Directeur général

Le Directeur général de l’OMS s’exprime sur la nécessité de réforme

Dr Margaret Chan
Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé

Allocution d’ouverture à la session extraordinaire du Conseil exécutif sur la réforme de l’OMS
Genève, Suisse

1 novembre 2011

Monsieur le Président, Excellences, Mesdames et Messieurs les membres du Conseil exécutif, Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et les membres du corps diplomatique, chers collègues et amis de la santé publique et de la famille des Nations Unies, Mesdames et Messieurs,

Je vous souhaite une très chaleureuse bienvenue à cette session extraordinaire du Conseil exécutif consacrée à la réforme de l’OMS. Les trois prochains jours sont une occasion sans précédent, pour vous, les États Membres, de vous prononcer sur l’avenir de l’OMS et, implicitement, sur notre aptitude à améliorer la santé et à atténuer une partie de la misère dans ce monde complexe et interconnecté.

Mais cette opportunité fait peser sur les épaules de chacun d’entre nous, États Membres et Secrétariat, une très lourde responsabilité.

Depuis le début, vous avez voulu que la réforme de l’OMS soit conduite par les États Membres et que tous y aient leur mot à dire. Comme indiqué dans le document sur la réforme de l’OMS pour un avenir sain, nous avons besoin de votre opinion. Nous avons besoin de votre avis sur les options suggérées et de votre imagination pour nous proposer éventuellement de meilleures solutions.

Là où le processus de réforme est le plus avancé, nous avons besoin d’une décision immédiate sur des propositions et des mesures concrètes.

Pour diverses raisons, je suis convaincue que nous abordons la réforme avec de nombreux atouts en main, et je pense personnellement que nous devons veiller à ne pas les gâcher.

Tout d’abord, comme me l’ont dit à maintes reprises les ministres de la santé, et comme je l’ai constaté de mes propres yeux aux cours de mes visites dans les pays, l’OMS sait faire preuve de persévérance. Nombreux sont, dans les pays en développement, les ébauches de projets qui n’ont jamais abouti. Mais ce ne sont pas des projets de l’OMS, ce ne sont pas des projets de votre Organisation.

Deuxièmement, l’OMS jouit d’un certain respect. L’OMS a du poids. Les meilleurs experts scientifiques, médicaux et sanitaires mondiaux nous donnent de leur temps et sont fiers de nous faire partager leur savoir.

Le logo OMS sur un document technique est un label de confiance et fait autorité. Si nous publions des directives thérapeutiques, les pays savent qu’ils peuvent les appliquer en toute confiance.

Si nous présélectionnons un fabricant ou une autorité nationale de réglementation, leurs produits médicaux pourront être achetés en toute confiance.

Troisièmement, nous luttons pour la prévention, et cela veut dire la prévention à l’échelle de la population, et nous luttons pour l’équité, pour tous, parce que c’est ce qui est juste.

La prévention est au cœur de la santé publique. L’équité en est l’âme.

Pour préserver la santé publique, nous n’avons pas peur de parler haut et fort contre des entités beaucoup plus riches, beaucoup plus puissantes, et mieux introduites politiquement que la santé ne le sera jamais. En outre, nous devons rester vigilants à l’encontre de tout conflit d’intérêts réel ou perçu comme tel.

Nous parlerons haut et fort pour être sûrs que les pays en développement – et la santé – ne seront par lésés lors de négociations internationales.

Enfin, nos fonctions, prises dans leur intégralité, sont véritablement uniques. Le monde a besoin d’une organisation qui défende la santé dans le monde, qui protège les valeurs, qui protège et défende la santé, et notamment le droit à la santé.

Cette fonction est devenue encore plus vitale à un moment où les différences à l’intérieur des pays et entre eux, en matière d’espérance de vie, d’accès aux soins et de résultats sur le plan sanitaire, sont plus importantes qu’elles ne l’ont jamais été dans l’histoire récente.

Mesdames et Messieurs,

On attend beaucoup de vous, beaucoup de choses sont en jeu.

La crise économique s’est aggravée et le processus de réforme en est devenu d’autant plus urgent.

Rassurez-vous cependant. La nécessité de réformes fondamentales sur le plan programmatique, de la gouvernance et gestionnaire ne date pas de 2010, mais remonte bien avant, à un moment où le monde était aux prises avec des crises dévastatrices: crise de l’énergie, crise alimentaire et crise financière.

