Alerte et action au niveau mondial (GAR)

Maladie inconnue au Cambodge – bulletin

Dans le cadre de la poursuite des investigations sur la maladie inconnue, le Ministère de la Santé du Royaume du Cambodge finalise l’étude de tous les cas présumés hospitalisés. Cette étude finale a rajouté deux cas supplémentaires entre avril et le 5 juillet 2012, portant le total des enfants atteints à 59, dont 52 sont morts.

L’âge des cas va de trois mois à 11 ans, avec une majorité ayant moins de trois ans. Le ratio global garçons/filles est de 1,3/1.

Il n’y avait pas d’échantillons de laboratoire disponibles dans la majorité des cas, du fait qu’ils sont décédés avant d’avoir pu faire les prélèvements nécessaires.

Sur la base des derniers résultats de laboratoire, une proportion significative des échantillons a donné des tests positifs pour l’entérovirus 71 (EV-71), à l’origine de la maladie mains-pieds-bouche. On sait que ce virus peut donner lieu à de graves complications chez certains patients.

De plus, un certain nombre d’autres agents pathogènes, dont le virus de la dengue et streptococcus suis, ont été retrouvés dans quelques-uns des échantillons. En revanche, les tests ont été négatifs pour H5N1 et les autres virus grippaux, pour le SRAS et pour le virus Nipah.

De nouvelles investigations pour rapprocher les données cliniques, celles des laboratoires et les informations épidémiologiques sont en cours et devraient se conclure dans quelques jours.

L’OMS et ses partenaires, dont l’Institut Pasteur du Cambodge et les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis, aident le Ministère de la Santé face à cet événement.

Les autorités renforcent également la sensibilisation du public aux bonnes règles d’hygiène, dont le lavage fréquent des mains.

Quelques informations sur la maladie mains-pieds-bouche

C’est une maladie courante du nourrisson et de l’enfant. Les symptômes fréquemment observés comportent de la fièvre, des plaies douloureuses dans la bouche et une éruption cutanée avec des cloques sur les mains, les pieds, mais aussi sur les fesses.

Le plus souvent, elle est provoquée par le virus Coxsackie A16 qui, en général, donne une maladie bénigne, guérissant spontanément avec peu de complications. Mais des entérovirus peuvent aussi en être la cause, dont l’entérovirus 71 (EV71), que l’on a associé à de graves complications dans certains groupes et qui peut entraîner des décès.

La maladie mains-pieds-bouche survient chez les enfants de moins de 10 ans. La durée d’incubation entre l’infection et l’apparition des symptômes va de 3 à 7 jours.

La maladie commence habituellement par de la fièvre, un manque d’appétit, un état de malaise et, fréquemment, une irritation de la gorge. Un ou deux jours après l’apparition de la fièvre, des plaies douloureuses se développent dans la bouche. Elles commencent par de petites taches rouges qui forment des cloques puis, souvent, des ulcères. Elles se situent en général sur la langue, sur les gencives et à l’intérieur des joues. Une éruption cutanée non prurigineuse apparaît en 1 à 2 jours avec des taches rouges, plates ou surélevées, dont certaines avec des cloques.

Cette éruption se situe habituellement sur la paume des mains et la plante des pieds, mais elle peut aussi survenir sur les fesses et/ou sur les organes génitaux. Une personne atteinte de cette maladie peut être asymptomatique, n’avoir qu’une éruption cutanée ou que des ulcères buccaux. Dans un petit nombre de cas, les enfants peuvent présenter un bref épisode fiévreux, des symptômes neurologiques et respiratoires et succomber rapidement.

Le virus de la maladie mains-pieds-bouche est contagieux et l’infection se propage d’une personne à l’autre par contact direct avec les sécrétions nasales ou pharyngées, la salive, le liquide des cloques ou les selles de sujets infectés. Ceux-ci sont les plus contagieux au cours de la première semaine de la maladie, mais ils peuvent le rester pendant plusieurs semaines. Cette maladie n’est pas transmise par les animaux, même de compagnie. Il ne faut pas la confondre avec la fièvre aphteuse de l’animal, une maladie tout à fait différente.

On ne dispose actuellement d’aucun traitement spécifique pour la maladie mains-pieds-bouche. Les patients doivent boire abondamment de l’eau ou d’autres liquides et peuvent nécessiter un traitement symptomatique.

Il est conseillé aux agents de santé de traiter les patients en fonction de leurs symptômes et d’éviter de leur administrer des stéroïdes.

Partager