Bibliothèque électronique de données factuelles pour les interventions nutritionnelles (eLENA)

Supplémentation en micronutriments multiples pour les femmes enceintes infectées par le VIH

Fondements biologiques, comportementaux et contextuels

Suzanne Filteau, London School of Hygiene and Tropical Medicine, Londres, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord ; Henrik Friis, Université de Copenhague, Copenhague, Danemark

La supplémentation en fer et en acide folique durant la grossesse apporte des bénéfices bien documentés 1. Il serait intéressant d’étendre cette supplémentation à des micronutriments multiples, puisque :

  • souvent, plusieurs carences en micronutriments coexistent
  • des carences en micronutriments chez la mère peuvent avoir des effets délétères sur la santé de la mère et du nourrisson
  • la grossesse est une période pendant laquelle l’accès aux soins de santé est relativement satisfaisant, si bien que les micronutriments multiples peuvent être donnés et contrôlés facilement, sans que cela ne coûte trop cher.

Une supplémentation en micronutriments multiples pendant la grossesse pour toutes les femmes est examinée par ailleurs, et il existe une revue Cochrane sur ce sujet 2. Les micronutriments remplissent des fonctions diverses et variées. En outre, plusieurs micronutriments peuvent contribuer à une même fonction (par exemple à la fonction anti-oxydante), et un même micronutriment peut jouer plusieurs rôles à la fois (par exemple le fer intervient simultanément dans le transport de l’oxygène et le système immunitaire). La majeure partie des recherches sur les différents micronutriments et leurs mécanismes sont menées sur des animaux ou des modèles cellulaires, et ne seront donc peut-être pas être directement applicables aux situations humaines classiques, où coexistent de multiples carences. D’un autre côté, les études sur les interventions concernant les micronutriments multiples ne permettent pas de comprendre aisément le mécanisme de tel ou tel effet 3.

Le présent article s’intéresse aux femmes infectées par le VIH, qui peuvent avoir besoin de doses plus importantes de micronutriments multiples que les femmes non infectées. En Afrique, notamment, la forte prévalence de l’infection à VIH 4, est notoire, et les carences en micronutriments y sont également très répandues 5, Les micronutriments jouent des rôles vraisemblablement cruciaux pour la santé des femmes séropositives au VIH et de leurs nourrissons, notamment : une fonction immunitaire, une activité anti-oxydante, le maintien de l’intégrité de la muqueuse intestinale, des fonctions placentaires, ainsi que la favorisation de la croissance et de la réparation des tissus.

Les bienfaits observés dans une série d’études sur la Tanzanie utilisant de fortes doses (2 à 20 fois les doses journalières recommandées) 6–8 et la dose journalière recommandée 9 de vitamines B, C et E pour les femmes enceintes, ainsi que la prévalence et la gravité plus grandes des carences en micronutriments multiples au sein des populations infectées par le VIH10,11, peuvent laisser penser que les femmes porteuses du VIH ont davantage de besoins en micronutriments. Les essais tanzaniens ne portaient sur aucun micronutriment minéral hormis le fer ; certes, les chercheurs donnaient des arguments expliquant pourquoi ceux-ci n’étaient pas nécessaires dans leur population, mais on ne sait pas bien si les suppléments utilisés en Tanzanie sont optimaux pour toutes les populations.

Certains s’inquiètent des effets délétères que pourrait avoir la supplémentation en micronutriments multiples. Parmi les femmes népalaises non infectées par le VIH, une supplémentation en micronutriments multiples a augmenté le poids de naissance, mais a peut-être aussi accru la mortalité périnatale 12 ; toutefois, cette mortalité plus forte n’a pas été observée dans une étude indonésienne plus vaste13. Dans une autre branche du traitement de l’essai tanzanien sur des femmes séropositives au VIH, il a été montré que la vitamine A augmentait la transmission du VIH au cours de l’allaitement14. D’aucuns suggèrent que des niveaux élevés de fer présent dans l’organisme peuvent avoir des effets délétères en termes d’infection par le VIH 15, analogues aux effets pour l’infection par le paludisme16. Il convient de pousser plus avant, au moyen d’essais multicentriques, les recherches sur les bienfaits et les effets nocifs éventuels des interventions portant sur des micronutriments multiples.

