RAPPORT SUR LA SITUATION

HUMANITAIRE AU BURUNDI

DECEMBRE 2001

 

 

  1. CONTEXTE GENERAL
  2. La situation générale du pays reste caractérisée par une situation sécuritaire instable et précaire et des conditions de vie difficiles pour les populations tant rurales qu’urbaines.

    Par contre, on observe une évolution politique favorable avec effectivement la mise en place progressive de nouvelles institutions de transition, le retour d’exil de plusieurs personnalités et enfin la réponse positive des pays donateurs à un appel de fonds lancé par le Président de la République.

    L’estimation globale des déplacés internes au 17 décembre 2001 est d’environ 379.000 personnes réparties sur 210 sites et représentant 5,5% de la population totale du Burundi.

    Le Groupe Technique de Suivi pour la protection des déplacés a présenté son rapport 2001 le 14 décembre 2001. Ce rapport relate d’une façon précise les problèmes précis auxquels font face les populations déplacées. (Insécurité, mauvaises conditions d’installation, problèmes d’éducation scolaire des enfants, manque d’encadrement…). Ce rapport vous a été envoyé en date du 24/12/2001.

  3. EVENEMENTS MAJEURS DANS LE PAYS

Sécurité :

La sécurité est restée préoccupante en particulier dans les provinces de Bujumbura Rural, Bubanza, Cibitoke et Ruyigi ainsi que dans certains quartiers périphériques du Nord de Bujumbura.

· Alors que les Provinces de Makamba, Rutana et Bururi connaissent un peu d’accalmie, la recrudescence de la violence s’est manifestée dans Bujumbura rural, Bubanza, Cibitoke et Ruyigi par des embuscades, pillages et attaques contre les bus faisant des morts et plusieurs blessés.

· La Province de Bubanza est passée en phase IV.

 

 

· Des incidents meurtriers ont été enregistrés dans les quartiers périphériques de la Capitale (Buterere, Gihosha) ainsi que des raids dans les provinces de Muyinga et Cankuzo.

· Les provinces de Bujumbura rural, Bubanza, Cibitoke, Bururi, Ruyigi, Makamba et Rutana reste en Phase III.

· Le Conseil de sécurité de l’ONU a appelé vendredi le 7/12/2001 de nouveau les rebelles du Burundi à cesser les violences et à entrer en négociation avec le nouveau Gouvernement de transition.

Politique :

Le Président de la République a effectué à partir du 03 décembre 2001 une tournée qui l’a conduit successivement à Bruxelles, Paris et Genève. En Belgique, il a fait le point de la Coopération Belgo-Burundaise avec les hautes autorités du monde politique et économique. Par la suite, une réunion des Bailleurs de fonds s’est ouvert jeudi 6/12/2001 à Genève en Suisse. Les étapes bruxelloises françaises de la tournée visaient à préparer les autorités de ces 2 pays pour plaider la cause du Burundi. La rencontre de Genève a été le prolongement de celle de décembre à Paris qui avait promis 400 millions de Dollars américains en faveur des Programmes Socio-Economiques du Burundi.

Le Président de la République a également effectué le 14/12/2001 une visite de 2 jours à Pretoria en Afrique du Sud dans le cadre des consultations avec le Médiateur N. Mandela dans le conflit burundais et avec le Vice-Président Jacob Zuma qui a en charge la médiation sur le cessez-le-feu. A l’heure actuelle aucune amélioration entre protagonistes n’est enregistrée.

Une délégation gouvernementale comprenant également des partis signataires de l’Accord de Paix d’Arusha a effectué une mission dans les pays de la Sous-Région pour informer les Chefs d’Etat de la Sous-Région sur la nécessité urgente pour le Burundi d’avoir un cessez-le-feu.

Selon la nouvelle loi que vient de promulguer le Président de la République, la Nouvelle Assemblée de Transition du Burundi comptera au total 219 députés et sénateurs contre seulement 89 députés pendant la précédente législature.

 

Social :

Le Conseil de Ministre en sa séance du 18/12/2001 a adopté un projet de décret portant organisation du Ministère de la santé publique. La nouveauté consiste en la création de deux nouvelles directions :

- La Direction de la promotion de la santé, de l’hygiène et de

l’assainissement.

La réinsertion socioprofessionnelle des sinistrés et des rapatriés par recrutement pose un problème épineux à l’administration publique puisque la tendance actuelle est le gel des recrutements commencé avec la politique d’ajustement structurel en 1986 et accentué en 1996 au plus fort de la crise. Il a été recommandé au cours d’un séminaire national du 20 au 21 décembre 2001 sur la réinsertion professionnelle de ne pas privilégier les rapatriés par rapport par rapport aux diplômes intérieurs au risque de provoquer des effets pervers et une autre crise sociale.

