Alerte et action au niveau mondial (GAR)

Choléra en Haïti – le point sur la situation

Au 27 octobre, le Ministère de la Santé de Haïti avait notifié 4 722 cas confirmés de choléra, dont 303 mortels. Les départements notifiant des cas confirmés sont l’Artibonite (76,5 %), le Centre (22,9 %), le Nord-Est et le Nord.

Les priorités de la Stratégie nationale de riposte du Gouvernement de Haïti à l’épidémie de choléra sont de protéger les familles au niveau des communautés, de renforcer les centres de soins de santé primaires opérant déjà dans tout le pays et de créer un réseau de Centres de traitement du choléra et des hôpitaux conçus pour traiter les cas sévères.

Les souches Vibrio cholerae O1, sérotype Ogawa, isolées en Haïti et analysées par le Laboratoire national de Santé publique et les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis d'Amérique se sont avérées résistantes aux antibiotiques suivants : triméthoprime-sulfaméthoxazole, furazolidone, acide nalidixique et streptomycine. Elles sont en revanche sensibles à la tétracycline, à la doxycycline et à la ciprofloxacine. Le séquençage génétique complet est en cours.

Action de l’OPS/OMS

L’aide d’urgence se poursuit avec le gouvernement, la MINUSTAH (Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti), les institutions des Nations Unies et des ONG qui continuent d’apporter leur assistance dans un nombre croissant d’endroits. L’Organisation panaméricaine de la Santé (OPS) coordonne ces efforts avec d’autres institutions des Nations Unies et avec les responsables de la santé dans les États Membres de l’OMS de la Région et au-delà.

L’OPS continue de mobiliser des experts internationaux, entre autres en épidémiologie, communication sur les risques, prise en charge des cas, laboratoire, eau et assainissement, logistique et système de gestion de l’approvisionnement humanitaire (LSS/SUMA) pour Haïti et la République dominicaine. Des fournitures médicales supplémentaires, dont 50 000 flacons de solution intraveineuse (lactate de Ringer) et 10 kits de traitement des affections diarrhéiques permettant de traiter de 400 à 500 cas de choléra sévère ont été achetées avec des fonds de la coopération internationale et sont attendues prochainement en Haïti.

Les experts de l’OPS et des CDC collaborent à l’amélioration de la surveillance et de la notification des cas, à l’analyse des échantillons prélevés dans les cours d’eau et les autres sources d’approvisionnement en eau et au suivi des résistances aux antibiotiques.

Pour aider le Ministère de la Santé haïtien dans ses efforts de planification et la République dominicaine pour son plan d’urgence, l’OPS collabore avec les CDC pour élaborer des scénarios modélisés donnant des projections de la dynamique et de la propagation de la flambée. Mais, même en disposant des meilleures modélisations, il sera impossible de prédire précisément l’évolution de l’épidémie.

L’OMS ne recommande aucune restriction aux voyages ou aux échanges commerciaux entre les pays ou entre les régions d’un pays affectées par des flambées de choléra. Les voyageurs n’ont pas besoin de fournir un certificat de vaccination anticholérique et il n’est pas nécessaire non plus de procéder à un dépistage par écouvillonnage rectal ou analyse des selles. Il n’est pas utile d’instaurer une quarantaine à la frontière, une mesure qui détourne des ressources et peut empêcher une coopération entre les institutions et les pays.

pour en savoir plus

Partager