Directeur général

Commémoration du trentième anniversaire de l’éradication de la variole

Dr Margaret Chan
Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé

Allocution prononcée lors de la cérémonie commémorant le trentième anniversaire de l’éradication de la variole
Genève, Suisse

17 mai 2010

Dr Mahler, Dr Henderson, M. Roy, chers collègues de la santé publique, mesdames et messieurs,

C’est un grand honneur pour moi que d’inaugurer cette sculpture à un emplacement aussi central sur le site de l’OMS. Elle sera là pour rappeler au personnel comme aux visiteurs cette réussite réellement remarquable dont les bénéfices pour la santé ont été ressentis dans chaque coin du globe, pour toujours.

Je suis tout aussi honorée par la présence des personnes qui ont joué un rôle important dans ce succès: le Dr Mahler, le Dr Henderson, et bien d’autres encore.

Le rôle directeur joué par l’OMS était important, mais une réussite d’une telle ampleur a finalement reposé sur les dizaines de milliers d’agents dévoués qui ont littéralement parcouru la planète en tous sens, que ce soit en jeep, à dos d’âne, en barque ou à pied, dans la jungle ou à travers les déserts, depuis les tribus nomades des zones montagneuses reculées jusqu’aux sans-abri dans la touffeur des bidonvilles asiatiques.

Quand le programme intensifié d’éradication a été lancé, personne ne savait exactement ce qu’il fallait faire, comment évolueraient les progrès, ni même si cette initiative serait couronnée de succès. Et il est vrai qu’il y a eu de nombreux revers et échecs tout près du but.

L’histoire de la variole et de son éradication est désormais écrite, et la santé publique continue à tirer parti des nombreuses leçons apprises alors. La réussite a été attribuée à une forte composante de recherche, à l’accent mis sur l’épidémiologie et la surveillance, et à la souplesse qui a permis de s’adapter aux nouvelles conclusions et d’adopter de nouvelles orientations lorsque cela était nécessaire.

La stratégie de la vaccination en anneaux a vu le jour et a été validée, simplifiant grandement les besoins opérationnels et logistiques. L’aiguille bifurquée a été inventée et certains se plaisent à dire que la guerre contre la variole a finalement été gagnée grâce à une aiguille à coudre modifiée.

Les combattants de la variole devaient faire face aux zones de guerre, aux vastes déplacements de population, aux croyances religieuses et culturelles, aux fétiches, et aux guérisseurs traditionnels avec leurs boîtes en fer-blanc contenant des croûtes de variole.

Et cependant, malgré les terribles obstacles, l’une des plus longues chaînes de transmission d’un virus de l’histoire, vieille d’au moins 3000 ans, a été rompue dans un petit port de l’océan Indien il y a plus de 30 ans.

Par définition, l’éradication d’une maladie requiert la coopération de chacun des pays du monde. L’histoire de l’éradication de la variole est aussi une histoire de collaboration paisible entre les deux superpuissances au cours de certaines des années les plus chaudes de la Guerre froide.

Cette sculpture est là pour que nous nous souvenions du sens d’une telle réussite, et que nous sachions combien les ressources mises à disposition de l’OMS peuvent être multipliées lorsque le monde entier est uni derrière une cause humanitaire.

Elle commémore une époque de grand idéalisme qui attirait les talents, suscitait les engagements inspirés et les sacrifices personnels. Surtout, elle symbolise le pouvoir de la coopération internationale dans le domaine de la santé pour faire le bien de manière durable.

Je vous remercie.

Partager