Alerte et action au niveau mondial (GAR)

Dengue au Cap-Vert

Au 28 octobre 2009, le Ministère de la Santé avait notifié 3 367 cas suspects de maladies virales d’étiologie inconnue sur quatre îles : Brava, Fogo, Maio et Santiago.

Le laboratoire de l’Institut Pasteur de Dakar, Centre collaborateur de l’OMS pour les arbovirus et les fièvres virales hémorragiques et partenaire du Réseau mondial d'alerte et d'action en cas d'épidémie (GOARN), a confirmé avec les premiers échantillons analysés qu’il s’agissait du sérotype 3 du virus de la dengue.

C’est la première épidémie de dengue signalée au Cap-Vert.

Il est important de rappeler ici que le virus de la grippe pandémique H1N1 2009 circule dans ce pays depuis juin 2009.

Le Gouvernement a créé un comité ministériel de la lutte antivectorielle, dirigé par le Premier-ministre et rassemblant tous les ministères participant à la lutte contre la flambée. Les mesures qui ont été prises portent sur la prise en charge clinique, la lutte antivectorielle et la mobilisation sociale. Le Ministère de la Santé et l’organisme public des technologies de l’information ont établi, en collaboration avec l’OMS, un système de surveillance et de notification rapide par SMS.

Le 26 octobre, une équipe, envoyée par le Bureau régional OMS de l’Afrique, l’Équipe d’appui inter-pays et l’Institut Pasteur de Dakar, est arrivée pour aider le Cap-Vert à enquêter sur la flambée. Cette équipe apportera une assistance dans les domaines du laboratoire, de l’entomologie et de l’épidémiologie et mettra en place les épreuves diagnostiques de laboratoire à l’hôpital Agostinho Neto. Elle lancera en outre les activités de lutte antivectorielle, ainsi que l’enregistrement et l’analyse des tendances. Le Réseau mondial d'alerte et d'action en cas d'épidémie (GOARN) apportera une aide complémentaire aux autorités sanitaires du Cap-Vert.

Partager