La plupart des essais de supplémentation en micronutriments multiples pour des personnes infectées par le VIH, y compris ceux réalisés sur des femmes tanzaniennes enceintes, ont été menés avant le déploiement des thérapies antirétrovirales (ARV) en Afrique et en Asie 17, , si bien que leurs résultats, tant en ce qui concerne l’efficacité que l’innocuité, ne sont peut-être plus pertinents dans le contexte actuel. En outre, les récentes révisions des recommandations sur l’alimentation du nourrisson dans le contexte du VIH18 feront également évoluer la situation puisque davantage de mères allaiteront leur enfant plus longtemps et que davantage de femmes et de nourrissons recevront une thérapie antirétrovirale (ARV). On sait que, dans certaines régions, il faudra du temps avant que les recommandations prônant un prolongement du traitement ARV soient appliquées ; de plus, dans certaines zones, le dépistage du VIH et la numération des CD4 ne sont pas encore accessibles. Dès lors que ces tests sont disponibles et qu’un traitement ARV est fourni, il sera aisé de mettre aussi en place une supplémentation en micronutriments multiples au cours de la grossesse et de l’allaitement. Toutefois, il faudra se demander si le fait de prendre des comprimés à la fois pour le traitement ARV et pour les micronutriments multiples ne risque pas d’induire une certaine confusion ou le non-respect des prescriptions.


Références

1 Pena-Rosas J, Viteri F. Effects and safety of preventive oral iron or iron-folic acid supplementation for women during pregnancy. Base de données des revues systématiques Cochrane, 2009(4).

2 Ba H, Bhutta ZA. Multiple-micronutrient supplementation for women during pregnancy. Base de données des revues systématiques Cochrane, 2006(4).

3 Friis H. Micronutrient interventions and HIV infection: a review of current evidence. Tropical Medicine and International Health, 2006, 11(12):1849–57.

4 Le point sur l’épidémie de sida : Décembre 2009. Genève, ONUSIDA, 2009.

5 Vitamin and Mineral Nutrition Information System. Genève Organisation mondiale de la Santé, 2009.

6 Fawzi WW et al. Multivitamin supplementation improves hematologic status in HIV-infected women and their children in Tanzania. American Journal of Clinical Nutrition, 2007, 85(5):1335–43.

7 Fawzi WW et al. Randomised trial of effects of vitamin supplements on pregnancy outcomes and T cell counts in HIV-1-infected women in Tanzania. The Lancet, 1998, 351(9114):1477–82.

8 Fawzi WW et al. A randomized trial of multivitamin supplements and HIV disease progression and mortality. New England Journal of Medicine, 2004, 351(1):23–32.

9 Kosuke K et al. A randomized trial to determine the optimal dosage of multivitamin supplements to reduce adverse pregnancy outcomes among HIV-infected women in Tanzania. American Journal of Clinical Nutrition, 2010, 91:391–7.

10 Papathakis PC et al. Micronutrient status during lactation in HIV-infected and HIV-uninfected South African women during the first 6 mo after delivery. American Journal of Clinical Nutrition, 2007, 85(1):182–92.

11 Tang AM et al. Micronutrients: current issues for HIV care providers. AIDS, 2005, 19(9):847–61.

12 Christian P et al. Antenatal micronutrient supplements in Nepal. The Lancet, 2005, 366(9487):711–2.

13 Shankar AH et al. Effect of maternal multiple micronutrient supplementation on fetal loss and infant death in Indonesia: a double-blind cluster-randomised trial. The Lancet, 2008, 371(9608):215–27.

14 Fawzi WW et al. Randomized trial of vitamin supplements in relation to transmission of HIV-1 through breastfeeding and early child mortality. AIDS, 2002, 16(14):1935–44.

15 Drakesmith H, Prentice A. Viral infection and iron metabolism. Nature Reviews in Microbiology, 2008, 6:541–52.

16 Sazawal S et al. Effects of routine prophylactic supplementation with iron and folic acid on admission to hospital and mortality in preschool children in a high malaria transmission setting: community-based, randomised, placebo-controlled trial. The Lancet, 2006, 367(9505):133–43.

17 Drain PK et al. Micronutrients in HIV-positive persons receiving highly active antiretroviral therapy. American Journal of Clinical Nutrition, 2007, 85(2):333–45.

18 New WHO recommendations on infant feeding in the context of HIV. Genève, Organisation mondiale de la Santé 2009.

Clause de non-responsabilité

Les auteurs cités sont seuls responsables des points de vue exprimés dans le présent document.

Déclarations de conflits d’intérêts

Des déclarations de conflits d’intérêts ont été recueillies auprès de tous les auteurs cités, et aucun conflit d’intérêts n’a été mis en évidence.

Partager