Nous en subissons d’ailleurs toujours les effets. Nous devons faire notre travail sans perdre de vue la réalité, à savoir que nous sommes entrés dans une nouvelle ère d’austérité financière. Comme nous l’avons vu encore très récemment, nous vivons dans un monde dans lequel les crises mondiales se succèdent et où la santé de millions de personnes est en jeu.

L’argent manque. Tant les pays que les partenaires du développement veulent que les mesures prises soient rentables. Ils veulent des résultats mesurables à pouvoir montrer à leurs contribuables et à leurs parlementaires. Ils veulent un rendement rapide de leurs investissements. C’est la deuxième réalité à laquelle nous sommes confrontés.

Notre tâche en tant que responsables de la santé publique est de démontrer que nous recherchons la productivité et que nous ne tolérons pas le gaspillage. Un grand nombre des réformes proposées ont été guidées par ce désir réel d’efficience et de résultats mesurables, notamment au niveau des pays.

Comme indiqué dans le document, des moyens radicalement différents de relier les responsabilités aux niveaux du siège, des régions et des pays ont un objectif commun: un impact mesurable sur la santé dans les pays, que ce soit à travers une assistance technique directe, l’alignement des différents partenaires sur des priorités et des plans nationaux clairs, ou l’élaboration de normes, de critères et de directives de traitement.

L’OMS doit devenir une organisation plus intégrée, agissant davantage en réseau.

À l’OMS, nous savons combien nos systèmes de gestion sont devenus rigides et peu réactifs. Cela doit changer. L’Organisation doit pouvoir avancer rapidement et pouvoir changer de cap si de nouvelles menaces pour la santé apparaissent.

Mesdames et Messieurs,

Certains d’entre vous auraient voulu aller très vite. D’autres préconisaient la prudence. Compte tenu de la diversité des réformes proposées, je pense que les deux attitudes ont été conciliées.

Mais tous avaient insisté sur un processus participatif conduit par les États Membres. Permettez-moi de vous rappeler brièvement quelle a été la démarche.

Lors de la consultation de janvier 2010 sur le financement de l’OMS, nous nous interrogions sur les moyens de faire correspondre la contribution attendue de l’OMS en matière de santé avec les ressources nécessaires pour réaliser ces attentes.

Ce qui a commencé par un débat tournant en grande partie autour des moyens financiers a évolué en une discussion plus approfondie sur les domaines et les priorités sur lesquels l’OMS est la mieux armée pour exercer un impact. Et ce sont les priorités qui intéressent le plus les Régions et les pays.

Le débat a ensuite été élargi à l’examen des changements spécifiques qu’il faudrait apporter pour créer une OMS plus souple et plus réactive dans un monde en mutation rapide présentant des menaces extrêmement complexes pour la santé.

Vous avez fait part de votre préoccupation au sujet de la place de l’OMS dans un paysage où interviennent désormais de si nombreux partenariats et initiatives mondiaux dans le domaine de la santé. Vous vouliez que l’OMS soit en meilleure position pour mesurer et montrer des résultats, et qu’elle communique mieux sur la nature et l’impact de ses activités.

Compte tenu de la nature de notre action, vous considériez que c’était une tâche beaucoup plus difficile que de communiquer sur les résultats de grandes initiatives dirigées contre une seule maladie, pour lesquelles il est facile de mesurer les quantités de vaccins, de médicaments ou de moustiquaires livrés et le nombre de vies sauvées.

Mais surtout, vous vouliez que l’OMS conserve son rôle directeur dans la santé mondiale et vous souhaitiez que soient proposés concrètement des systèmes de gestion qui favorisent une efficacité accrue, notamment au niveau des pays.

En mai dernier, j’ai présenté à l’Assemblée mondiale de la Santé une analyse des défis et des opportunités pour la santé dans le monde, et exposé les raisons et les principaux éléments de la réforme.

À la réunion du Conseil exécutif qui a suivi, vous nous avez demandé de rédiger trois documents d’orientation sur la gouvernance, l’évaluation indépendante et un éventuel forum mondial de la santé.

