Pharmacorésistance

Importance de la résistance aux antimicrobiens en santé publique

Les maladies infectieuses constituaient la principale cause de mortalité pour les humains avant la découverte et l’utilisation des antimicrobiens. Dans une grande partie du monde en développement qui n’a pas accès à des médicaments de qualité, ces infections continuent de faire des victimes en grand nombre et dans tous les pays, les infections nosocomiales par des micro-organismes résistants sont une cause majeure de décès.

La résistance aux antimicrobiens est une menace inhabituelle pour la santé publique

Cette résistance n’est pas une «maladie». Habituellement, il n’y a pas de différence entre la gravité d’une maladie causée par une souche sensible et celle d’une maladie due à une souche résistante. La résistance n’est généralement pas un problème de pathologie de la maladie, mais de raréfaction des options thérapeutiques.

Le problème central réside dans notre dépendance à l’égard des antimicrobiens pour traiter les infections. S’il existait des solutions de rechange pour faire face à celles-ci, la résistance aux antimicrobiens persisterait dans le monde, mais ne serait plus à considérer comme un problème de santé publique.

La résistance aux antimicrobiens est une menace pour la santé publique alimentée par les pratiques des soignants, et tout particulièrement par l’usage excessif de ces médicaments dans des conditions où ils n’apportent aucun bénéfice.

La résistance est une caractéristique de nombreux agents pathogènes à l’origine de diverses maladies. Les stratégies de confinement doivent être adaptées aux besoins des différents programmes pour combattre et traiter ces maladies.

Quelques agents pathogènes résistants de première importance

De nombreux types de micro-organismes provoquent des infections chez l’homme et l’animal, de sorte que les stratégies de prévention et de traitement doivent être adaptées pour tenir compte des facteurs de risque d’infection et des options thérapeutiques disponibles. Au cours des dernières décennies, la plupart des espèces pathogènes ont acquis une résistance à l’égard d’un ou plusieurs antimicrobiens. Un certain nombre des espèces dont la résistance est particulièrement préoccupante pour la santé publique sont recensées ci-après.

Bactéries – en collectivité

  • Escherichica coli
  • Mybocaterium tuberculosis (responsable de la tuberculose)
  • Neisseria gonorrhoeae (responsable de la gonorrhée)
  • Salmonella Typhi
  • Staphylococcus aureus, y compris les SARM (S. aureus résistants à la méthicilline) acquis dans la collectivité
  • Streptococcus pneumoniae

Bactéries – en milieu hospitalier

  • Acinetobacter baumannii
  • Enterococcus faecium and Enterococcus faecalis, y compris les VRE (entérocoques résistants à la vancomycine)
  • Agents pathogènes entériques multirésistants, y compris les bactéries Escherichia coli et Klebsiella pneumoniae productrices d’enzymes ESBL et KPC
  • Pseudomonas aeruginosa
  • Staphylococcus aureus,y compris les SARM (S. aureus résistants à la méthicilline)
  • Stenotrophomonas maltophilia

Bactéries – zoonoses

  • Espèces du genre Campylobacter
  • Espèces du genre Salmonella

Champignons

  • Candida albicans

Parasites

  • Espèces du genre Leishmania
  • Espèces du genre Plasmodium species (responsable du paludisme)
  • Espèces du genre Trypanosoma

Virus

  • Cytomyegalovirus
  • Virus de l’herpès simplex
  • VIH
Partager