Alerte et action au niveau mondial (GAR)

Coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV) – mise à jour

Bulletin d’information sur les flambées épidémiques

Les cas suivants de coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV) confirmés en laboratoire ont été notifiés par les Émirats arabes unis, les États-Unis d’Amérique, la Jordanie, le Liban et les Pays-Bas.

Pays-Bas

Le 14 mai 2014, le point focal national RSI pour les Pays-Bas a notifié à l’OMS le premier cas confirmé en laboratoire d’infection par le MERS-CoV aux Pays-Bas. Le patient est un Néerlandais de 70 ans qui s’était rendu en Arabie saoudite entre le 26 avril et le 10 mai 2014.

Le patient a présenté les premiers symptômes le 1er mai 2014 alors qu’il se trouvait à Médine, en Arabie saoudite. Il a été évalué dans un service d’urgence à La Mecque le 6 mai et a reçu des antibiotiques; il ne présentait pas de symptômes respiratoires tant qu’il était en Arabie saoudite. À son retour aux Pays-Bas, le 10 mai, son état s’est détérioré, il a présenté des symptômes respiratoires et a été hospitalisé le jour même. Le 13 mai, les tests se révélaient positifs pour le MERS-CoV. Actuellement, le patient est en soins intensifs et son état est stable.

Le patient ne déclare pas avoir eu de contact avec des animaux ni avoir consommé des produits d’origine animale crus. On a commencé à identifier les contacts proches, y compris sur les vols.

États-Unis d’Amérique

Le 12 mai 2014, le point focal national RSI des États-Unis a notifié le deuxième cas confirmé en laboratoire d’infection par le MERS-CoV aux États-Unis chez un agent de santé d’une quarantaine d’années qui vit et travaille à Djedda, en Arabie saoudite.

Il s’était rendu à Boston, dans le Massachusetts, aux États-Unis, depuis Djedda, le 1er mai 2014 sur des vols commerciaux via Londres Heathrow; puis de Boston à Atlanta, en Géorgie; et d’Atlanta à Orlando, en Floride.

Il a commencé à se sentir mal le 1er mai 2014 sur le vol qui l’amenait de Djedda à Londres avec un peu de fièvre, des frissons et une légère toux. Le 9 mai 2014, il consultait dans un service d’urgence et était hospitalisé. Le patient est dans un état stable.

La Division of Global Migration and Quarantine (DGMQ) des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États Unis continue à collaborer avec ses partenaires au niveau local, de l’État et internationaux, ainsi qu’avec les compagnies aériennes pour obtenir les listes des passagers des vols, afin de pouvoir identifier, localiser et interroger les contacts.

Émirats arabes unis

Le 11 mai 2014, le point focal national RSI des Émirats arabes unis a notifié neuf cas supplémentaires de MERS-CoV chez des résidents d’Abu Dhabi. Deux sont des ressortissants des Émirats arabes unis, l’un est un ressortissant omanais et six sont de nationalités différentes mais résidant à Abu Dhabi.

