Direction générale de l'OMS

Allocution du Dr Margaret Chan à la Soixante-Dixième Assemblée mondiale de la Santé

Dr Margaret Chan
Directeur général de l'Organisation mondiale de la Santé

Genève, Suisse
22 mai 2017

Madame le Président, Excellences, Mesdames et Messieurs les ministres, Mesdames et Messieurs les ambassadeurs, Mesdames et Messieurs les délégués, chers amis et collègues, Mesdames et Messieurs,

Je remercie les États Membres de la confiance qu’ils m’ont témoignée en me nommant Directeur général il y a plus de 10 ans. J’ai promis de travailler sans relâche, ce que j’ai fait, sans jamais me lasser, dans les moments les meilleurs comme dans les pires.

Quand j’ai pris mes fonctions, j’ai aussi promis de répondre personnellement des résultats de l’Organisation. Ce mois-ci, j’ai publié un rapport retraçant l’évolution de la santé publique pendant mes 10 années d’office.

Ce rapport expose les faits et dégage les tendances mais ne cherche pas à faire l’apologie de mon mandat. Il réfute en partie la critique souvent faite à l’OMS selon laquelle elle aurait perdu de son utilité. Les faits prouvent le contraire.

Le rapport parle des revers comme des succès et de certains événements marquants. Surtout, il rend hommage au pouvoir des partenariats et à la capacité de la santé publique d’appliquer les solutions trouvées à un problème à d’autres problèmes.

À titre d’exemple, il a fallu près de 10 ans pour faire baisser le prix des traitements antirétroviraux alors que, grâce à l’esprit d’équipe et à la collaboration, le prix des nouveaux médicaments qui guérissent l’hépatite C a chuté en l’espace de 2 ans.

Voilà la culture d’apprentissage basé sur des observations factuelles qui rend plus efficient, qui donne aux initiatives sanitaires leur remarquable résilience et qui fait de nous d’incorrigibles optimistes.

Nous faiblissons parfois, mais nous n’abandonnons jamais.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Au moment où je vous parle, les perspectives politiques et économiques sont bien moins bonnes que lorsque j’ai pris mes fonctions en 2007.

C’était avant que la crise financière de 2008 ne transforme presque du jour au lendemain les perspectives de prospérité économique en un avenir d’austérité, et ses effets sur l’économie et les budgets de la santé se font encore sentir.

C’était avant que les actes de terrorisme international et l’extrémisme violent ne deviennent courants, avant que l’expression «méga-catastrophe» n’entre dans le vocabulaire humanitaire, avant que des conflits armés apparemment sans fin ne causent les plus grands déplacements de population et exodes de réfugiés depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale.

C’était avant que, par leur fréquence alarmante, les attaques contre les établissements de santé et les convois humanitaires ne bafouent le droit humanitaire international. Nous condamnons toutes ces attaques contre les établissements et les agents de santé. D’après des informations confirmées par l’OMS, plus de 300 attaques ont été perpétrées contre des établissements de santé en 2016 dans 20 pays, pour la plupart en République arabe syrienne.

On voit aussi aujourd’hui les conjonctions meurtrières que peut produire un monde plein de menaces, comme la double menace de la sécheresse et d’un conflit armé qui a provoqué dans certaines parties d’Afrique et du Moyen-Orient une famine d’une ampleur jamais observée depuis la création de l’Organisation des Nations Unies en 1945.

Nous avons eu la chance que la pandémie de grippe de 2009 ait été si bénigne. Nous avons la chance que les virus nouvellement apparus qui ont été à l’origine du syndrome respiratoire du Moyen-Orient en 2012 et de cas humains de grippe aviaire A(H7N9) en 2013 ne se transmettent pas encore facilement d’homme à homme. Mais le risque est là et nous n’osons pas baisser la garde.

Nous avons eu moins de chance avec le virus Zika et l’OMS continue à suivre de près la flambée. Nous n’avons pas eu de chance du tout lors de la flambée de maladie à virus Ebola qui, en 2014, a décimé la population de la Guinée, du Libéria et de la Sierra Leone. C’était la première fois que le virus Ebola frappait l’Afrique de l’Ouest et l’épidémie a pris tout le monde de court, y compris l’OMS.

L’OMS a pris conscience trop tardivement que le virus, à sa première apparition en Afrique de l’Ouest, se comporterait de manière très différente que lors des flambées précédentes en Afrique centrale, où le virus était rare mais connu et les mesures d’endiguement bien rodées.

Mais l’OMS a rapidement corrigé le cap, maîtrisé les 3 flambées et offert à l’ensemble du monde le premier vaccin anti-Ebola qui confère une protection importante. Cela s’est passé sous ma direction et j’en suis personnellement responsable.