  1. SITUATION SANITIARE

Situation épidémiologique

La situation des principales endémo-épidémie reste favorable. Les incidences de ces maladies restent basses par rapport aux même périodes de l’année passée. On note néanmoins une légère augmentation des cas de paludisme dans l’ensemble du pays. Les provinces les plus concernées sont : Ngozi, Gitega, Cankuzo, Kayanza. Des actions de pulvérisation intradomiciliaire et de distribution de moustiquaires imprégnées sont en cours par le Ministère de la Santé.

L’analyse détaillée des cas de rougeole au cours des 3 derniers mois montre de petits foyers épidémiques dans les provinces de Bujumbura rural, Cankuzo, Gitega et Muyinga.

 

Activités sanitaires :

Mission de supervision de l’enquête sur l’efficacité des combinaisons thérapeutiques pour le traitement du paludisme (Site de Kigobe et de Buhiga).

Réunion de la commission de suivi des enquêtes d’efficacité thérapeutique.

Evaluation biennale du Plan d’action 2000-2001.

Constitution d’un stock d’urgence pour les maladies épidémiques par le Bureau de la Représentation avec l’appui d’AFRO et les modalités de gestion de ce stock.

Célébration le 1er décembre de la Journée Mondiale Sida avec une forte

participation des ONGs/SIDA et des entreprises du secteur privé. Notons que le Burundi occupe la 13è position des pays à fort taux de prévalence du VIH/SIDA qui se situe à 18,6% au milieu urbain et 7,6% en milieu rural. Le Sida a également causé la mort de plus de 39.000 personnes en 2000.

Organisation d’un séminaire de formation en faveur des cadres du MSP sur la santé de la reproduction en situation d’urgence.

Organisation d’une Journée de réflexion à Gitega le 14/12/01 sur les mécanismes à mettre en place pour une meilleure coordination des activités de lutte contre le SIDA. La journée a regroupé des participants représentants des autorités administratives médicales, religieuses, scolaires et les ONGs et Associations intervenant dans la lutte contre le VIH/SIDA.

Organisation les 18 et 19/12/2001 d’un Atelier de réflexion sur la coordination des activités des coordonnateurs provinciaux de promotion de la santé, de l’hygiène et de l’assainissement de l’environnement.

Formation des formateurs en milieu rural pour la lutte contre le SIDA à Bururi pour les provinces de Bururi, Makamba et Rutana. La formation avait pour objectif la réduction de la transmission du VIH/SIDA dans les populations sinistrées des 3 provinces.

Le Bureau de la Représentation a fortement contribué à la réalisation de toutes ces activités.

4. CONTRIBUTION DES AGENCES

Les bailleurs de fonds du Burundi ont promis des financements totalisant 832 millions USD lors de la Table Ronde des bailleurs de fonds organisée du 6 au 7 décembre à Genève avec l’appui du PNUD. Ces fonds serviront à la lutte contre le SIDA, la réduction du service de la dette et aux programmes prioritaires du développement.

La FAO vient d’approuver le projet «Fourniture d’intrants agricoles» aux populations vulnérables pour un montant global de 900.000 USD. Ces fonds serviront à court terme à l’assistance les plus vulnérables par des distributions d’intrants agricoles et par des programmes de réhabilitation.

Le Gouvernement du Burundi, le PNUD et l’Union Européenne viennent de signer une convention de financement pour un montant de 800.000 Euros destinés à appuyer le Gouvernement du Burundi dans ses efforts de réhabilitation de l’Institution d’Ubushingantahe comme mécanisme traditionnel de réconciliation et de consolidation de la paix.

Avec l’appui de la FAO, organisation jeudi 6/12/2001 d’un atelier de validation du rapport national sur la mise en œuvre par les Burundais des décisions prises au sommet mondial de l’alimentation tenu à Rome en novembre 1996.

L’UNICEF a organisé du 11 au 12 décembre 2001, la revue du Programme de coopération avec le Burundi. Pour couvrir ce programme, l’UNICEF a prévu un financement de 975.104 USD.

Le PAM a fourni 822.398 mt de nourriture à 104.788 bénéficiaires des provinces Bujumbura rural, Karuzi, Bujumbura Mairie affecté par l’insécurité.

Il a également fourni 82.829 MT de vivres à 5188 bénéficiaires dans les camps de transit de réfugiés à Rugombo, Ngagara et Nyakabiga.

5. CONTRIBUTION DE L’OMS

Le mois de décembre 2001 a été essentiellement consacrée à la finalisation de l’exercice d’évaluation biennale 2000-2001 ainsi qu’à la planification biennale 2002-2003.

Evaluation sanitaire rapide de l’état de santé des populations déplacées dans la province de Cankuzo.

Actualisation du plan de contingence Santé/Nutrition pour la période Janvier-Mars 2002.

Toutes les activités du Bureau de la Représentation se déroulent normalement.

Adresse de contact :

Dr Lamine DIARRA Wr a.i et EPI/EHA ldiarraoms@cbinf.com

M. Marc NKUNZIMANA HIP nkunzoms@cbinf.com