  • Un ressortissant omanais de 51 ans, résidant à Al Buraimi, Oman, a commencé à avoir de la fièvre le 18 avril 2014. Il a été hospitalisé le 20 avril 2014. Le 23 avril 2014, les tests étaient positifs pour le MERS-CoV. Il est actuellement hospitalisé en isolement et son état est stable. Le patient présentait d’autres pathologies, n’avait pas d’antécédents de voyages, n’avait pas eu de contact avec des animaux et n’avait pas eu de contact avec un cas de MERS-CoV confirmé en laboratoire. Le point focal national RSI pour Oman était déjà informé de ce cas.
  • Une femme agent de santé de 39 ans, résidant à Abu Dhabi, dépistée dans le cadre de la recherche des contacts. Elle ne présentait pas de symptômes; le MERS-CoV a été confirmé en laboratoire le 25 avril 2014. Elle a des antécédents d’exposition à un cas confirmé de MERS-CoV, notifié à l’OMS le 18 avril 2014. Elle ne présente pas d’autres pathologies, n’a pas d’antécédents de voyages et n’a pas eu de contact avec des animaux.
  • Un homme de 30 ans ressortissant des Émirats arabes unis résidant à Abu Dhabi. Le 24 avril 2014, il s’est rendu dans un service d’urgences parce qu’il toussait et avait du mal à respirer, mais il était cliniquement stable et a été traité en ambulatoire. Le 25 avril, les tests se révélaient positifs pour le MERS-CoV. Il est actuellement à l’hôpital et son état général est bon. Le patient a signalé d’autres pathologies, n’a pas d’antécédents de voyages récents, n’a pas eu de contact avec des animaux et n’a pas eu de contact avec un cas de MERS-CoV confirmé en laboratoire.
  • Un homme de 42 ans ressortissant des Émirats arabes unis, résidant à Abu Dhabi, asymptomatique, dépisté en tant que contact du premier cas susmentionné. Le 25 avril 2014, les tests étaient positifs pour le MERS-CoV. Il n’a pas d’antécédents de voyages et n’a pas eu de contact avec des animaux.
  • Une femme agent de santé de 30 ans résidant à Abu Dhabi. Elle présentait un mal de gorge le 15 avril 2014; un échantillon de crachats a été prélevé le 16 avril 2014 dans le cadre d’un dépistage collectif des agents de santé suite à la survenue d’une grappe de cas à l’hôpital. Les tests se sont révélés positifs pour le MERS-CoV le 17 avril 2014 et elle a été hospitalisée le même jour. Elle a quitté l’hôpital le 22 avril 2014. Elle n’a pas d’autres pathologies, pas d’antécédents de voyages significatifs et n’a pas eu de contact avec des animaux.
  • Un homme agent de santé de 44 ans résidant à Abu Dhabi. Il avait un léger mal de gorge qui a commencé le 19 avril 2014. Il avait été en contact le 13 avril avec un cas confirmé notifié à l’OMS le 17 avril 2014. Les tests se sont révélés positifs pour le MERS-CoV le 21 avril 2014 et le patient a été hospitalisé le 22 avril 2014. Il a quitté l’hôpital le 1er mai. Il ne présente pas d’autres pathologies, n’a pas d’antécédents de voyages significatifs et n’a pas eu de contact avec des animaux.
  • Un homme de 41 ans employé de l’hôpital résidant à Abu Dhabi. Il était asymptomatique, mais a été dépisté sans avoir eu de contact avec aucun cas dans le cadre d’un dépistage collectif pratiqué sur son lieu de travail. Le 21 avril, les tests se révélaient positifs pour le MERS-CoV et il était hospitalisé le 22 avril. Il a quitté l’hôpital le 27 avril 2014. Il ne présente pas d’autres pathologies, n’a pas d’antécédents de voyages significatifs et il n’a pas eu de contact avec des animaux.
  • Un homme de 68 ans employé de l’hôpital et résidant à Abu Dhabi. Il était asymptomatique mais a été dépisté sans avoir eu de contact avec aucun cas dans le cadre d’un dépistage collectif pratiqué sur son lieu de travail. Le 23 avril, les tests se révélaient positifs pour le MERS-CoV et il était hospitalisé le 24 avril 2014 en isolement. Il a quitté l’hôpital le 30 avril 2014. Il a signalé d’autres pathologies, mais n’a pas d’antécédents de voyages significatifs et n’a pas eu de contact avec des animaux.
  • Un homme de 45 ans employé de l’hôpital résidant à Abu Dhabi. Il était asymptomatique, mais a été dépisté sans avoir eu de contact avec aucun cas dans le cadre d’un dépistage collectif pratiqué sur son lieu de travail. Le 26 avril, les tests se sont révélés positifs pour le MERS-CoV et il a été hospitalisé le même jour pour isolement. Il a quitté l’hôpital le 1er mai 2014. Il ne présente pas d’autres pathologies, n’a pas d’antécédents de voyages significatifs et n’a pas eu de contact avec des animaux.

