Alerte et action au niveau mondial (GAR)

Maladie à virus Ebola en Afrique de l’Ouest – mise à jour

Bulletin d’information sur les flambées en cours
28 mai 2014

Guinée

Du 23 mai au 27 mai 2014, 4 nouveaux districts ont notifié 14 nouveaux cas cliniques de maladie à virus Ebola, avec 5 décès: Boffa, 5 cas et 1 décès; Télimélé, 7 cas et 4 décès; Boké, 1 cas et 0 décès; et Dubreka, 1 cas et 1 décès. La transmission locale et nosocomiale se poursuit à Guékédou, Macenta et Conakry.

Au 27 mai 2014 à 18 heures, le total cumulé de cas dus à la maladie à virus Ebola était de 281 avec 186 décès. La classification des cas et des décès est la suivante: cas confirmés (163 et 103 décès); cas probables (66 et 56 décès); et cas suspects (44 et 23 décès).

La répartition géographique des cas cliniques de maladie à virus Ebola est la suivante; Conakry, 48 cas et 26 décès; Guékédou, 176 cas et 126 décès; Macenta, 31 cas et 19 décès; Kissidougou, 7 cas et 5 décès; Dabola, 4 cas et 4 décès; Dinguiraye, 1 cas et 1 décès, en plus des cas et des décès dans les zones nouvellement touchées.

Le nombre total de cas placés en isolement est de 16 (10 à Guékédou, 3 à Télimélé et 3 à Boffa). Le nombre de contacts faisant l’objet d’un suivi est de 427 (250 à Conakry, 213 à Guékédou, 126 à Macenta et 88 à Télimélé).

Sierra Leone

En Sierra Leone, 16 cas (7 confirmés en laboratoire, 9 cas suspects) et 5 décès dans la communauté ont été notifiés dans le district de Kailahun, situé dans la région Est de la Sierra Leone, à la frontière de Guékédou en Guinée et aussi du Libéria.

Libéria

Au Libéria, il n’y a pas eu de nouveau cas depuis le 9 avril 2014. La mobilisation sociale et la surveillance ont été renforcées dans les districts frontaliers. Le nombre des cas reste susceptible d’évoluer en raison de la reclassification, des investigations rétrospectives, de la synthèse des données sur les cas et des résultats de laboratoire, et de la surveillance renforcée.

Action de l’OMS

En réponse à la confirmation d’une flambée de maladie à virus Ebola en Sierra Leone, l’OMS a organisé une téléconférence multi-niveaux et proposé des mesures clés à prendre, comme la mise en place d’une équipe d’intervention d’urgence au bureau de l’OMS dans le pays, le déploiement d’experts, d’un soutien logistique et de fournitures, ainsi que des fonds d’accélération.

L’OMS facilite la participation active des autorités nationales et des responsables locaux pour venir à bout des résistances communautaires et de la dissimulation des cas dans certaines communautés de la Guinée comme de la Sierra Leone.

En Guinée, le Ministère de la Santé et ses partenaires ont monté une riposte comportant l’investigation sur la flambée, des évaluations du risque, la prise en charge des cas, la lutte contre l’infection dans les nouveaux districts touchés et la mobilisation sociale ciblant les communautés réticentes à Guékédou et à Conakry.

Sur la base des informations actuellement disponibles concernant cet événement, l’OMS ne recommande pas que des restrictions aux voyages ou aux échanges commerciaux soient imposées à la Guinée ou à la Sierra Leone.

Partager

Liens connexes