Alerte et action au niveau mondial (GAR)

Découverte du virus Ebola Reston chez le porc et chez l’homme aux Philippines

Le 23 janvier 2009, le Gouvernement des Philippines a annoncé qu’une personne, dont on pense qu’elle a été en contact avec des porcs malades, avait donné des résultats positifs à la recherche d’anticorps (IgG) contre le virus Ebola Reston. Le 30 janvier, le gouvernement a annoncé que quatre autres personnes avaient donné des résultats positifs à la recherche de ces anticorps : deux agriculteurs à Bulacan, un autre agriculteur à Pangasinan – ces deux fermes dans le nord de Luzon sont actuellement en quarantaine à cause de l’infection à virus Ebola Reston découverte chez les porcs – et un boucher de l’abattoir de Pangasinan. La personne dont on a annoncé les tests positifs le 23 janvier élève, selon les informations, des porcs chez lui à Valenzuela City, un quartier dans la zone métropolitaine de Manille.

Le Ministère de la Santé des Philippines a déclaré que les personnes ayant donné des tests positifs semblent en bonne santé et n’ont pas eu de maladies notables au cours des 12 derniers mois. L’équipe chargée de l’enquête a indiqué qu’il était possible que ces 5 personnes aient été exposées au virus à la suite d’un contact direct avec des porcs malades. L’utilisation d’équipement de protection individuel n’est pas courante chez ceux qui s’occupent de ces animaux.

Il découle de ces observations et d’études antérieures que le virus Ebola Reston peut se transmettre à l’homme sans provoquer de maladie. Toutefois, les données actuelles ne couvrent que des adultes en bonne santé et il serait prématuré de tirer des conclusions pour l’ensemble de la population. Il est probable que la menace est faible pour les adultes en bonne santé mais elle est inconnue pour les autres groupes de la population, comme les sujets immunodéprimés, les personnes souffrant d’autres maladies, les femmes enceintes et les enfants.

Le gouvernement des Philippines procède à la recherche des contacts des cinq personnes ayant donné des tests positifs. En outre, des analyses sont en cours pour d’autres personnes qui auraient pu être en contact avec des porcs malades sur les deux exploitations placées en quarantaine dans les provinces de Bulacan et Pangasinan où l’on a signalé en 2008 des porcs infectés simultanément par le syndrome dysgénésique et respiratoire du porc (SDRP) et le virus Ebola Reston. Ces deux exploitations restent en quarantaine et le gouvernement philippin maintient sa suspension volontaire des exportations de porcs vivants, ainsi que de viande de porc fraîche ou congelée.

Le gouvernement des Philippines a annoncé l’adoption d’une stratégie commune des Ministères de la Santé et de l’Agriculture pour limiter les risques du virus Ebola Reston pour la santé humaine et animale et il a souligné que les autorités locales, le secteur de l’élevage porcin et le grand public allait jouer un rôle essentiel dans son application.

Avec ses partenaires internationaux, l’OMS continuera d’apporter son aide au gouvernement philippin dans ses efforts pour mieux comprendre le virus Ebola Reston, ses effets sur l’être humain et les mesures à prendre pour réduire tout risque pour la santé.

Partager

Liens connexes