Global Alert and Response (GAR)

Récapitulatif des mesures préconisées par l’OMS pour les voyages internationaux

24 juin 2003

Recommandations aux voyageurs

L’OMS ne recommande de restriction aux voyages pour aucune destination.

Le plus important pour les voyageurs internationaux est de connaître les principausymptômes du SRAS : forte fièvre (>38° C, >100,4° F), toux sèche, essoufflement ou gêne respiratoire. Toute personne qui présente ces symptômes et qui s’est trouvée dans une zone de transmission locale récente du SRAS au cours des 10 derniers jours (voir les archives des zones affectées/zones de transmission locale récente, en anglais seulement) doit consulter un médecin.

Mesures recommandées par l’OMS pour limiter la propagation internationale du SRAS

En l’absence de médicaments efficaces ou d’un vaccin contre le SRAS, la lutte contre la maladie repose sur l’identification des cas et une bonne prise en charge, y compris l’isolement des cas présumés et probables et la prise en charge des contacts rapprochés. (Voir la prise en charge des cas de syndrome respiratoire aigu sévère.) Dans la grande majorité des pays, ces mesures ont empêché que des cas importés ne transmettent la maladie à d’autres personnes.

Pour réduire encore le risque d’importation du virus dans de nouvelles zones, les voyageurs internationaux qui quittent une zone de transmission locale classée dans les catégories B ou C (voir zones de transmission locale récente, en anglais seulement) doivent être soumis à un dépistage du SRAS sur leur lieu de départ. Le contrôle consiste à leur poser deux ou trois questions, et éventuellement à vérifier leur température. Les voyageurs qui présentent un ou plusieurs symptômes du SRAS et qui ont pu être exposés, qui ont de la fièvre ou qui semblent atteints d’une affection aiguë doivent être examinés par un agent de santé. Il pourra leur être conseillé de différer leur voyage tant qu’ils ne seront pas guéris.

L’OMS considère actuellement que les biens, produits ou animaux en provenance de zones affectées par le SRAS ne présentent pas de risque pour la santé publique. Aucune restriction n’est recommandée à cet égard. (Voir information aux Etats Membres concernant les biens et les animaux en provenance de zones affectées par le SRAS, en anglais seulement).

L’OMS recommande en outre que les voyageurs en provenance d’une zone de transmission locale récente connaissent les symptômes du SRAS décrits plus haut et consultent un médecin, d’abord par téléphone, si ces symptômes apparaissent dans les dix jours qui suivent leur départ de la zone en question. Les personnes en bonne santé qui ne sont pas des contacts de cas probables n’ont pas besoin de prendre de mesures particulières et peuvent poursuivre leurs activités normalement. Les contacts de cas probables ne doivent pas voyager pendant les dix jours qui suivent le dernier contact, même s’ils se sentent bien. Si, en dépit des recommandations ci-dessus, un contact d’un cas probable se rend à l’étranger, il devra être isolé volontairement et placé sous surveillance active par les autorités sanitaires du pays de destination. (Voir la prise en charge des contacts).

Il est conseillé aux voyageurs de se renseigner auprès de leur médecin ou des autorités sanitaires nationales car il est possible que les pays adaptent les recommandations de l’OMS à la situation locale. Les autorités sanitaires de nombreux pays ont ouvert des sites Internet qui donnent d’excellentes informations.

Toutes les informations diffusées par l’OMS sont accessibles sur son site Internet consacré au SRAS, qui est régulièrement mis à jour.

Share