Diabète

Mieux connaître le diabète


Stades intermédiaires de l’hyperglycémie

Description

On considère que l’hyperglycémie modérée à jeun, l’intolérance au glucose et le diabète sont les stades successifs d’un même processus pathologique et l’on a montré que le traitement aux premiers stades évitait l’évolution vers les phases ultérieures (au moyen du régime alimentaire, de l’activité physique et de la gestion du mode de vie). Tous les patients intolérants au glucose n’ont pas forcément une hyperglycémie à jeun et l’on doit donc considérer qu’il s’agit de deux catégories distinctes. De même, les conséquences de ces deux états sont légèrement différentes.

L’hyperglycémie modérée à jeun est un état dans lequel la glycémie à jeun (concentration plasmatique en glucose) est supérieure à la normale, mais inférieure à la valeur seuil pour le diagnostic du diabète.

L’intolérance au glucose est un état dans lequel la glycémie (concentration plasmatique en glucose) est supérieure à la normale 2 heures après une dose de charge de 75 g de glucose, mais inférieure à la valeur seuil pour le diagnostic du diabète.

Symptômes

En général, les patients ne présentent aucun symptôme et le diagnostic est posé lors d’un test fait à la demande du patient ou parce qu’il ou elle entre dans une catégorie à risque.

Diagnostic

  • Hyperglycémie modérée à jeun: glycémie à jeun ≥6,1 mmol/l (110 mg/dl) et <7 mmol/l (126 mg/dl) selon les critères de l’OMS de 1999. (L’ADA, l’Association américaine pour le diabète, a retenu un seuil inférieur à 5,6 mmol/l, soit 100 mg/dl).
  • Intolérance au glucose: glycémie à jeun (si disponible) <7 mmol/l (126 mg/dl) ET 2 heures après une charge de 75 g de glucose ≥7,8 mmol/l (140 mg/dl) et <11,1 mmol/l (200 mg/dl).

Traitement

  • Les modifications du style de vie (alimentation, activité physique, perte de poids) sont la pierre angulaire du traitement, bien que l’on ait parfois recours à des médicaments.
  • De grandes études en population en Chine, en Finlande et aux États-Unis ont récemment démontré qu’il était faisable d’éviter ou de retarder l’apparition du diabète chez les sujets en surpoids ayant une intolérance modérée au glucose.
  • Les études semblent indiquer que même une baisse modérée du poids et une demi-heure de marche par jour réduisent de plus de la moitié l’incidence du diabète.
Partager