J’ai considéré qu’il était de mon devoir, en tant que Directeur général, de mettre tout en œuvre pour éviter qu’une tragédie de cette ampleur ne se reproduise. L’histoire dira si le nouveau programme OMS de gestion des situations d’urgence sanitaire a haussé le niveau de protection.

À terme, il faut, dans vos pays, renforcer les systèmes de santé dotés des principales capacités prévues par le Règlement sanitaire international (2005) pour repérer bien plus tôt les décès inexpliqués. Cela est essentiel pour améliorer la sécurité sanitaire mondiale et protéger notre vulnérabilité collective.

La semaine dernière, la République démocratique du Congo a confirmé une nouvelle flambée de maladie à virus Ebola près de la frontière avec la République centrafricaine. C’est la huitième flambée de maladie à virus Ebola que connaît le pays. Lors de la dernière flambée, qui a coïncidé avec l’épidémie d’Afrique de l’Ouest, la République démocratique du Congo a interrompu la transmission en l’espace de six semaines. Malgré les énormes difficultés logistiques, des discussions auxquelles participe la République démocratique du Congo sont en cours sur l’utilisation éventuelle du vaccin pour amplifier l’action menée.

La flambée de maladie à virus Ebola en Afrique de l’Ouest a eu des effets externes qu’il est d’ores et déjà possible d’apprécier. Pendant la flambée, l’OMS a facilité la recherche-développement de nouveaux produits médicaux, acquérant ainsi une vaste expérience dans ce domaine, mais on a perdu trop de temps à cause d’une mauvaise coordination. Pour accélérer les choses, l’OMS et ses partenaires ont mis au point en 2016 un avant-projet sur l’état de préparation de la recherchedéveloppement et sur la conduite de recherches.

En définissant à l’avance des modèles de collaboration, des protocoles standardisés pour les essais cliniques et des filières d’approbation réglementaire accélérée, cet avant-projet raccourcit le délai nécessaire pour mettre au point et fabriquer des produits candidats, délai qui ne se compte plus en années mais en mois.

Les consultations d’experts ayant abouti à cet avant-projet ont conduit à la création de la «Coalition for Epidemic Preparedness Innovations», annoncée en janvier 2017 et dont le financement initial est proche de 500 millions de dollars (US $).

La coalition est en train d’instaurer un nouveau système pour mettre au point des vaccins d’un coût abordable contre des agents pathogènes prioritaires, déterminés par l’OMS, afin de prendre de l’avance sur la prochaine flambée qui ne manquera pas de se produire.

Nous sommes mieux préparés, mais pas encore assez.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

L’utilité de l’action de l’OMS est avérée de bien des façons, dont certaines sont plus visibles que d’autres.

La chronologie des épidémies d’infection à VIH, de tuberculose et de paludisme montre un lien direct entre les changements de stratégie technique de l’OMS et les renversements de situation observés.

L’OMS a également rendu plus démocratiques certaines avancées scientifiques en transformant leurs résultats en une approche de santé publique qui fonctionne partout, même dans les pays extrêmement démunis.

L’utilité de l’action de l’OMS est évidente quand elle approuve un nouveau produit médical, et que les partenaires trouvent des moyens de le financer, ou quand elle publie une note de synthèse sur un nouveau vaccin.

Beaucoup de programmes de vaccination nationaux n’adoptent pas un nouveau vaccin tant que l’OMS ne l’a pas officiellement approuvé de son sceau. Cette approbation incite l’Alliance GAVI à prendre des mesures pour en élargir considérablement l’accès.

Le programme de préqualification est désormais solidement établi comme dispositif garantissant que la qualité, l’innocuité et l’efficacité des produits génériques peu coûteux correspondent à celles des produits originaux. Par exemple, fin 2016, l’OMS avait préqualifié plus de 250 produits pharmaceutiques finis pour traiter les affections liées au VIH. L’impact des organismes de financement comme le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme s’en trouve nettement élargi.

L’utilité de l’OMS est apparue de façon éclatante lors de la réunion que les partenaires mondiaux ont tenue le mois dernier sur les maladies tropicales négligées.

Les participants ont passé en revue et célébré 10 ans de progrès record qui donnent bon espoir d’éliminer un grand nombre de ces maladies anciennes dans un très proche avenir. C’est l’un des partenariats mondiaux les plus efficaces, aussi avec l’industrie, de l’histoire moderne de la santé publique.

Le fait qu’en 2015, près d’un milliard de personnes ont bénéficié gratuitement de traitements les protégeant contre des maladies qui rendent aveugle, infirme, mutilent et débilitent, a peu d’effet sur la situation géopolitique dans le monde.

