Alerte et action au niveau mondial (GAR)

La poliomyélite en Asie centrale et dans la région fédérale du Caucase septentrional de la Fédération de Russie

Le risque de poursuite de la propagation internationale de la flambée de poliomyélite en cours en Asie centrale et dans la région fédérale du Caucase septentrional en Russie reste élevé.

En Asie centrale, le séquençage génétique du poliovirus isolé chez un enfant paralysé au Kazakhstan le 12 août 2010 a confirmé la poursuite de la circulation du virus responsable de la flambée au Tadjikistan, qui s’était propagé à la Fédération de Russie, au Turkménistan et sans doute à l’Ouzbékistan. En Fédération de Russie, la détection d’un cas supplémentaire de poliomyélite apparu le 25 septembre dans la République du Daguestan confirme la poursuite de la transmission du poliovirus dans la région fédérale du Caucase septentrional.

Au Tadjikistan, épicentre de la flambée d’Asie centrale (458 cas dus au PVS1 au 3 novembre), aucun cas de poliomyélite n’a été notifié depuis le 4 juillet 2010 suite à cinq campagnes de vaccination de masse par le vaccin antipoliomyélitique oral (VPO), une sixième et dernière tournée étant prévue du 8 au 12 novembre. Au Turkménistan (trois cas dus au PVS1), aucun nouveau cas n’a été signalé depuis le 28 juin 2010, et quatre campagnes de vaccination de masse par le VPO ont été menées à bien. Au Kazakhstan, le garçon de sept ans de Saryagach, dans l’Oblast du Kazakhstan Sud (SKO), paralysé le 12 août 2010, est le seul cas dans le pays ; une deuxième campagne de ratissage à grande échelle par le VPO a été menée durant la première semaine de novembre.

Le quatorzième cas en Fédération de Russie, l’enfant paralysé le 25 septembre, porte le nombre total de cas dans la région fédérale du Caucase septentrional à six, trois au Daguestan et trois en Tchétchénie. Le séquençage génétique de ce virus correspond à la poursuite de la transmission dans la région fédérale du Caucase septentrional depuis la détection des cas indicateurs le 15 juillet 2010 au Daguestan et le 4 août 2010 en Tchétchénie suite à deux importations distinctes du Tadjikistan. Les huit autres cas en Russie représentent des importations ponctuelles associées à des cas individuels, dont le dernier est survenu le 2 juillet 2010 ; aucun de ces cas n’a été associé à une poursuite de la circulation suite aux activités de vaccination locales de rattrapage par le VPO. Face à la poursuite de la transmission dans la région fédérale du Caucase septentrional, la Fédération de Russie a entamé une première tournée de vaccination de masse par le VPO dans la région le 1er novembre, une deuxième étant prévue fin novembre ; les deux tournées cibleront tous les enfants âgés de six mois à 15 ans.

Bien que l’Ouzbékistan n’ait pas confirmé de cas de poliomyélite pendant la flambée actuelle en Asie centrale, il n’est pas possible d’exclure qu’une poursuite de la transmission passe inaperçue dans le pays car aucun échantillon de selles provenant de cas de paralysie flasque aiguë (PFA) n’est actuellement analysé dans un laboratoire accrédité par l’OMS ; les zones voisines du Turkménistan, du Kazakhstan et du Tadjikistan ont toutes notifié des cas ; et au moins un ressortissant ouzbek a été paralysé peu après son arrivée en Russie, ce qui, compte tenu de la période d’incubation de la poliomyélite paralytique, laisse supposer que l’infection pourrait être survenue avant son départ d’Ouzbékistan. Compte tenu du risque d’une importation du poliovirus et d’une flambée épidémique, l’Ouzbékistan a entrepris quatre campagnes nationales de vaccination par le VPO, la dernière du 25 au 31 octobre.

Les pays exposés à l’importation du poliovirus depuis l’Asie centrale ou la région fédérale du Caucase septentrional de la Fédération de Russie devraient continuer à renforcer la surveillance des cas de PFA, à assurer l’analyse de tous les échantillons dans un laboratoire du poliovirus accrédité par l’OMS, à maintenir une couverture élevée par la vaccination antipoliomyélitique systématique, et à mener des activités de vaccination supplémentaires par le VPO selon les besoins afin de combler les lacunes de l’immunité dans la population.

Conformément aux recommandations figurant dans la publication de l’OMS Voyages internationaux et santé, les voyageurs en provenance ou à destination de pays touchés par la poliomyélite devraient être pleinement vaccinés. Les voyageurs qui ont par le passé reçu trois doses de VPO ou plus devraient se voir proposer une nouvelle dose de vaccin antipoliomyélitique avant leur départ. Toute personne non vaccinée ayant l’intention de se rendre dans une zone infectée par la poliomyélite devrait se faire administrer la série complète de vaccin. Les voyageurs en provenance de zones touchées devraient être pleinement vaccinés contre la poliomyélite avant leur départ et avoir reçu au minimum une dose de VPO avant leur départ.

Le Bureau régional OMS de l’Europe a averti tous les Etats Membres du risque pour la santé publique posé par la flambée de poliomyélite en cours en Asie centrale et dans la région fédérale du Caucase septentrional de la Fédération de Russie, comme le veut le Règlement sanitaire international.

L’OMS continue de tenir les Etats Membres européens et ses partenaires au courant de la situation par le biais de lettres adressées aux ministres, aux médecins chefs et à ses partenaires ; et de communications affichées sur le site Web de la Région européenne [http://www.euro.who.int/en/what-we-do/health-topics/diseases-and-conditions/poliomyelitis/publications/2010/who-epidemiological-brief-9-polio-outbreak-in-the-european-region-and-country-responses], sur le site www.polioeradication.org ; ainsi que par des rapports de situation couvrant l’épidémiologie, les interventions et l’évaluation des risques.

Pour en savoir plus

Partager