Global Alert and Response (GAR)

Recours aux méthodes de laboratoire pour le diagnostic du SRAS

Recommandations pour l'interprétation des résultats de laboratoire

Résultats positifs pour le test diagnostique du SRAS

a) Confirmation d'un test PCR positif:

- au moins 2 prélèvements cliniques différents (p.ex. prélèvement nasopharyngé et selles)

OU

- un même type de prélèvement récolté 2 jours ou plus au cours de la maladie (p.ex. au moins 2 écouvillonnages nasopharyngés)

OU

- 2 titrations différentes ou nouvel essai PCR faisant appel au prélèvement clinique original dans chaque cas

b) Séroconversion ELISA or anticorps immunofluorescents :

- test négatif aux anticorps sur sérum en phase aiguë, suivi par un test positif aux anticorps sur sérum en phase de convalescence

OU

- au minimum, quadruplement du titre des anticorps lors de la comparaison des sérums en phase aiguë et en phase convalescente testés en parallèle

c) Isolement du virus :

- Isolement en culture de cellules du coronavirus du SRAS à partir d'un échantillon positif ; confirmation par un test PCR effectué selon une méthode validée.

Confirmation d'un test PCR positif

- Il convient d'inclure pour chaque élément du test PCR des témoins positifs et des témoins négatifs, qui doivent fournir les résultats attendus :

  • 1 témoin négatif pour la procédure d'extraction et un contrôle aqueux pour la procédure PCR
  • 1 témoin positif pour la procédure d'extraction et la procédure PCR
  • le prélèvement en provenance du malade, renforcé par un témoin légèrement positif pour faciliter la détection des substances inhibitrices de la réaction PCR (contrôle de l'inhibition)

- En cas de résultat positif pour PCR, il faut confirmer ce résultat :

  • en effectuant à nouveau un test PCR sur le prélèvement original

    OU

  • en faisant procéder au test sur le même échantillon par un autre laboratoire.

L'amplification génique effectuée sur une autre région du génome permettra d'augmenter encore la spécificité du test

Recommandations pour les laboratoires effectuant des tests SRAS

Il conviendra d'identifier des laboratoires de référence au niveau national.

Test PCR

Les laboratoires utilisant les réactions PCR pour le SRAS devront déjà avoir l'expérience du test PCR. Ils devront mettre en œuvre des procédures de contrôle de la qualité et identifier un laboratoire qui leur serve de partenaire dans la vérification des résultats positifs, que ce soit dans leur pays ou au sein des laboratoires de recherche collaborant avec l'OMS et dont les noms sont repris sur Multi-centre Collaborative Network: Laboratoires testing for SARS.

Les laboratoires qui utilisent le test PCR spécifiquement pour le SRAS devront appliquer des critères stricts pour la confirmation des résultats positifs, surtout dans les zones de prévalence faible, où la valeur prédictive positive risque d'être plus faible.

On dispose dans le commerce d'un kit PCR visant le SRAS, avec des témoins internes. Les laboratoires pourront adapter les procédures et les instructions relatives au test PCR qui ont été publiées. L'Institut Bernhard-Nocht de Hambourg (Allemagne) peut fournir de l'ARN pour témoins positifs

La sensibilité des tests PCR utilisés pour le SRAS variera selon le type de prélèvement et la période à laquelle le test sera effectué au cours de la maladie. Il pourra se faire que d'authentiques cas de SRAS présentent un test PCR négatif (faux négatifs). Le recours à des tests sur prélèvements multiples et/ou à différents sites pourra améliorer la sensibilité du test.

La spécificité du test PCR pour le SRAS est excellente dans la mesure où les procédures techniques suivent les directives de contrôle de la qualité. On pourra observer des résultats faussement négatifs pour des raisons techniques (p.ex. à cause de contaminations en laboratoire) et il faudra donc vérifier chaque test PCR positif.

Recherche d'anticorps

Les laboratoires de recherche s'efforcent de mettre au point des tests ELISA et la recherche d'anticorps par immunofluorescence.

Le SRAS est un syndrome nouveau chez l'homme et les populations qui n'ont pas été exposées au coronavirus du SRAS ne présentent donc pas d'anticorps au SRAS-CoV.

L'élévation du taux d'anticorps entre un sérum de phase aiguë et un sérum de phase convalescente testés en parallèle correspond donc à une spécificité élevée.

Share