Les personnes ainsi protégées sont parmi les plus pauvres du monde. Mais vu l’ampleur de la couverture médiatique, notamment l’inscription au Livre Guinness des records du plus grand nombre de médicaments jamais donnés en 24 heures, le monde avait besoin d’entendre pareil exemple de réussite.

Autre réalisation utile, mais moins visible: le filet de sécurité que l’OMS a tissé autour du globe, constitué de milliers de laboratoires spécialisés dans la surveillance et le diagnostic d’agents pathogènes prioritaires, de centaines de centres collaborateurs et d’un vaste réseau de conseils scientifiques et de groupes consultatifs stratégiques. Je remercie les institutions scientifiques de vos pays pour leur contribution à ce travail de l’OMS.

Aucune autre institution œuvrant dans le domaine de la santé n’a ce degré de compétence technique à sa disposition.

Excellences,

Les résolutions que vous adoptez ont également une influence sur la situation sanitaire, en particulier parce qu’elles mettent en évidence les problèmes négligés. Par exemple, le Plan d’action global pour la santé mentale adopté en 2013 a incontestablement fait passer la santé mentale de l’ombre à la lumière.

De même, à partir de 2010, l’hépatite virale a été inscrite comme point distinct à l’ordre du jour de 3 Assemblées mondiales de la Santé, ce qui a largement contribué à conférer à cette maladie la place prioritaire dont elle jouit maintenant à l’échelle internationale.

Mais c’est de l’engagement politique de haut niveau que provient l’appel à l’action le plus efficace. Cela a été le cas en 2011 lorsque l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté une déclaration politique sur les maladies non transmissibles, puis à nouveau en 2016 lorsqu’une déclaration politique a placé la résistance aux antimicrobiens sous le feu des projecteurs.

Ces 2 déclarations politiques en réponse à des crises ont permis de lancer des actions urgentes à grande échelle pour trouver des solutions.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

À mes yeux, le Rapport sur la santé dans le monde, 2010, intitulé «Le financement des systèmes de santé: le chemin vers une couverture universelle», est le document le plus influent publié pendant mon mandat.

Il a lancé ce qui est devenu un mouvement en faveur de la couverture sanitaire universelle et a servi d’inspiration à la résolution de 2012 de l’Assemblée générale des Nations Unies qui a ouvert la voie à l’inclusion de ce point dans les objectifs de développement durable. Notre action au titre du Programme de développement durable à l’horizon 2030 doit être guidée par les «5 P»: peuples, planète, paix, prospérité et partenariat

Les recommandations dont la mise en œuvre me tient particulièrement à cœur sont celles qui émanent de la Commission pour mettre fin à l’obésité de l’enfant.

L’obésité de l’enfant est l’expression la plus visible, et sans doute la plus tragique, des forces qui sous-tendent l’explosion des maladies non transmissibles. Il s’agit du signal d’alarme indiquant que des problèmes, qui prennent la forme d’une augmentation des cardiopathies, des cancers et du diabète, se profilent à l’horizon.

Les initiatives que nous souhaitons tous voir aboutir sont celles qui visent à éradiquer la poliomyélite et la dracunculose. Dans les 2 cas, l’éradication n’a jamais été aussi proche. Nous devons maintenir nos efforts pour qu’elle devienne une réalité.

La tendance qui a transformé le plus en profondeur la façon de penser la santé publique est celle de l’augmentation des maladies non transmissibles chroniques. À cause de cette évolution de la charge de morbidité, il a fallu délaisser le modèle biomédical à visée essentiellement curative pour adopter une approche beaucoup plus large axée sur la prévention.

Je considère que l’initiative «Chaque femme, chaque enfant» est la stratégie la plus innovante conçue pendant mon mandat.

Son adoption par l’ONU en 2010 a permis d’obtenir un appui s’élevant à plusieurs milliards de dollars et a donné lieu à un certain nombre d’initiatives visant à mettre en œuvre ses recommandations. Le nombre de décès de mères et d’enfants a chuté de façon spectaculaire.

La Commission OMS de l’information et de la redevabilité pour la santé de la femme et de l’enfant a contribué de façon non négligeable à instaurer une culture de la métrologie et de la responsabilisation. Comme le souligne le rapport sur les statistiques sanitaires mondiales de cette année, la cause du décès est maintenant enregistrée dans presque la moitié des cas à l’échelle mondiale. C’est un immense progrès. Je remercie tous les pays qui ont fait des efforts particuliers sur ce front.

La question la plus controversée a été l’accès aux médicaments, en particulier lorsque la propriété intellectuelle et le système des brevets étaient considérés comme des obstacles à des prix abordables et au développement de nouveaux produits contre les maladies touchant les plus pauvres.

