Alerte et action au niveau mondial (GAR)

Fièvre jaune en Côte d’Ivoire

Le 6 novembre 2009, le Ministère de la Santé de la Côte d’Ivoire a notifié à l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) une flambée de fièvre jaune concernant 10 cas présumés et 6 décès dans les districts sanitaires de Minignan et Madinani, dans la région de Denguele, dans le Nord-Ouest du pays, près des frontières de la Guinée et du Mali.

Le cas indicateur est un garçon de 12 ans qui a consulté au centre de santé de Kaniasso, dans le district sanitaire de Minignan, le 5 septembre. Il était élève dans le village de Kenigouara, zone sanitaire de Samantiguila, dans le district d’Odienne, et n’avait pas d’antécédent de vaccination antiamarile. Deux autres cas ont été signalés dans le district de Madinani.

Au total, cinq cas présumés ont donné des tests positifs à l’Institut Pasteur de la Côte d’Ivoire et trois d’entre eux ont été confirmés par amplification génique (PCR) par le laboratoire régional de référence pour la fièvre jaune à l’Institut Pasteur de Dakar (Sénégal). D’autres tests spécifiques ont permis d’exclure la possibilité d’autres fièvres hémorragiques.

Après une enquête sur cette flambée, le Ministère de la Santé a fait vacciner 32 700 personnes dans les zones sanitaires de Banakoro, Kaniasso, Sanaferedougou, Minignan et Samantiguila et, en décembre 2009, une campagne de vaccination d’urgence, visant 154 941 personnes a eu lieu dans les districts sanitaires de Minignan et Madinani. Les vaccins ont été fournis à partir de la réserve mondiale d’urgence gérée par le Groupe international de coordination (GIC) pour l’approvisionnement en vaccin antiamaril, avec un financement de l’Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination (GAVI) et du Fonds central d’intervention pour les urgences humanitaires (CERF). La Côte d’Ivoire fait partie d’un groupe de pays d’endémie en Afrique où des campagnes de vaccination préventive sont organisées depuis 2007.

Une enquête menée en Guinée, dans la zone frontalière de la Côte d’Ivoire, a permis de détecter un cas de fièvre jaune, confirmé par l’Institut Pasteur de Dakar. Ce cas déclenchera également une action dans la zone affectée en Guinée.

Partager