Alerte et action au niveau mondial (GAR)

Infection par le nouveau coronavirus – bulletin – définition de cas provisoire révisée

L’OMS a continué à suivre la situation. Aucun autre cas confirmé n’a été signalé et il n’est jusqu’ici pas établi que le nouveau coronavirus se transmette d’une personne à l’autre.

Afin d’assurer l’identification et la mise en observation efficaces et appropriés des patients qui pourraient être infectés par le virus sans surcharger les systèmes de santé par des tests inutiles, une définition de cas provisoire révisée a été publiée par l’OMS (voir les liens pertinents à droite de cette page). Il convient de noter que cette définition de cas a été élaborée sur la base de données dérivées des deux cas confirmés et qu’en tant que tel, aussi convient-il d’exercer un certain degré d’appréciation clinique dans l’évaluation de cas individuels.

L’OMS coopère étroitement avec les laboratoires chargés de confirmer la présence du nouveau coronavirus dans les deux cas confirmés. Ces laboratoires ont travaillé à la mise au point de réactifs et de protocoles de diagnostic qui puissent être fournis aux laboratoires qui ne sont pas en mesure d’en mettre au point eux-mêmes, et ceux-ci sont désormais disponibles. L’OMS s’efforce maintenant d’élargir le nombre de laboratoires capables d’aider les États Membres à dépister ou à confirmer le nouveau virus.

L’OMS a reçu des offres de soutien de plusieurs grandes institutions de santé publique de par le monde lui proposant de l’aider pour la réalisation des tests en cas de besoin. La séquence complète de l’acide nucléique du virus a été téléchargée dans Genbank [banque de gènes en libre accès]et le protocole d’épreuve utilisant la PCR en temps réel a été publié.

L’OMS ne conseille pas de détection particulière aux points d’entrée en rapport avec cet événement et ne recommande pas non plus d’appliquer des restrictions aux voyages ou au commerce.

L’OMS continue d’informer ses États Membres par l’intermédiaire des points focaux nationaux désignés dans le cadre du Règlement sanitaire international (2005).

Partager