Alerte et action au niveau mondial (GAR)

Infection par le nouveau coronavirus – mise à jour

Le Ministère français des Affaires sociales et de la santé en France a informé l’OMS d’un cas confirmé d’infection par le nouveau coronavirus (nCov).

Le patient avait une affection médicale sous-jacente, comportant une immunodépression. Le patient est tombé malade le 23 avril 2013 et a ensuite manifesté des symptômes respiratoires. La confirmation du nCov par le laboratoire a été obtenue le 7 mai 2013 à l’Institut Pasteur, à partir d’un échantillon de lavage broncho-alvéolaire (un acte médical au cours duquel un bronchoscope est introduit par le nez ou la bouche pour prélever un liquide aux fins d’analyse), après qu’un échantillon naso-pharyngé (sécrétion de la partie supérieure de la gorge) ait donné un test négatif. Le patient est actuellement hospitalisé. L’enquête préliminaire révèle qu’il a voyagé à Dubaï (Émirats arabes unis). Les investigations sur ce cas se poursuivent.

De septembre 2012 jusqu’à présent, l’OMS a eu connaissance d’au total 31 cas d’infection humaine par le nCov dans le monde, confirmés en laboratoire, dont 18 mortels.

Compte tenu de la situation actuelle et des informations disponibles, l’OMS encourage tous les États Membres à continuer de surveiller les infections respiratoire aigües (IRA) sévères et à examiner avec soin toute présentation inhabituelle. Ce nouveau cas souligne bien la nécessité de la vigilance pour les voyageurs revenant de zones touchées par le virus et celle d’obtenir, si possible, des échantillons des voies respiratoires basses pour le diagnostic.

Il est rappelé à tous les États Membres qu’ils doivent rapidement évaluer et notifier à l’OMS tout nouveau cas d’infection par un nCov, en communiquant également les informations relatives aux expositions pouvant avoir entraîné l’infection et la description de l’évolution clinique.

Au regard de cet événement, l’OMS ne conseille pas de dépistage particulier aux points d’entrées, ni l’application de quelconques restrictions aux déplacements ou au commerce.

L’OMS continue de suivre de près la situation.

Pour en savoir plus
Partager