Bibliothèque électronique de données factuelles pour les interventions nutritionnelles (eLENA)

Justification concernant l'éducation à l’allaitement maternel prolongé

Justification du point de vue biologique, comportemental et contextuel

Juana Willumsen, PhD
Consultant auprès du Département OMS Nutrition, santé et développement
Juillet 2013

L’importance d’une alimentation appropriée du nourrisson et le rôle vital que joue l’allaitement pour la survie, la croissance et le développement de l’enfant sont des notions bien connues. L’allaitement aide à protéger le nourrisson contre plusieurs causes principales de morbidité et de mortalité infanto-juvéniles (1, 2).

Il est actuellement recommandé d’alimenter exclusivement au sein les nourrissons pendant les six premiers mois de leur vie (3), en commençant dans l’heure qui suit la naissance, et de poursuivre l’allaitement jusqu’à l’âge de deux ans ou au-delà (2). Malheureusement, les pratiques d’alimentation du nourrisson sont encore loin d’être optimales; dans une bonne partie du monde, le taux d’alimentation exclusive au sein est bas (4) et beaucoup de femmes arrêtent d’allaiter plus tôt qu’elles ne le souhaiteraient (5-7).

On estime à 1,5 million le nombre de vies qui pourraient être sauvées chaque année si les nourrissons étaient nourris conformément aux pratiques d’alimentation au sein recommandées(1). Des recherches ont aussi mis en évidence le lien entre la durée de l’allaitement et la réduction du risque d’obésité de l’enfant et, ultérieurement, de maladies cardio vasculaires (8-10).

L’éducation à l’allaitement maternel de type formel est celle qui est proposée en sus des informations sur l’allaitement entrant dans le cadre des soins prénatals habituels, et qui peut englober des sessions de formation individuelles ou en groupe, animées par des pairs-conseillers ou des professionnels de la santé, des visites à domicile, une consultation en lactation, la distribution d’une documentation imprimée/écrite, des démonstrations vidéo et la participation des futurs pères aux activités d’apprentissage.

La période prénatale offre l’occasion de renseigner la femme enceinte, son partenaire et sa famille sur les avantages de l’allaitement au moment où sont envisagées les nombreuses décisions à prendre pour l’alimentation du nourrisson.

L’examen systématique des données disponibles laisse entendre que l’éducation à l’allaitement maternel est efficace pour accroître aussi bien le taux de démarrage que la durée de l’allaitement (11-15). Bien que ces examens portent essentiellement sur des études conduites dans des pays développés, plusieurs interventions mises en œuvre avec succès dans des pays à revenu faible ou intermédiaire ont été présentées dans les publications pertinentes (16-21).

Des études ont en outre montré qu’il était possible d’élargir les interventions dans des cadres aussi divers que la Bolivie, l’Inde, le Ghana et Madagascar, en tirant profit des activités sanitaires et nutritionnelles existantes (19, 22-24).

Quelques données suggèrent que l’on pourrait peut être envisager une transposition à grande échelle même avec des interventions «d’intensité relativement faible», comme l’ont montré les études menées à Mexico, où une amélioration de l’alimentation au sein exclusive a été observée avec seulement trois visites à domicile effectuées par des pairs-conseillers (17), et en Afrique subsaharienne, où un essai contrôlé randomisé et multicentres, effectué récemment, a montré que cinq visites à domicile ou plus assurées par des pairs-conseillers se traduisaient par une augmentation sensible de l’alimentation au sein exclusive à 12 et 24 semaines post partum (21).

La mise en œuvre d’interventions d’éducation à l’allaitement maternel dans des pays à revenu faible ou intermédiaire peut représenter un défi, et les facteurs contextuels susceptibles d’affecter la durée de l’allaitement doivent souvent être pris en compte comme, par exemple, les différences de revenus, car les études menées en Afrique du Sud et en Ouganda ont montré que les femmes disposant de leur propre source de revenus sont plus enclines à arrêter l’allaitement plus tôt que les autres (25-26).

La disponibilité et l’utilisation des aliments pour nourrissons pourraient aussi représenter un défi important, en particulier dans les environnements où les taux d’infection à VIH sont élevés et où les craintes de transmettre le virus via le lait maternel sont monnaie courante (25). Ce problème risque d’être exacerbé lorsque le Code international de commercialisation des substituts du lait maternel ou un texte de loi similaire réglementant la promotion des aliments pour nourrissons n’a pas été adopté et lorsqu’il est facile de se procurer ces aliments dans le cadre des programmes de nutrition ou de santé publique existants (27).

Il est nécessaire de procéder à d’autres essais cliniques bien conçus, notamment dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, afin d’étudier les effets positifs de l’éducation prénatale à l’allaitement maternel sur son démarrage effectif, le taux d’alimentation exclusive au sein et sa durée.

Pour que l’éducation à l’allaitement maternel soit mise en œuvre à l’échelle voulue, différents modes de transmission devraient être envisagés, notamment des sessions en tête à tête, en groupe ou animées par des pairs, aussi bien à domicile que dans le cadre d’un établissement de santé. En outre, les professionnels de la santé devraient suivre une formation préalable et en cours d’emploi sur la façon d’aider les mères à prévenir et à traiter les problèmes courants de l’allaitement (28) qui les incitent souvent à arrêter.


