Alerte et action au niveau mondial (GAR)

Flambée de fièvre hémorragique à virus Ebola en République démocratique du Congo – Mise à jour

Le 7 octobre 2012, 49 cas (31 confirmés en laboratoire, 18 probables) de fièvre hémorragique à virus Ebola ont été notifiés en République démocratique du Congo (RDC). Parmi ces cas, 24 ont été mortels (10 confirmés, 10 probables).

Ces cas ont été notifiés dans les zones sanitaires d’Isiro et Viadana du district du Haut-Uélé, situé dans la Province Orientale.

Le ministère de la santé continue de collaborer avec ses partenaires dans le cadre du groupe spécial national pour identifier toutes les chaînes de transmission possibles de la maladie et s’assurer que des mesures appropriées sont prises pour interrompre la transmission et stopper la flambée. Ce groupe spécial comprend notamment Médecins Sans Frontières (MSF); la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR), l’Agence des Etats-Unis d’Amérique pour le Développement international (USAID); les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des Etats-Unis d’Amérique; le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et l’OMS.

Les opérations de riposte se poursuivent dans les domaines suivants : coordination ; prévention et lutte contre l’infection (IPC); surveillance et épidémiologie; prise en charge des cas; information du public et mobilisation sociale ; soutien psychosocial; analyse anthropologique; et logistique.

L’OMS et le Réseau mondial d’alerte et d’action en cas d’épidémie (GOARN) ont dépêché des experts pour appuyer la riposte opérationnelle, et notamment pour mettre en place un laboratoire de terrain et intervenir dans le domaine de la prévention et de la lutte contre l’infection en milieu de soins.

Les échantillons prélevés initialement ont été analysés et ont fait l’objet d’une confirmation par l’Institut de Recherche sur les virus d’Ouganda (UVRI). Les CDC ont installé un laboratoire de terrain à Isiro au début de la flambée et l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) continue d’aider au diagnostic rapide sur le terrain avec ses unités de laboratoire mobiles déployées à Isiro.

Les activités en cours dans les zones d’Isiro et avoisinantes comprennent la formation du personnel soignant à l’IPC dans les établissements de soins, une aide à la prise en charge des cas, le renforcement de la surveillance, le travail avec les guérisseurs traditionnels pour sensibiliser la population à la fièvre hémorragique à virus Ebola, l’apport d’un soutien psychosocial aux familles touchées et des interventions de proximité dans les écoles.

En relation avec cet événement, l’OMS ne recommande pas l’application de restrictions aux voyages ou au commerce en RDC.

Informations générales concernant la lutte contre l’infection par le virus Ebola dans les établissements de soins

La transmission interhumaine du virus Ebola est principalement associée au contact direct avec du sang ou des fluides corporels contaminés. Des cas de transmission de ce virus à des soignants ont été signalés lorsque les mesures de lutte contre l’infection appropriées n’avaient pas été respectées.

Le personnel soignant s’occupant de patients chez lesquels la présence du virus Ebola est suspectée ou confirmée doit appliquer des mesures de lutte contre l’infection pour éviter toute exposition à du sang ou à des fluides corporels provenant de ces patients et/ou tout contact direct non protégé avec l’environnement potentiellement contaminé. En outre, il est important que les précautions standard, en particulier l’hygiène des mains, le port de gants et autres équipements de protection individuelle, les pratiques d’injection sans risques et autres mesures soient appliqués à tous les patients, dans tous les établissements de soins et à tout instant.

Partager

Liens connexes