Alerte et action au niveau mondial (GAR)

Détection du poliovirus dans des eaux usées au Brésil

Bulletin d’information sur les flambées épidémiques
23 juin 2014

Le 18 juin 2014, le point focal national RSI du Brésil a signalé qu’un poliovirus sauvage de type 1 (PVS1) avait été isolé dans des échantillons d’eaux usées prélevés en mars 2014 à l’aéroport international de Viracopos, sur la commune de Campinas dans l’État de São Paulo au Brésil. Le virus a été détecté uniquement dans les eaux usées ; des échantillons d’eaux usées prélevés sur le même site après la détection du PVS1 ont été soit négatifs soit uniquement positifs pour des souches Sabin ou des entérovirus non poliomyélitiques. L’isolat a été obtenu moyennant une surveillance environnementale systématique des eaux usées ; rien ne permet de penser qu’il existe une transmission du PVS1.

Le séquençage génétique a révélé une correspondance étroite avec une souche de PVS1 qui a été isolée récemment à partir d’un cas de poliomyélite en Guinée équatoriale. L’enquête épidémiologique se poursuit.

La Région des Amériques est exempte de transmission autochtone du PVS depuis 1991 et le Brésil depuis 1989. Aucune transmission autochtone du poliovirus sauvage n’a été signalée au Brésil depuis 1989.

Les autorités sanitaires brésiliennes ont renforcé leurs activités de surveillance en vue de détecter la transmission du PVS1 et les cas potentiels de poliomyélite paralytique ainsi que d’éventuelles personnes non vaccinées. La couverture par la vaccination contre la poliomyélite dans l’État de São Paulo et la ville de Campinas est supérieure à 95 % dans le cadre du programme de vaccination systématique. La dernière campagne nationale de vaccination par le VPO a été menée en juin 2013. Cette année, la campagne de vaccination par le VPO est prévue en novembre 2014 au niveau national et le groupe cible est constitué des enfants de 6 mois à moins de 5 ans.

Les échantillons prélevés dans le cadre de la surveillance environnementale sur ce site comme sur d’autres sites au Brésil depuis 1994 se sont régulièrement révélés négatifs pour la présence de PVS.

Compte tenu du niveau élevé de protection de la population attesté par l’importante couverture vaccinale et de la mise en œuvre de campagnes de vaccination périodiques dans cette zone – ainsi que de l’absence à ce jour de transmission du PVS1 et des mesures prises pour faire face à la situation –, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) évalue le risque de propagation internationale de ce virus à partir du Brésil comme très faible.

Compte tenu de la poursuite de la flambée de PVS1 en Guinée équatoriale, de la faiblesse de la couverture nationale par la vaccination systématique, et de la qualité irrégulière des premières campagnes de vaccination lancées en riposte à la flambée, l’OMS évalue le risque d’exportation supplémentaire à partir de la Guinée équatoriale comme élevé.

Note de l’OMS

Le Brésil n’est pas à nouveau contaminé par le PVS ; le pays a été exposé à l’importation d’un poliovirus.

Le système de surveillance environnementale a permis de détecter le poliovirus dans des échantillons d’eaux usées et la forte immunité de la population semble avoir empêché la transmission.

Recommandations de l’OMS pour les voyages

Dans « Voyage internationaux et santé », l’OMS recommande à tous les voyageurs à destination ou en provenance des zones affectées par la poliomyélite d’être à jour dans leur vaccination contre cette maladie. Le Brésil a détecté un cas d’importation du poliovirus. Sur la base des données disponibles actuellement, le pays n’est pas considéré comme touché par la poliomyélite.

Partager