Bibliothèque électronique de données factuelles pour les interventions nutritionnelles (eLENA)

Justification sur la mise en œuvre de l’initiative «hôpitaux amis des bébés»

Justification du point de vue biologique, comportemental et contextuel

Juana Willumsen
Consultant auprès du Département OMS Nutrition, santé et développement
juillet 2013

L’alimentation au sein est le nec plus ultra pour favoriser la croissance et le bon développement des nourrissons (1), en les protégeant contre la morbidité et la mortalité dues aux maladies infectieuses (2) et, ultérieurement, aux maladies chroniques (3).

Il est recommandé de commencer l’alimentation exclusive au sein dans l’heure qui suit la naissance et de la maintenir pendant les 6 premiers mois de la vie, en poursuivant jusqu’à l’âge de 2 ans et au-delà (4). Or les taux de démarrage ainsi que la durée de l’alimentation exclusive au sein et de l’allaitement en général ont chuté depuis l’apparition et la promotion à grande échelle des substituts du lait maternel (5).

Une alimentation au sein réussie dépend d’un certain nombre de facteurs, dont le retour à l’allaitement maternel comme une méthode sans égale pour nourrir le nouveau-né, moyennant des conseils et une formation avant la naissance et un soutien afin de prévenir et de résoudre les difficultés liées à l’allaitement.

L’Initiative «hôpitaux amis des bébés» a été lancée en 1991 par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) (6), pour donner suite à la Déclaration d’Innocenti (1990) sur la protection, la promotion et l’encouragement de l’allaitement materne (7) et pour doter les établissements de santé d’un cadre leur permettant d’agir contre les pratiques ayant un impact négatif sur l’allaitement maternel.

Pour obtenir leur accréditation d’«hôpital amis des bébés», les établissements de santé doivent présenter un taux d’au moins 75% d’allaitement au sein exclusif à la sortie des parturientes, adhérer au Code international de commercialisation des substituts du lait maternel et mettre en œuvre avec succès les 10 conditions pour le succès de l’allaitement maternel, telles qu’énoncées dans la Déclaration conjointe de l’OMS et de l’UNICEF intitulée « Protection, encouragement et soutien de l’allaitement maternel : le rôle spécial des services liés à la maternité ».

Cette déclaration dispose que tous les établissements qui assurent des prestations de maternité et des soins aux nouveau-nés devraient:

  • Adopter une politique d’allaitement maternel formulée par écrit et systématiquement portée à la connaissance de tous les personnels soignants.
  • Donner à tous les personnels soignants les techniques nécessaires pour mettre en œuvre cette politique.
  • Informer toutes les femmes enceintes des avantages de l’allaitement au sein et de sa pratique.
  • Aider les mères à commencer d’allaiter leur enfant dans la demi-heure suivant la naissance. (Autrement dit : Mettre les bébés en contact peau à peau avec leur mère immédiatement après la naissance pendant au moins une heure.)
  • Indiquer aux mères comment pratiquer l’allaitement au sein et comment entretenir la lactation même si elles se trouvent séparées de leur nourrisson.
  • Ne donner aux nouveau-nés aucun aliment ni aucune boisson autre que le lait maternel, sauf indication médicale.
  • Laisser l’enfant avec sa mère 24 heures par jour.
  • Encourager l’allaitement maternel à la demande de l’enfant.
  • Ne donner aux enfants nourris au sein aucune tétine artificielle ou sucette.
  • Encourager la constitution d’associations de soutien à l’allaitement maternel et leur adresser les mères dès leur sortie de l’hôpital ou de la clinique.

Depuis le début de l’Initiative «hôpitaux amis des bébés», plus de 152 pays du monde l’ont mise en œuvre (9). Cette Initiative promeut une approche multisectorielle à plusieurs niveaux qui, associée à une législation relative aux congés de maternité statutaires et à la protection des droits des femmes allaitantes sur le lieu de travail ainsi qu’à la mise en application du Code de commercialisation des substituts du lait maternel, est essentielle si l’on veut efficacement promouvoir, protéger et soutenir l’alimentation au sein (6).

Le suivi et la réévaluation des établissements adhérents ont leur importance à mesure que l’Initiative prend de l’ampleur. Si de gros progrès ont été accomplis et si l’Initiative a eu pour effet d’accroître les taux d’alimentation exclusive au sein, se traduisant par une amélioration de la santé et de la survie (10), il reste des pays où l’entreprise a pris du retard.

La pérennité et l’élargissement de l’Initiative «hôpitaux amis des bébés» nécessitent l’intégration de la thématique de l’allaitement dans le cursus des personnels de santé à tous les niveaux (11). L’élargissement de l’Initiative au-delà des services de maternité de manière à englober les services de néonatalité, de pédiatrie et de santé communautaire contribuera à améliorer la continuité des soins et des résultats en matière d’allaitement maternel.

L’Initiative «hôpitaux amis des bébés» s’est avérée très efficace pour promouvoir dans de nombreux pays le démarrage de l’allaitement, l’alimentation exclusive au sein et sa durée, de même que pour améliorer les expériences des mères à l’égard des soins de santé et réduire le taux d’abandon des nouveau-nés (12).

Vu les avantages à court et long termes de l’allaitement pour le nouveau-né, la mère et la société, la mise en œuvre de l’Initiative «hôpitaux amis des bébés» – parallèlement aux autres objectifs énoncés dans la Stratégie mondiale pour l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant – continue d’avoir un rôle important à jouer dans les services de santé du monde entier.


Références

  • Butte N, Lopez-Alarcon M, Garza C. Nutrient adequacy of exclusive breastfeeding for the term infant during the first six months of life. Geneva, Switzerland: World Health Organization, 2002.
  • WHO Collaborative Study Team on the Role of Breastfeeding in the Prevention of Infant Mortality. Effect of breastfeeding on infant and childhood mortality due to infectious diseases in less developed countries: a pooled analysis. Lancet, 2000, 355:451-5.
  • Horta BL , Victora, CG. Long-term effects of breastfeeding. Geneva, Switzerland: World Health Organization, 2013.
  • WHO. Global strategy for infant and young child feeding. Geneva: World Health Organization, 2003.
  • Palmer G. The Politics of Breastfeeding. London: Pinter and Martin; 2009.
  • WHO, UNICEF. Baby-Friendly Hospital Initiative. Revised, updated and expanded for integrated care. Geneva: World Health Organization, 2009.
  • The Innocenti Declaration at the WHO/UNICEF policymakers' meeting on "Breastfeeding in the 1990s: A Global Initiative,held at the Spedale degli Innocenti, Florence, Italy, on 30 July - 1 August 1990.
  • WHO, UNICEF. Joint statement protecting, promoting and supporting breastfeeding: The special role of maternity services. Geneva: World Health Organization, 1989.
  • WHO. Baby friendly hospital intiative http://www.who.int/nutrition/topics/bfhi/en/ [Accessed April 2013].
  • Saadeh R, Casanovas C. Implementing and revitalizing the Baby-Friendly Hospital Initiative. Food and Nutrition Bulletin, 2009, 30:S225-9.
  • Saadeh R. The Baby-friendly Hospital Inititative 20 years on: facts, progress and the way forward. Journal of Human Lactation, 2012,28:272-5.
  • Philip B, Radford A. Baby-friendly: snappy slogan or standard of care? Archives of Diseases in Childhood, 2006, 91:F145-9.
Partager