Alerte et action au niveau mondial (GAR)

Cas d’infection humaine par le virus grippal A(H7N9) en Chine – mise à jour

Le 12 avril 2013 (17:30, heure HEC), la Commission de la santé et de la planification familiale chinoise a notifié à l’OMS cinq cas confirmés en laboratoire d’infection humaine par le virus grippal A(H7N9) supplémentaires. Parmi ces derniers cas confirmés, trois sont originaires du Zhejiang et deux de Shanghai.

Le premier est un homme de 66 ans originaire du Zhejiang et tombé malade le 8 avril 2013, le deuxième un homme de 74 ans, originaire également du Zhejiang et dont la maladie s’est déclarée le 6 avril 2013, le troisième une femme de 54 ans, originaire du Zhejiang et dont la maladie a débuté le 6 avril 2013, le quatrième un homme de 53 ans, originaire de Shanghai et ayant présenté les premiers symptômes le 3 avril 2013 et le cinquième un homme de 86 ans, également originaire de Shanghai et tombé malade le 3 avril 2013.

En outre, un cas notifié précédemment à Shanghai est décédé. À ce jour, le nombre de cas confirmés en laboratoire d’infection par le virus grippal A(H7N9) en Chine s’élève à 43 au total, parmi lesquels 11 décès. Plus d’un millier de contacts proches des cas confirmés font l’objet d’une surveillance étroite.

Le gouvernement chinois enquête activement sur cet événement et a relevé le niveau de surveillance. Des analyses rétrospectives sur des prélèvements provenant de cas récemment signalés d’infection respiratoire sévère pourraient révéler des cas supplémentaires, passés inaperçus précédemment. Un groupe de travail intergouvernemental spécial a été formellement établi et sa coordination a été confiée à la Commission nationale de la santé et de la planification familiale, au ministère de l’agriculture et à d’autres ministères clés. Le secteur de la santé animale a intensifié ses investigations sur les sources et les réservoirs possibles du virus.

L’OMS est en contact avec les autorités nationales et suit de près cet événement. La réponse internationale coordonnée par l’OMS est également axée sur la coopération avec les centres collaborateurs OMS de référence et de recherche pour la grippe et d’autres partenaires pour s’assurer de la disponibilité des informations et de la mise au point de matériels destinés au diagnostic et au traitement de la maladie et au développement de vaccins. Aucun vaccin n’est actuellement disponible pour ce sous-type de virus grippal. Les résultats d’essais préliminaires fournis par le Centre collaborateur de l’OMS en Chine laissent à penser qu’il est sensible aux inhibiteurs de la neuraminidase (oseltamivir et zanamivir).

À l'heure actuelle, on ne dispose d’aucune preuve d’une transmission interhumaine en cours.

En rapport avec cet événement, l’OMS ne conseille pas de dépistage particulier aux points d’entrée et ne recommande pas non plus l’application de quelconques restrictions aux déplacements ou au commerce.

À propos de ces informations sur les flambées épidémiques

1. L’OMS publie actuellement des informations sur les cas confirmés qu’elle reçoit par le biais des notifications officielles émanant du Point focal chinois pour le Règlement sanitaire international (RSI). Cette notification et cette publication formelles sont effectuées après la vérification de l’information et peuvent donc ne pas inclure certains cas signalés par les médias publics ou d’autres sources, ou intervenir après la divulgation de ces cas par ces sources.

2. À ce jour, nous disposons de peu d’informations pour déterminer si le nombre de cas notifiés représente une partie ou la totalité des cas survenus jusqu’à présent. Certains cas relativement bénins ayant maintenant été notifiés, il est possible que d’autres cas de gravité analogue n’aient pas été identifiés et signalés.

3. Si le schéma actuel d’infections sporadiques se maintient, l’OMS cessera de signaler fréquemment les nombres de cas et focalisera ses informations sur les flambées épidémiques sur les faits nouveaux ou les évolutions du schéma ou de la présentation des infections.

Partager

Liens connexes