Le 8 mai 2014, le point focal national RSI pour les Émirats arabes unis (EAU) a notifié quatre cas supplémentaires confirmés en laboratoire d’infection par le MERS-CoV.

  • Un travailleur de la construction de 37 ans expatrié à Abu Dhabi, tombé malade le 23 avril 2014 et hospitalisé le 29 avril. Les tests se sont révélés positifs pour le MERS-CoV le 1er mai 2014 et il est actuellement en soins intensifs dans un état critique mais stable. Il n’aurait pas d’autres pathologies, n’a pas d’antécédents de voyages significatifs et n’a pas eu de contact avec des cas confirmés en laboratoire ou avec des animaux.
  • Une femme de 38 ans, agent administratif dans un centre sanitaire d’Abu Dhabi, tombée malade le 20 avril 2014. Elle a été hospitalisée le 26 avril 2014. Les premiers tests en laboratoire se sont révélés négatifs pour le MERS-CoV, mais un test de contrôle pratiqué le 27 avril 2014 s’est révélé positif le 1er mai. À l’heure actuelle, la patiente est en soins intensifs dans un état critique mais stable. Elle présente plusieurs autres pathologies mais n’a pas d’antécédents de voyages, n’a pas eu de contact avec des cas confirmés en laboratoire ou avec des animaux et n’a pas n’antécédents de consommation de lait de chamelle cru.
  • Un homme expatrié de 61 ans, tailleur, résidant à Abu Dhabi. Il est hospitalisé depuis le 18 mars 2014 pour fibrillation auriculaire et pneumopathie chronique obstructive. Les échantillons prélevés le 29 avril 2014 et envoyés au laboratoire se sont révélés positifs pour le MERS-CoV le 1er mai 2014. Actuellement, il est en soins intensifs dans un état critique mais stable. Il n’a pas d’antécédents de voyages, n’a pas eu de contact avec des cas confirmés en laboratoire ou des animaux et n’a pas non plus consommé de lait de chamelle cru.
  • Une expatriée de 34 ans résidant à Abu Dhabi. Elle est asymptomatique. Elle a été dépistée suite à un dépistage collectif sur son lieu de travail sans avoir été en contact avec aucun cas connu. Les échantillons prélevés le 29 avril 2014 et envoyés au laboratoire se sont révélés positifs pour le MERS-CoV le 1er mai 2014. Elle n’a pas d’autres pathologies, n’a pas d’antécédents de voyages et n’a pas eu de contact avec des cas confirmés en laboratoire ou des animaux. Elle est végétarienne et ne consomme que des produits laitiers pasteurisés.

Un autre cas qui n’avait pas été notifié précédemment a été communiqué à l’OMS le 8 avril 2014 par le point focal national RSI pour les Émirats arabes unis:

  • Un homme de 59 ans employé agricole résidant à Abu Dhabi. Le patient est tombé malade le 28 mars 2014 (fièvre). Le 30 mars 2014, il était hospitalisé en soins intensifs. Le 3 avril 2014, le MERS-CoV était confirmé en laboratoire. Il aurait été en contact avec un cas confirmé en laboratoire hospitalisé.

Les autorités de la santé publique continuent de rechercher les contacts et de procéder à l’investigation épidémiologique. Tout fait nouveau sera communiqué immédiatement.

Jordanie

Le 11 mai 2014, le point focal national RSI pour la Jordanie a communiqué à l’OMS un nouveau cas de MERS-CoV.

Il s’agit d’un homme agent de santé de 50 ans, de nationalité jordanienne et résidant dans le gouvernorat de Zarka. Il a commencé à présenter des symptômes le 7 mai 2014. Le 10 mai, son état a empiré et on lui a diagnostiqué une pneumonie après une radiographie. Il a été hospitalisé le même jour et les tests se sont révélés positifs pour le MERS-CoV. Le patient a des antécédents de contact avec deux cas confirmés de MERS-CoV. Il est dans un état stable. Il n’aurait pas d’antécédents de voyages ni de contact avec des animaux.

La recherche et le dépistage du MERS-CoV chez six membres de la famille et 24 agents de santé se poursuivent.