Références

  • Black R, Morris S, Bryce J. Child Survival I: where and why are 10 million children dying every year? Lancet. 2003, 361:2226-34.
  • WHO Collaborative Study Team on the Role of Breastfeeding in the Prevention of Infant Mortality. Effect of breastfeeding on infant and childhood mortality due to infectious diseases in less developed countries: a pooled analysis. Lancet. 2000, 355:451-5.
  • Stratégie mondiale pour l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant : Durée optimale de l’alimentation au sein exclusive. Genève: Organisation mondiale de la Santé, 2001.
  • WHO. Infant and young child feeding. 2011.www.who.int/nutrition/databases/infantfeeding/countries/en/index.html
  • Bolling K, et al. Infant feeding survey 2005. London: The Information Centre for Health and Social Care, UK Health Department, 2007.
  • Adams C. Breastfeeding trends at a community breastfeeding center: an evaluative study. Journal of Obstetric, Gynecologic and Neonatal Nursing. 2001, 30:392-400.
  • Wagner C. Breastfeeding rates at an urban medical university after initiation of an education program. Southern Medical Journal. 2002, 95:909-13.
  • Harder T, et al. Duration of breastfeeding and risk of overweight: A meta-analysis. American Journal of Epidemiology. 2005, 162:397-403.
  • Owen C, et al. Effect of infant feeding on the risk of obesity across the life course: a quantitative review of published literature. Pediatrics. 2005, 115:1367-70.
  • Horta BL, Victora CG. Long-term effects of breastfeeding: a systematic review. Geneva, Switzerland: World Health Organization, 2013.
  • Dyson L, McCormick F, Renfrew M. Interventions for promoting the initiation of breastfeeding. Cochrane Database of Systematic Reviews. 2005, 2:CD001688.
  • Lumbiganon P, et al. Antenatal breastfeeding education for increasing breastfeeding duration. Cochrane Database of Systematic Reviews. 2012, 9:CD006425.
  • Chapman DJ, et al. Breastfeeding peer counseling: from efficacy through scale-up. Journal of Human Lactation. 2010, 26:314-26.
  • Bhutta ZA et al. Evidence-based interventions for improvement of maternal and child nutrition: what can be done and at what cost? Lancet. 2013, S0140-6736(13)60996-4.
  • Imdad A, Yakoob MY, Bhutta ZA. Effect of breastfeeding promotion interventions on breastfeeding rates, with special focus on developing countries. BMC Public Health. 2011, 11 Suppl 3:S24.
  • Davies-Adetugbo AA, et al. Breast-feeding promotion in a diarrhoea programme in rural communities. Journal of Diarrhoeal Disease Research. 1997,15:161-6.
  • Morrow AL, et al. Efficacy of home-based peer counselling to promote exclusive breastfeeding: a randomised controlled trial. Lancet. 1999, 353:1226-31.
  • Haider R, et al. Effect of community-based peer counsellors on exclusive breastfeeding practices in Dhaka, Bangladesh: a randomised controlled trial. Lancet. 2000,356:1643-7.
  • Bhandari N, et al. Effect of community-based promotion of exclusive breastfeeding on diarrhoeal illness and growth: a cluster randomised controlled trial. Lancet. 2003,361:1418-23.
  • Aidam BA, Pérez-Escamilla R, Lartey A. Lactation counseling increases exclusive breast-feeding rates in Ghana. Journal of Nutrition. 2005,135:1691-5.
  • Tylleskär T, et al. Exclusive breastfeeding promotion by peer counsellors in sub-Saharan Africa (PROMISE-EBF): a cluster-randomised trial. Lancet. 2011,378:420-7.
  • Quinn VJ, et al. Improving breastfeeding practices on a broad scale at the community level: success stories from Africa and Latin America. Journal of Human Lactation. 2005,21:345-54.
  • Baker EJ, Sanei LC, Franklin N. Early initiation of and exclusive breastfeeding in large-scale community-based programmes in Bolivia and Madagascar. Journal of Health and Population Nutrition. 2006, 24:530-9.
  • Guyon AB, et al. Implementing an integrated nutrition package at large scale in Madagascar: the Essential Nutrition Actions framework. Food and Nutrition Bulletin. 2009,30:233-44.
  • Fadnes LT, et al. Need to optimise infant feeding counselling: a cross-sectional survey among HIV-positive mothers in Eastern Uganda. BMC Pediatrics. 2009,9:2.
  • Doherty T, et al. Early cessation of breastfeeding amongst women in South Africa: an area needing urgent attention to improve child health. BMC Pediatrics. 2012,12:105.
  • Doherty T, Sanders D, Goga A, Jackson D. Implications of the new WHO guidelines on HIV and infant feeding for child survival in South Africa. Bulletin of the World Health Organization. 2011,89:62-7. (résumé en français)
  • Renfrew M, et al. Addressing a learning deficit in breastfeeding: strategies for change. Maternal and Child Nutrition. 2006,2:239-44.
Partager