Alerte et action au niveau mondial (GAR)

Entérovirus en Chine – bulletin actualisé

Au 5 mai, on avait signalé au total 4 496 cas, dont 22 mortels, de syndrome main-pied-bouche dû à l’entérovirus EV-71 chez des nourrissons et des jeunes enfants dans la ville de Fuyang, dans la province de l’Anhui, en Chine. On recense actuellement 1 391 cas en traitement à l’hôpital et il n’y a eu aucun nouveau décès pendant 5 jours consécutifs.

Le syndrome main-pied-bouche est devenu une maladie à déclaration obligatoire en Chine le 2 mai. En raison de cette modification de la politique de notification et de la sensibilisation accrue du grand public, on s’attend à une augmentation du nombre des cas notifiés au cours des semaines et mois prochains dans la province de l’Anhui et dans le reste de la Chine.

Les autorités chinoises ont assuré l’OMS de leur ferme volonté, au niveau technique comme politique, de lutter contre cette maladie dans l’Anhui et les autres provinces. Comme il n’existe ni traitement spécifique ni vaccin pour les infections à entérovirus, une campagne nationale se déroule actuellement en plus du renforcement de la surveillance, pour insister sur la nécessité d’une bonne hygiène personnelle, principalement en se lavant les mains. Le Ministère de la Santé a également alloué des ressources supplémentaires aux personnels soignants en pédiatrie.

Le syndrome main-pied-bouche est une maladie courante et en général bénigne chez l’enfant. L’EV71 est fréquemment à l’origine d’épidémies au cours desquelles on observe des atteintes neurologiques dans une petite proportion des cas. On a signalé un certain nombre de flambées d’infections à EV71 dans la région Asie-Pacifique depuis 1997, entre autres en Malaisie en 1997, à Taiwan (Chine) en 1998, en Australie en 1999 et à Singapour en 2000.

L’OMS déconseille d’imposer des restrictions aux voyages ou au commerce en relation avec la Chine, tout en insistant sur la nécessité de la prévention par un renforcement des règles d’hygiène personnelle.

Partager