Les négociations qui ont permis de mettre en place le Cadre de préparation en cas de grippe pandémique ou la Stratégie mondiale et le Plan d’action pour la santé publique, l’innovation et la propriété intellectuelle n’ont pas été faciles – c’est le moins que l’on puisse dire – mais elles ont fini par porter leurs fruits.

Fort heureusement, plusieurs nouvelles initiatives et plusieurs nouveaux partenariats public-privé contribuent à ces 2 objectifs. Le Partenariat mondial sur la recherche-développement en matière d’antibiotiques, lancé l’an dernier par l’OMS, en est un exemple, de même que l’initiative Médicaments contre les maladies négligées (DNDi).

Il s’agit d’une initiative de recherche-développement fondée sur les besoins et axée à l’origine sur la mise au point de nouveaux antibiotiques pour le traitement de l’état septique et des infections sexuellement transmissibles, principalement la gonorrhée. Le partenariat vise à faciliter l’accès aux médicaments et à s’assurer que les prix sont abordables.

Ce mois-ci, l’OMS a annoncé le lancement d’un projet pilote pour la préqualification de médicaments biosimilaires, ce qui représente une avancée vers la mise à disposition plus large des traitements coûteux contre le cancer.

L’OMS travaille également avec ses partenaires sur un modèle pour une tarification équitable des produits pharmaceutiques. La raison en est évidente: pour instaurer la couverture sanitaire universelle, le prix des médicaments doit être abordable. Aucun pays sur cette planète ne peut espérer des traitements qu’ils résolvent tout pour l’ensemble des maladies qui touchent sa population.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Je conclurai par quelques conseils qui vous seront peut-être utiles pour continuer à façonner l’avenir de cette Organisation.

L’OMS défend l’équité. Continuez à faire de la réduction des inégalités un principe d’éthique central.

Il n’y a de résultats que ceux qu’on peut mesurer. Poursuivez le renforcement des systèmes d’enregistrement des données d’état civil et de statistiques d’état civil, et continuez à faire des cadres de responsabilisation un élément incontournable des stratégies sanitaires mondiales.

Les données scientifiques constituent le socle des politiques. Protégez-les. Personne ne sait si les données factuelles garderont leur force de persuasion dans un monde qui est entré, pour beaucoup d’observateurs, dans une ère postvérité.

Le refus de vaccination est l’un des freins empêchant de réaliser pleinement le formidable potentiel des vaccins. Les flambées de rougeole qui sévissent actuellement en Europe et en Amérique du Nord n’auraient jamais dû se produire.

Défendez l’innovation. Elle est indispensable pour atteindre les cibles ambitieuses des objectifs de développement durable qui concernent la santé. L’innovation mettant à profit les expériences des pays peut s’avérer économique et entraîner des transformations. Par exemple, le partenariat de recherche-développement qui a permis de développer le vaccin contre la méningite A pour l’Afrique a transformé la vie de millions de personnes.

Préservez l’intégrité de l’OMS dans toutes ses collaborations avec les parties prenantes. Le Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques est le principal instrument à disposition pour cela. De nombreuses autres institutions des Nations Unies suivent la direction imprimée par l’OMS avec ce Cadre.

Si les ministères de la santé sont nos partenaires principaux, les multiples déterminants de la santé exigent une collaboration avec les secteurs extrasanitaires, les communautés, les partenaires, les entreprises et les organisations de la société civile.

Écoutez la société civile. Les organisations de la société civile sont la conscience de la société. Elles sont les mieux placées pour exiger des gouvernements et des entreprises – notamment l’industrie du tabac, l’industrie agroalimentaire et les fabricants de boissons alcoolisées – qu’ils rendent des comptes sur leurs activités. Ce sont elles qui peuvent être le visage et la voix des populations les plus touchées.

Et, par-dessus tout, n’oubliez pas les gens. Derrière chaque chiffre se cache une personne qui incarne notre commune humanité et mérite notre compassion, en particulier lorsque la souffrance ou la mort prématurée peuvent être évitées.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Je m’adresse à l’Assemblée mondiale de la Santé pour la dernière fois. Je remercie les États Membres de m’avoir accordé le privilège et l’honneur de servir cette Organisation. Je l’ai fait avec humilité, mais aussi avec beaucoup de fierté.

Je remercie les Directeurs régionaux pour leurs conseils avisés et leur soutien à la réforme de l’OMS, ainsi que le formidable personnel de l’OMS au Siège, dans les bureaux régionaux et dans les pays, là où l’impact de nos travaux compte le plus.

Dernier point, mais non des moindres, je remercie mon époux, David, et ma famille pour leur amour et leur soutien. David, merci de ton écoute.

Je vous remercie.