Alerte et action au niveau mondial (GAR)

Fièvre de la vallée du Rift au Kenya, en République-Unie de Tanzanie et en Somalie

9 mai 2007

République-Unie de Tanzanie

Du 13 janvier au 3 mai 2007, 264 cas de fièvre de la vallée du Rift, dont 109 mortels (taux de létalité de 41 %) ont été notifiés en Tanzanie. Cette maladie a été signalée dans 10 des 21 régions du pays : 12 cas pour Arusha, 1 pour Dar es Salaam, 156 pour Dodoma, 4 pour Iringa, 6 pour Manyara, 50 pour Morogoro, 5 pour Mwanza, 5 pour Pwani, 24 pour Singida et 1 pour Tanga. La surveillance n'a permis de détecter que les cas graves et, sur les 264 cas, 154 (60 %) ont été confirmés en laboratoire.

La Tanzanie a mis en place depuis plusieurs années la surveillance de la fièvre de la vallée du Rift par le biais de son programme de surveillance intégrée des maladies et d'action (IDSR). Pour enquêter sur cette flambée, une équipe de l'OMS, établie par le département Alerte et action en cas d'épidémie et de pandémie et par le Bureau régional de l'Afrique, a aidé le bureau de l'OMS dans le pays à évaluer l'épidémie et à perfectionner la composante sanitaire du plan d'urgence du Ministère tanzanien de la Santé et des Affaires sociales et du Ministère de l'Élevage, notamment pour le système d'alerte précoce, la détection active des cas, la prise en charge des cas et la mobilisation sociale.

Une équipe nationale d'investigation a fait plusieurs visites sur le terrain dans les régions affectées pour aider à renforcer la surveillance et mener des enquêtes approfondies sur les cas ainsi que des actions de surveillance active. Elle a également assuré à l'intention des personnels cliniques une formation aux soins des patients et, pour les personnels des laboratoires, une formation à la collecte et à l'expédition des échantillons. Le Ministère de la Santé et des Affaires sociales et le Ministère de l'Élevage ont organisé conjointement la riposte à l'épidémie, en collaboration avec le Kenya Medical Research Institute (KEMRI), les Centers for Disease Control and Prevention, l'OMS et la FAO. Le Groupe de coordination des secours d'urgence des Nations Unies, constitué du PNUD, de l'OMS, de la FAO, de l'UNICEF et du PAM, a également présenté des plans d'action pour soutenir la stratégie du gouvernement. Ces programmes prévoient des interventions en médecine humaine et vétérinaire, ainsi que des campagnes de sensibilisation au niveau des communautés et auprès des professions médicales.

Kenya

Du 30 novembre 2006 au 12 mars 2007, ce pays a notifié 684 cas, dont 155 mortels (taux de létalité de 23 %). La province du Nord-Est a signalé 333 cas, la province de la vallée du Rift 183, la province de la Côte 141, la province du Centre 14 et la province de l'Est 13. Sur les 684 cas notifiés, 234 (34 %) ont été confirmés en laboratoire.

Somalie

Du 19 décembre 2006 au 20 février 2007, ce pays a notifié 114 cas, dont 51 mortels (taux de létalité de 42 %. La région de Lower Juba en a signalé 73, la région de Gedo 26, la région de Hiran 7, la région de Middle Juba 2, la région de Middle Shabelle 4 et la région de Lower Shabelle 1. Sur les 114 cas signalés, 3 (3 %) ont été confirmés en laboratoire. Au cours de la riposte, les problèmes de sécurité ont continuellement dressé des obstacles aux activités de surveillance et de lutte dans les zones affectées.

Partager