Alerte et action au niveau mondial (GAR)

Poliomyélite au Tadjikistan : première importation depuis la certification de l’Europe comme région exempte de cette maladie

Des poliovirus de type 1 ont été détectés dans des échantillons prélevés sur des cas de paralysie flasque aiguë (PFA) au Tadjikistan. Il s’agit de la première importation de poliovirus dans la région OMS de l’Europe depuis sa certification comme région exempte de cette maladie.

Au 21 avril 2010, 120 cas de paralysie flasque aiguë avaient été notifiés au Tadjikistan. Pour la majorité d’entre eux, la paralysie s’est manifestée dans les deux dernières semaines, ce qui a amené les autorités du pays à notifier à l’OMS une flambée épidémique. Dix de ces enfants sont décédés. Dans l’immense majorité des cas, il s’agit d’enfants de moins de 5 ans. Les données préliminaires semblent indiquer que plus de 45 % d’entre eux avaient reçu quatre doses ou plus de vaccin antipoliomyélitique buccal.

Jusqu’à présent, le poliovirus de type 1 a été isolé dans des échantillons de diagnostic provenant de 7 de ces cas. Tous sont situés au sud-ouest du pays, dans une région à la frontière de l’Afghanistan et de l’Ouzbékistan. L’Afghanistan est l’un des quatre derniers pays d’endémie. Aucun cas n’a été notifié en Afghanistan, dans les zones à la frontière du Tadjikistan.

Le gouvernement du Tadjikistan a demandé à l’OMS des orientations et une assistance technique. Des vaccins pour trois campagnes de riposte à la flambée sont mis en place par la Division des approvisionnements de l’UNICEF au Tadjikistan.

Le dernier cas clinique confirmé de poliomyélite au Tadjikistan s’était produit en 1997 et le dernier cas confirmé par analyse virologique remonte en 1991. Le chiffre déclaré par les autorités pour la couverture par trois doses de VPO était de 87 % en 2008, dernière année pour laquelle ont dispose de données complètes dans le cadre de la procédure conjointe OMS/UNICEF. Les indicateurs de la surveillance de la PFA au Tadjikistan répondent aux normes de la certification au niveau national. En 2009, le Tadjikistan a notifié 35 cas de paralysie flasque aiguë, aucun dû à un poliovirus sauvage. À l’échelle mondiale, plus de 90 000 cas de paralysie flasque aiguë ont été notifiés en 2009, dont 1606 dus à des poliovirus sauvages.

Trois cas de paralysie flasque aiguë ont été notifiés en Ouzbékistan, à la frontière du Tadjikistan ; les analyses de laboratoire n’ont pas encore isolé le poliovirus. De plus, un enfant du Tadjikistan est allé de Douchanbé à Tachkent pour un traitement médical peu après la manifestation d’une paralysie. Le gouvernement de l’Ouzbékistan planifie une campagne nationale de vaccination ; le gouvernement du Kirghizistan vaccine les enfants de moins de cinq pendant la Semaine européenne de la vaccination (du 26 au 30 avril).

L’OMS est en communication avec les pays de la Région à propos de cette flambée. Il est important que les pays voisins renforcent la surveillance des cas de paralysie flasque aiguë, afin de détecter rapidement toute nouvelle importation de poliovirus sauvage et de faciliter une intervention rapide. Les pays devraient également analyser les données de la couverture par la vaccination systématique, afin de repérer toute lacune au niveau infranational pour ce qui est de l’état immunitaire de la population et d’orienter des activités de rattrapage pour ainsi réduire le plus possible les conséquences de toute nouvelle introduction de virus. Il convient de donner la priorité aux zones exposées à un risque élevé d’importation et où la couverture par trois doses de VPO/DTP est inférieure à 80 %.

Cette flambée montre bien la nécessité de maintenir une forte immunité dans la population jusqu’à l’interruption de la transmission de la poliomyélite dans le monde entier.

Les autorités sanitaires du Tadjikistan et leurs homologues peuvent prendre des mesures de santé publique à appliquer à leurs frontières, comme le renforcement de la surveillance et de la vaccination. Il est important que les voyageurs internationaux à destination ou en provenance des zones affectées soient correctement vaccinés contre la poliomyélite, ainsi que le recommande le chapitre 6 de la publication « International Travel and Health » (voir lien ci-dessous).

L’OMS ne recommande pas pour l’instant d’imposer, comme mesure de lutte, des restrictions aux déplacements internationaux des personnes.

Pour en savoir plus

Partager