. Deux cas, d'Arusha et de Tanga, ont été confirmés par le KEMRI (Kenya Medical Research Institute), laboratoire agréé par l'OMS.

À la mi-février 2007, 8 cas avaient été notifiés : 4 cas mortels avaient été confirmés par le KEMRI et les 4 autres cas, d'Arusha, Mangara et Tanga, étaient hospitalisés.

Le Groupe de coordination des secours d'urgence des Nations Unies, réunissant l'OMS, la FAO, l'UNICEF et le PAM, a fourni une assistance au Ministère de la Santé et au Ministère de l'Élevage tanzaniens. En plus de la poursuite de l'aide technique et financière, l'OMS a assuré des formations aux soins des patients à l'intention des personnels cliniques, ainsi qu'aux techniques de diagnostic pour les personnels des laboratoires. Avec l'UNICEF, elle a également formé des journalistes et autres personnels des médias à la sensibilisation du grand public sur la maladie et sa prévention.

Mi-mars, de nouveaux groupes de cas se sont produits. On a signalé dans la région de Dodoma 58 cas suspects, dont 14 mortels, avec la confirmation de la positivité de 8 échantillons. Par ailleurs, 60 nouveaux cas suspects ont été notifiés dans la région de Morogoro.

L'OMS s'inquiète de la recrudescence récente de cas humains. Il est particulièrement important de sensibiliser les communautés locales et d'améliorer la coordination avec les services vétérinaires pour endiguer l'épidémie. Une équipe d'action, constituée par le département OMS Alerte et action en cas d'épidémie et de pandémie et par le Bureau régional de l'Afrique, aidera le Bureau de l'OMS dans le pays à évaluer la flambée épidémique, y compris les cas de Dodoma et de Morogoro, et améliorera la composante santé du plan d'urgence, notamment pour le système d'alerte précoce, le dépistage actif des cas, la prise en charge des cas et la mobilisation sociale.

Pour en savoir plus :

Partager