Liban

Le 8 mai 2014, le point focal national RSI au Liban a notifié le premier cas confirmé en laboratoire d’infection de MERS-CoV.

Le 22 avril 2014, un agent de santé de 60 ans, ressortissant libanais, s’est plaint d’une fièvre élevée. Le 27 avril 2014, on lui diagnostiquait une pneumonie et il était hospitalisé le 30 avril 2014 avec pour symptômes fièvre, dyspnée et toux productive. Le 2 mai 2014, les tests se révélaient positifs pour le MERS-CoV. Il ne présente pas d’autres pathologies. Stabilisé, il a quitté l’hôpital le 7 mai 2014.

Le patient n’aurait pas eu de contact avec des cas confirmés en laboratoire ou des animaux et n’avait pas non plus d’antécédents de consommation de lait de chamelle cru. Il n’a pas signalé avoir voyagé dans les 14 jours précédents l’apparition des symptômes.

Le patient voyageait dans toute la région du Golfe, en particulier au Koweït, en Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis ; l’enquête sur ses voyages se poursuit. Son plus récent déplacement remontait à cinq semaines avant l’apparition des symptômes, c’était aux Émirats arabes unis, et huit semaines avant l’apparition des symptômes à Djedda, où il s’était rendu dans l’un des hôpitaux ayant traité plusieurs cas de MERS-CoV.

Au niveau mondial, 572 cas confirmés en laboratoire d’infection par le MERS-CoV ont été officiellement notifiés à l’OMS, dont 173 décès. Le total mondial comprend tous les cas communiqués dans la présente mise à jour (18), plus 58 cas confirmés en laboratoire officiellement communiqués à l’OMS par l’Arabie saoudite entre le 5 et le 9 mai. L’OMS travaille avec l’Arabie saoudite pour obtenir de plus amples informations sur ces cas et fournira d’autres mises à jour dès que possible.

Conseils de l’OMS

Compte tenu de la situation actuelle et des informations disponibles, l’OMS encourage tous les États Membres à poursuivre leur surveillance des infections respiratoires aiguës et à examiner avec soin toute présentation inhabituelle.

Les mesures de lutte contre l’infection sont essentielles pour prévenir l’éventuelle propagation du MERS-CoV dans les établissements de santé. Il n’est pas toujours possible d’identifier rapidement les patients atteints de MERS-CoV car, comme pour d’autres infections respiratoires, les premiers symptômes ne sont pas spécifiques de la maladie. Il est donc important que les agents de santé appliquent systématiquement les précautions standard pour tous les patients, quel que soit le diagnostic.

Il faudra compléter ces mesures par les précautions gouttelettes lors des soins prodigués à tous les malades présentant des symptômes d’infection respiratoire aiguë, et par les précautions contact et une protection oculaire lorsqu’on s’occupe d’un cas probable ou confirmé d’infection par le MERS-CoV. Les précautions aériennes sont indiquées lorsqu’on met en œuvre des procédures générant des aérosols.

Tant que l’on n’en sait pas davantage sur le MERS-CoV, les personnes diabétiques et celles souffrant d’insuffisance rénale ou de maladie pulmonaire chronique et les personnes immunodéprimées sont considérées comme exposées à un risque élevé de maladie grave due au MERS-CoV. Elles devront éviter les contacts rapprochés avec des animaux, en particulier les chameaux, lorsqu’elles se rendent dans des fermes ou des élevages situés dans des zones où l’on sait que le virus peut être en circulation.

On veillera à respecter les mesures générales d’hygiène, comme se laver régulièrement les mains avant et après avoir touché des animaux et éviter les contacts avec des animaux malades.

Les bonnes pratiques d’hygiène alimentaire devront être respectées. On évitera de consommer du lait cru de chamelle ou de l’urine de chameau, ou de la viande mal cuite.

L’OMS ne conseille pas de dépistage particulier aux points d’entrée en rapport avec cet événement, et ne recommande pas actuellement de restrictions aux déplacements ou au commerce.

Partager