Stratégie mondiale pour l'alimentation, l'exercice physique et la santé

Promouvoir la consommation de fruits et légumes dans le monde

Faits et chiffres

  • Jusqu’à 1,7 millions de vies pourraient être épargnées chaque année moyennant une consommation suffisante de fruits et légumes.

  • La faible consommation de fruits et légumes figure parmi les dix principaux facteurs de risque de la mortalité mondiale.

  • À l’échelle de la planète, on estime que la consommation insuffisante de fruits et légumes est responsable de près de 19% des cancers gastro-intestinaux, 31% des cardiopathies ischémiques et 11% des accidents vasculaires cérébraux.

Les faits

La faible consommation de fruits et légumes figure parmi les dix principaux facteurs de risque de mortalité, selon les données factuelles présentées dans le Rapport sur la Santé dans le monde, 2002. Jusqu’à 1,7 millions de vies pourraient être épargnées chaque année moyennant une consommation suffisante de fruits et légumes au niveau mondial.

En tant qu’éléments de l’alimentation quotidienne, les fruits et légumes pourraient contribuer à prévenir les principales maladies non transmissibles telles que les maladies cardiovasculaires et certains cancers.

Le fait de manger des fruits et légumes variés permet clairement de consommer en quantité appropriée la plupart des micronutriments, des fibres alimentaires et diverses substances non nutritives essentielles. De même, une plus grande consommation de fruits et légumes peut contribuer à remplacer les aliments riches en graisses saturées, en sucre ou en sel.

La charge de morbidité mondiale imputable à la faible consommation de fruits et légumes se répartit entre les maladies cardio-vasculaires pour près de 85%, et les cancers pour 15%.

Les niveaux de consommation de fruits et légumes estimés actuellement varient considérablement dans le monde, allant de moins de 100 g par jour dans les pays les moins développés à près de 450 g par jour en Europe occidentale.

Les études scientifiques

Le rapport d’une consultation d’experts OMS/FAO publié récemment sur l’alimentation, la nutrition et la prévention des maladies chroniques, fixe les objectifs en matière de nutriments pour la population et recommande une consommation d’un minimum de 400 g de fruits et légumes par jour pour la prévention des maladies chroniques telles que les cardiopathies, le cancer, le diabète et l’obésité.

Ce rapport indique que, selon les données disponibles, il est manifeste que les fruits et légumes permettent de réduire le risque d’obésité, et qu’ils réduisent probablement le risque de diabète. En outre, les données montrent de façon convaincante que les fruits et légumes permettent de limiter le risque de maladies cardiovasculaires. Le rapport précise que les féculents, tels que les pommes de terre, le manioc, ne doivent pas être compris dans les fruits et légumes.

Une étude internationale de haut niveau sur la consommation des fruits et légumes et le risque de cancer, coordonnée par le Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC), a conclu que le fait de manger des fruits et légumes peut réduire le risque de cancer, en particulier de cancer du tractus gastro intestinal.

Le CIRC estime que la fraction évitable des cancers dus à une faible consommation de fruits et légumes se situe dans une fourchette allant de 5 à 12% et jusqu’à 20 à 30% pour les cancers du tractus gastro intestinal supérieur à l’échelle mondiale.

Partager