Ces trois notes de synthèse ont été examinées par les États Membres à Genève et, comme cela avait été demandé, par chacun des comités régionaux.

Nous avons également distribué un document de présentation générale. En septembre, nous avons énoncé un ensemble plus détaillé de propositions spécifiquement axées sur les réformes gestionnaires. Vous avez demandé des éléments plus détaillés et nous avons répondu à cette demande.

Le document que vous avez reçu à la mi-octobre rassemble tous les éléments du programme de réforme et en fait la synthèse. Il tient compte de l’ensemble des contributions reçues sur les trois notes de synthèse et sur le premier projet concernant les réformes gestionnaires.

Comme je l’ai indiqué, certaines réformes peuvent aller très vite, d’autres doivent être envisagées avec davantage d’attention.

Par exemple, en ce qui concerne la gouvernance, le document présente des options qui devront sans doute être encore débattues et affinées.

La section sur les réformes gestionnaires a progressé plus rapidement et nous en sommes à un stade où des propositions spécifiques peuvent vous être soumises pour examen et approbation.

Nous avons sollicité vos avis et nous avons écouté attentivement. Vous avez bien précisé que la question de l’évaluation indépendante demandait à être débattue plus avant.

La proposition d’un forum mondial de la santé n’a reçu que peu de suffrages. Nous ne poursuivrons donc pas sur cette voie.

Mesdames et Messieurs,

Comme je l’ai dit, beaucoup de choses sont en jeu. Et permettez moi de vous redire ma conviction que nous entamons ce processus de réforme avec de nombreux atouts dans notre jeu et une vaste expérience, une grande expertise, beaucoup d’autorité et, donc, cette persévérance.

À un moment où le monde est pris dans la tourmente, nous ne devons pas perdre de vue les gens, les gens qui comptent sur l’OMS pour leur assurer une meilleure santé avec davantage d’équité..

Nous ne devons pas oublier l’importance de la continuité alors que la santé publique se bat pour conserver les progrès spectaculaires accomplis récemment dans un monde de plus en plus en proie aux crises, aux bouleversements, aux troubles civils et à une demande croissante de davantage d’égalité, aussi dans l’accès aux soins de santé.

Venant s’ajouter aux crises énergétique, alimentaire et financière, les problèmes du changement climatique, les conflits, les maladies émergentes et épidémiques, le vieillissement, l’urbanisation galopante, les maladies non transmissibles, les troubles mentaux, les handicaps, et la hausse rapide des dépenses de santé aggraveront certainement les inégalités concernant tant les déterminants de la santé que les résultats sur le plan sanitaire à l’intérieur des pays et entre eux.

Mesdames et Messieurs,

L’argumentation en faveur de la réforme est claire. Le monde a besoin d’une OMS plus solide pour conduire les efforts mondiaux destinés à améliorer la santé.

Le monde a besoin d’une OMS avisée, qui ait une vision d’ensemble, qui puisse agir rapidement et qui ne craigne jamais d’agir dans l’intérêt de la santé publique. Cela fait partie de la protection de la santé et pour cela l’OMS doit être efficace, efficiente, transparente et responsable.

Un rôle directeur plus fort de l’OMS favorisera une plus grande cohérence de l’action des multiples partenaires du domaine de la santé et en décuplera l’effet.

Un rôle directeur plus fort permettra d’aligner cette action sur les priorités et les capacités des pays bénéficiaires, de façon à favoriser l’autonomie et à apporter une valeur ajoutée aux investissements dans la santé.

Comme je l’ai dit, les arguments en faveur de la réforme sont clairs. Nous envisageons des réformes pour un avenir sain.

Un avenir où les écarts sur le plan sanitaire auront été resserrés et où l’accès universel aux soins de santé aura progressé.

Un avenir dans lequel de nombreux pays en développement possèderont des systèmes de santé résilients, fondés sur les soins de santé primaires, nécessaires pour réaliser les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), prévenir les maladies non transmissibles et faire face aux flambées de maladies, aux catastrophes naturelles et aux risques pour la santé liés au changement climatique.

Je vous suis reconnaissante à tous, ainsi qu’à mon personnel, qui collaborez à la réforme de cette Organisation pour faire en sorte qu’elle joue un rôle unique et vital, et fasse de ce projet d’avenir une noble réalité.

Je vous remercie.

Partager