Alerte et action au niveau mondial (GAR)

Fièvre jaune en Côte d'Ivoire

Le Ministère ivoirien de la Santé a déclaré une flambée de fièvre jaune à Abidjan, la ville la plus peuplée du pays. La flambée a été confirmée au laboratoire au début de mai 2008.

En juin, l'OMS a envoyé sur place une mission GOARN (Réseau mondial d'alerte et d'action en cas d'épidémie) de deux experts pour évaluer la situation épidémiologique et entomologique et déterminer le risque d'une flambée amarile urbaine de grande envergure.

Après des recherches cliniques, épidémiologiques et au laboratoire, la mission GOARN a confirmé deux cas de fièvre jaune. Les cas ont été signalés dans deux districts sanitaires différents d'Abidjan, l'un chez une femme de 48 ans de Cocody vaccinée contre la maladie en 1997 et l'autre chez un homme de 20 ans de la zone urbaine de Treichville jamais vacciné contre la fièvre jaune.

Les conclusions de la mission étaient les suivantes : i) la situation épidémiologique se caractérise par un groupe temporel de cas sans foyer géographique qui ne s'est pas poursuivie jusqu'ici ; ii) malgré une campagne de vaccination de masse en 2001, la couverture effective de la vaccination antiamarile se situe probablement autour ou au-dessous de 60% ; iii) on trouve des vecteurs capables de transmettre la maladie à Abidjan ; et iv) les indices des risques entomologiques (indice de Breteau et indice récipient) dépassent le seuil dans toutes les localités où un test a été effectué, ce qui est révélateur d'un risque élevé de transmission.

La mission recommande donc un renforcement du système de surveillance afin de détecter de nouveaux cas ainsi que l'application de mesures de lutte antivectorielle.

Après la mission, en juillet 2008, trois autres cas ont été confirmés au laboratoire et notifiés par le Ministère de la Santé. Outre les tests Igm habituels, des tests plus spécifiques ont été effectués sur tous les cas au laboratoire de référence central à l'Institut Pasteur de Dakar (Sénégal) pour déterminer la présence du virus de la fièvre jaune et exclure celle d'une autre fièvre hémorragique.

Jusqu'ici, le Ministère de la Santé a signalé au total neuf cas suspects de fièvre jaune, dont les cinq cas confirmés.

Sur la base de ces résultats, il a décidé de procéder en août à Abidjan à une campagne de vaccination de masse avec pour cible 1 938 161 personnes. La campagne sera menée avec l'assistance technique de l'OMS et l'appui de l'Alliance GAVI (Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination). Lors de la précédente campagne de masse à Abidjan en 2001, 2,6 millions de doses avaient été administrées.

Partager